31/10/2006

Ironique

medium_Du_papier_faisons_table_rase.jpgAmis bureaucrates, vous qui estimez que le formulaire E437 dûment rempli, en trois exemplaires, est le préalable obligatoire à toute relation avec un administré, cet album de BD va vous intéresser. Thierry Jonquet a adapté son roman pour Chauzy, dessinateur qui libère de plus ne plus son trait pour mieux mettre en valeur ses couleurs directes. L’Office central de contrôle et de vérification, mastodonte de l’administration, ne donne plus satisfaction. Il faut le réformer, le moderniser. Une belle énarque va tenter de faire bouger le mammouth. Elle va tomber sur un os, en l’occurrence celui d’un gigot... Il y a un peu de Brazil, le film de Terry Giliam, dans cet album, avec ce soupçon de gastronomie française qui bonifie le tout.
Du papier faisons table rase, Casterman, 13,75 euros

07:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0)

30/10/2006

Beau comme du Blutch

medium_Volupte.2.jpgA n’en pas douter, dans quelques années, pour parler d’un dessin réussi, on dira « c’est beau comme du Blutch ! ». Cela pourrait sembler réducteur de dire que les dessins de Blutch sont beaux, mais c’est avant tout une réalité qui saute aux yeux. Dessinateur virtuose, il nous en met encore plein la vue dans ce long récit de plus de 100 pages où il est question de chasseur, de singe, de petites filles et de sexe. Sans oublier la volupté qui donne si bien son nom à cet album. Entièrement réalisé avec un crayon à papier très gras et un crayon de couleur rouge, de l’esquisse au croquis très poussé, l’auteur nous entraîne dans un monde graphique sensuel, explicite et déroutant. L’album le plus abouti graphiquement de la rentrée
La volupté, Futuropolis, 16,50 euros

13:26 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0)

29/10/2006

Cons et formidables à la fois

medium_Cons_ca_ose_tout.jpgLes frères Crapone ont un bel avenir devant eux. Ces héros imaginés par Lautner et Chanoinat, dessinés par Castaza, sont un peu les Pieds Nickelés de la connerie. Il y a le beau parleur, le tombeur de ces dames et le bâfreur, toujours affamé. Ils ont le crime dans le sang. Mais n'ont pas encore compris comment réussir un bon coup. Ils ne manquent pourtant pas d'idée. Après une présentation de la famille (le pompon pour la grand-mère, vieille bique acariâtre ne se nourrissant que de réflexions blessantes), ils expliquent leur premier projet de casse. Ils vont tout simplement dévaliser le train de pièces jaunes de la Présidente. Cela échoue lamentablement. Ils s'attaquent alors au économies de l'association des dames pipis... Le butin aurait été maigre s'ils ne s'étaient pas trompé de bâtiment. Dernière trouvaille : enlever un présentateur vedette de la télévision. C'est sans doute cette dernière partie la plus réjouissante, les auteurs se déchaînant contre un milieu qui, il est vrai, grouille lui aussi de cons de premier choix. (Le Lombard, 13 €)

07:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0)

28/10/2006

Virginie Despentes a les boules

Virginie Despentes aime provoquer. Cet essai sur la condition des femmes intitulé "King Kong théorie "devrait une nouvelle fois faire bondir... les hommes.

medium_King_Kong_theorie.jpgElle ne fait pas dans la dentelle et n'y met pas les formes. Quand Virginie Despentes se penche sur la condition des femmes, cela décoiffe. Connue pour ses romans et films qui ont fait scandale au moment de leur sortie (« Baise-moi » essentiellement), elle précise dans une introduction nerveuse quelle écrit ces lignes pour « les moches, les vieilles, les camionneuses, les frigides (...) toutes les exclues de la bonne meuf » et d'expliquer quelques pages plus loin que « quand on n'a pas ce qu'il faut pour se la péter, on est souvent plus créatifs. Je suis plutôt King Kong que Kate Moss, comme fille. Je suis ce genre de femme qu'on n'épouse pas, avec qui on ne fait pas d'enfants (...)».
Pour parler des femmes, Virginie Despentes se prend tout simplement en exemple. Il se trouve que sur les divers chapitres qu'elle aborde, elle en connaît un bon bout. Que cela soit le viol, la prostitution ou l'industrie du film porno, elle s'appuie sur des expériences personnelles. Un vécu qu'elle transforme en avis. Elle mélange allègrement réflexion assez poussée et argumentée avec la description de faits et gestes tirés de son histoire.

Quelques vérités sur le viol
Le viol par exemple, elle décrit le contexte, comment elle l'a senti venir, et n'a rien fait pour l'éviter. Comme tétanisée. Est-ce que cela lui donne une légitimité pour ensuite en tirer des généralités ? Certains en doutent, et pourtant comment ne pas donner plus de crédibilité à une Virginie Despentes et son parcours heurté mais imprégné du réel qu'à une féministe, universitaire, à 100 lieues de ce monde machiste peuplé de violeurs en puissance ? « On s'obstine à faire comme si le viol était extraordinaire et périphérique, écrit-elle, en dehors de la sexualité, évitable. Comme s'il ne concernait que peu de gens, agresseurs et victimes, comme s'il constituait une situation exceptionnelle, qui ne dise rien du reste. Alors qu'il est, au contraire, au centre, au coeur, socle de nos sexualités. Rituel sacrificiel central, il est omniprésent dans les arts, une constante à travers les siècles ». Première divergence évidente avec la parole officielle du politiquement correct.

De l'importance de la prostitution
Elle poursuit son entreprise de démystification en présentant la prostitution sous un jour nouveau. Elle estime que les tentatives d'interdire la prostitution ne sont que les conséquences d'hommes redoutant que des femmes ne deviennent autonomes et indépendantes sur le plan économique économique. Elle prend de la même façon la défense du cinéma X : « Le porno, volontiers dénoncé comme mettant les gens mal à l'aise par rapport au sexe, est en réalité un anxiolytique ». Une théorie un peu plus difficile à avaler tant les intérêts financiers en jeu sont importants dans ce qui reste une usine à fric. Au final elle explique cette fameuse théorie autour de King Kong en décorticant le film de Peter Jackson. Virginie Despentes, presque la quarantaine, en quittant la fiction, prend des risques encore plus grands. Elle sait pourtant où elle va : « Heureusement, il y a Courtney Love. En particulier. Et le punk-rock en général. Une tendance à aimer le conflit. Je me refais une santé mentale, dans mon ombre de blonde. Le monstre en moi ne lâche pas l'affaire».

« King Kong théorie », Virginie Despentes, Grasset, 13,90 €

07:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0)

27/10/2006

Mortelle ruée

medium_Fille_du_Yukon_2.jpgLa grande ruée vers l'or sert de cadre à "La fille du Yukon", série écrite par Philippe Thirault et dessinée par Sinisa Radovic. Dans le grand nord américain, des hommes et des femmes ont tout laissé tomber pour tenter de faire fortune en trouvant un filon d'or. Mais sur place, ils ne découvrent que conditions de vie inhumaines et exploiteurs. Le froid, le relief, tout devient obstacle. Dans ce désert gelé, cela grouille. Et les morts se comptent par dizaines. On suit plus particulièrement le parcours de Christina et Justin, les deux amants en fuite. Ils ont recueilli une fillette, jeune orpheline, Alison. Mais ils sont surtout pourchassés par Doug et Sydney, deux hors-la-loi. Ils en veulent beaucoup à Justin, leur ancien complice. Après un hold-up, il a pris la fuite avec le butin, abandonnant son copain et la jeune femme, sa maîtresse, enceinte. Un passé qui va perturber le périple du couple dans son voyage, accompagné de l'Indien Hakina. Le seul dans toute cette histoire qui paraisse bon et civilisé. Le dessin très réaliste de Radovic est parfait pour ces scènes de cruautés et d'horreur. (Dupuis, 13,50 €)

07:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0)

26/10/2006

Nekan, enfin

medium_Nekan_2024.jpgPatrice Poissonnet porte ce projet de Nekan depuis ses années lycée. C'est à cette époque qu'il imagine ce monde futuriste aux multiples réalités. Il peaufine son scénario, reprenant sans cesse la trame. Ses études, de graphiques, virent au littéraire et en entrant dans l'école « Arc en ciel » d'Anthony il suit des cours de strory-boarder et surtout rencontre Francis Gardiol, un dessinateur très attiré par le manga. Ensemble ils décident de proposer une première ébauche de Nekan 2024 aux éditeurs. Le premier tome vient de paraître, un rêve de lycée, vieux de dix ans, prend corps. Sur la planète Nekan, un régime autoritaire règne en maître. Mais dans les sous-sols la résistance s'organise. Parmi ces réfractaires au tout répressif, Kimito se pose de multiples questions. D'où vient-il ? Pourquoi est-il attiré par des jeux virtuels, au risque d'endommager son cerveau ? C'est lors d'une attaque contre le coeur de l'appareil policier qu'il découvre qu'il peut manipuler le temps. Un récit un peu hermétique au début, mis en image très sobrement par un jeune dessinateur déjà plein d'assurance. (Vents d'Ouest, 12,50 €)

09:13 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0)

25/10/2006

Jeune BD coréenne

medium_Marecage.jpgOn parle beaucoup de la Corée ces derniers temps. Celle du Nord, qui tente de maîtriser l'arme nucléaire. Au Sud, dans une démocratie très capitalistique, la jeunesse se gorge de bande dessinée. Des centaines d'albums bons marchés, comme au Japon, peu ambitieux. Mais à côté de ce volet très commercial, quelques auteurs parviennent à proposer des récits adultes et ambitieux. Une jeune bande dessinée coréenne que Casterman a décidé de mettre en avant dans une nouvelle collection. Premier exemple avec « Le marécage » de Choi Kyu-sok. Un étudiant en bande dessinée, raconte dans ce courtes scénettes de 3 ou 4 pages, sa vie en cohabitation avec trois amis. Dans une minuscule pièce, ils mangent, dorment et travaillent. Problèmes de coeur, d'argent, d'étude ou de relations constituent le pain quotidien de cette BD qui nous en apprend beaucoup sur la jeunesse coréenne. On rit souvent, mais l'émotion n'est pas absente, l'auteur donnant parfois un ton très sérieux et politique à son propos. Une belle découverte. (Casterman, Hanguk, 15,75 €)

07:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0)

24/10/2006

Saga africaine

medium_Peuple_des_endormis_1.jpgDidier Tronchet, à côté de ses albums d'humour pur, dont généralement il signe les scénarios, aime se dérouiller la main en dessinant des albums plus ambitieux graphiquement, tirés de romans qu'il a apprécié. Après plusieurs adaptations des romans d'Anne Sibran, sa compagne, il s'attaque au roman de Frédéric Richaud, "Le peuple des endormis", paru aux éditions Grasset. Dans le paris du XVIIe siècle, un jeune garçon s'évade en dessinant. Pour sa mère, à l'éducation stricte et religieuse, c'est une hérésie. Mais son père apprécie le talent de son fils. Il décide de partager son secret. Dans des caves secrètes, il tente de trouver la bonne solution pour empailler des animaux. Il travaille notamment pour le Marquis de Dunan, grand séducteur, cherchant un bon moyen pour se faire remarquer par le roi. Quand il décide de financer une expédition pour explorer l'Afrique, il emmène dans ses bagages le jeune dessinateur qui sera chargé de retranscrire sur le papier tous les animaux qu'ils croiseront. Violent, cruel, sans concession, époque oblige, cet album en surprendra plus d'un. (Dupuis, 13,50 €)

07:07 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0)

23/10/2006

Humanitaire sans condition

medium_Watch_1.jpgL'Unesco est une administration mondiale prônant paix et éducation pour tous les enfants de la planète. Mais pour obtenir des résultats, parfois, la méthode forte s'avère être la plus efficace. C'est dans ce cadre que Michaël Le Galli, le scénariste, a imaginé un service de l'Unesco agissant dans l'ombre. La section WATCH est basée à Montréal et intervient un peu partout dans le monde et n'hésite pas à recruter ses membres parmi les services secrets des États membres. Pour cette première mission, plusieurs de ses membres se rendent au Sri Lanka tenter de mettre fin au recrutement de force d'enfants soldats par les Tigres tamouls. Dessiné par Luca Erbetta, le premier tome permet au lecteur de mieux connaître les agents de la section, leurs origines, leur vie privée, leurs inimitiés et casseroles. Le second, paraissant simultanément, les plonge dans l'action. Bien documenté, très crédible, l'histoire permet de dénoncer ces chefs de guerre prêts à tout pour avoir des troupes dociles et malléables. Le prochain épisode est annoncé pour janvier prochain. La série inaugure une nouvelle collection, Impact. (Delcourt, 10,50 €)

09:14 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0)

22/10/2006

Demi dragon

medium_Brussli_le_conquerant_1.jpgDans un pays ressemblant à une principauté d'opérette, le maire, industriel local, meurt sans héritier direct. Ce sont ses deux petites-filles qui devront assurer la pérennité de la prospérité de cette vallée encaissée entre les montagnes. Au même moment, un paysan découvre au fond d'une caverne un oeuf qu'il ramène chez lui. Quand il l'offre à sa femme, cela bouge dans le sac. Ce petit être sera leur fils. On le retrouve quelques années plus tard. Brüssli est le souffre-douleur des autres enfants du village. Mais il s'en moque car une jeune fille vient de lui faire un compliment. Ce n'est pas dit explicitement, mais le lecteur comprend vite que Brüssli, en fait, est un jeune dragon qui n'a pas conscience de sa véritable identité. Premier toma d'une série pour les plus jeunes, écrite par Jean-Louis Fonteneau (Inspecteur Bayard), un habitué de la littérature jeunesse. Au dessin, Etienne fait exploser les couleurs, comme dans le premier tome de Gargouilles dont il est l'auteur. (Les Humanoïdes Associés, 12,90 €)

07:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0)