22/02/2009

Mes BD souvenirs (1)

Quand j'essaie de me souvenir de mes plus jeunes années, les images les plus fortes sont souvent liées à des bandes dessinées. Très jeune j'ai été fasciné par ce mode d'expression. Et cette passion m'est restée. Aujourd'hui encore, je jubile autant en recevant la dernière nouveauté d'une nouvelle maison d'édition qu'en découvrant, dans un vide-greniers, un vieil exemplaire d'une revue des années 60 ou 70. Ces illustrés, dans toute leurs diversités, je les ai dévorés des journées durant, vivant par procuration, déjà.

akim 374.jpegComme beaucoup de gamins, au début des années 70, j'ai débuté en lisant les petits formats. Trois titres m'ont plus spécialement marqué : Akim, Zembla et Janus Stark. Mes rapports avec les petits formats ont débuté d'une façon très étrange. Sans argent de poche, je ne pouvais m'acheter le moindre titre. Mais un de mes copains m'a expliqué comment il lisait des dizaines de petits formats pour quelques centimes. Il fallait être patient et ne pas trop rêver sur les couvertures. Sa combine était de récupérer les invendus. Dans le minuscule village de Gironde que nous habitions, une sorte d'épicière vendait également un peu de presse. En fait, des invendus elle ne renvoyait que la couverture, arrachée sans ménagement, gardant tout le corps de la revue.

zembla 252.jpegCes petits formats, sans couverture, faisaient mon régal. Une fois tous les trois mois, je me rendais dans le magasin et en ressortais avec un carton plein. Je ne choisissais pas. Mais je me précipitais sur les Akim et Zembla, les deux héros qui me plaisaient le plus. Certainement en raison de l'exotisme des histoires. L'Afrique, les animaux sauvages, les tribus de "sauvages"... Les personnages secondaires étaient aussi assez réussis, notamment dans Zembla. Mais déjà je trouvais que certains dessins avaient l'air "ratés". Je tentais déjà de copier certaines cases, sans succès. Parfois, je trouvais les bras du héros trop maigres, ou les jambes disproportionnées par rapport au reste du corps. Je n'avais pas suivi de cours d'anatomie, mais mon œil repérait déjà ces imperfections.

janus strark 4.jpegLe seul héros qui m'a véritablement marqué reste Janus Stark. Cette BD anglaise, assez sombre, mieux dessinée que les productions italiennes, m'avait véritablement fasciné. Pas véritablement les intrigues, mais la capacité du héros de se déformer pour passer dans de minuscules ouvertures. Déjà gros, je devais inconsciemment rêver d'être tellement maigre que je pourrais passer sous une porte avec un peu de volonté.

Il va de soi que ces revues, sans couverture donc vite abimées, ne restaient que peu de temps entre mes mains. Je n'avais pas encore cette volonté de conserver, de collectionner. Je les échangeais avec les copains, voire les jetais après consommation. Les petits formats ont donc été mes premières BD. Pas chères, en noir et blanc, elles m'ont éduqué l'oeil, fait rêvé de contrées lointaines. Une bonne préparation avant de découvrir les maîtres absolus qui signaient dans les hebdos, plus chers mais en couleurs : Pif, Tintin et Spirou.

Des petits formats je n'en ai jamais acheté par la suite. Je feuilletais juste dans les librairies, étonné de leur médiocrité. Aujourd'hui ils n'existent plus du tout, si ce n'est quelques rééditions de Blek le Roc, le seul western qui ait trouvé goût à mes yeux. Le papier à jauni, comme nos souvenirs.
(A suivre dimanche prochain)

Les commentaires sont fermés.