28/02/2009

RÉMINISCENCES

Bunker 3.JPG


Christophe Bec, cette fois associé à Stéphane Betbeder, s'affirme comme un scénariste incontournable de la BD de science-fiction. Son « Bunker », dessiné par Genzianella décrit un pays placé sous la dictature militaire d'un Impérator sur le déclin. Les services spéciaux, sorte de police politique, sont sur les traces d'Aleksi Stassik. Ce soldat en fuite aurait joué un rôle essentiel, il y a 25 ans, dans une catastrophe ayant provoqué des milliers de morts dans la région d'Azbuska. Dans sa cavale, il a le soutien d'Anika, la nièce de l'Impérator. Entre Aleksi et Anika une complicité va naître. Tous les deux ont une enfance secrète, des origines exceptionnelles et des talents psychiques hors du commun. Les auteurs prennent le temps de décrire les doutes psychologiques des héros. Cet épisode charnière dans la série (prévue en 5 tomes) donne l'occasion au dessinateur de donner sa vision de ruines industrielles, campagnes calmes et sereines et déserts envahis par des colonnes militaires.
« Bunker » (tome 3), Dupuis, 13,50 €


06:16 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bec, genzianella, betbeder, dupuis

27/02/2009

CHARLIE SCHLINGO DERNIÈRE

Je voudrais me suicider.jpg


Auteur de BD culte ayant élevé le « n'importe quoi » au rang de chef d'œuvre, Charlie Schlingo n'a pas été épargné par la vie. Mais il s'est bien rattrapé, profitant au maximum des rares joies encore permises sur cette terre : l'alcool, les femmes, la déconne... Cette biographie écrite par Teulé et dessinée par Cestac fait du yoyo entre émotion et franche rigolade. Une jambe folle à cause de la polio n'a pas empêché Charlie Schlingo de bouffer la vie à pleine dents. Le petit provincial, une fois monté à Paris, s'est lancé à corps perdu dans la bande dessinée, sa passion, cette forme d'expression qui lui a permis d'oublier son triste sort d'handicapé. Ses histoires loufoques sont publiées dans Hara Kiri et Métal Hurlant. Il ne rencontre pas le succès populaire, mais une poignée de fans sont fidèles. Josette de Rechange, son héroïne, va traîner ses bas résille dans quelques albums. Sa fin fut tragique, la seule chute pas drôle de sa carrière.
« Je voudrais me suicider mais j'ai pas le temps », Dargaud, 18 €


26/02/2009

Délires américains

Trois amis se retrouvent et se remémorent leurs séjours aux USA. Souvenirs tournant autour du sexe et de la drogue.

I love NY.jpg


Voix singulière dans la littérature francophone, Nicolas Pages propose dans ce roman un vaste tour d'horizon de tous les excès possibles et imaginables dans cette ville sans pareille qu'est New York. Après un court texte d'introduction à la première personne, tout le reste du récit prend la forme d'un dialogue. Entre Arnaud et Vincent dans un premier temps, dans un appartement à New York, puis Arnaud, Vincent et Lucas, dans une ferme, en France. Des amis, qui ont en commun d'être devenus "accros" à Big Apple. Dans la première partie, c'est Arnaud qui raconte à Vincent les aventures extraordinaires qu'il a vécu en peu de temps. En 2000, donc avant l'attentat des tours jumelles, il est étudiant. Le soir, il travaille dans un bar gay. Il est lui-même homosexuel et ne se prive pas de collectionner les aventures. Parfois il prend un cachet d'ecstasy ou une ligne de cocaïne.

Cocaïne à gogo
Sa vie va radicalement changer quand il acceptera de changer de colocataire. Dans un grand appartement il accueille Ricardo, steward brésilien faisant régulièrement des allers-retours entre les USA et l'Amérique du Sud. Il ramène dans ses bagages de l'esctasy et de la cocaïne. Beaucoup de cocaïne. Résultat leur train de vie s'améliore rapidement. « Ricardo se faisait entre dix et vingt mille dollars par semaine, explique Arnaud. Il y avait des sacs entiers de billets. On avait vraiment la belle vie. » Arnaud se souvient de cette période aujourd'hui révolue. Avec nostalgie mais aussi beaucoup de clairvoyance. A une question de Vincent, il se confesse presque. « Je ne m'occupais que de ma propre petite personne. Et comme j'avais le fric, j'avais ce que je voulais et qui je voulais. Je me suis repayé toute nouvelle collection de vyniles. Et pour les mecs, j'ai légèrement abusé. J'avais une assurance que je ne me connaissais pas. C'est triste, mais c'était grâce au fric. Je me suis comporté en total égoïste. Tout ce qui m'intéressait c'était mon plaisir. » Ces regrets, sincères, atténuent l'apologie de l'usage de la drogue qui semble transparaître de ce texte sans tabou.

Voyage mouvementé
Cela aurait pu continuer longtemps comme cela, mais un jour Ricardo, paniqué, craint de s'être fait repéré. Arnaud va prendre les choses en main et cacher la drogue (pas moins de trois kilos), chez un ami français, Lucas. Ricardo cessant son activité, Arnaud va récupérer la cocaïne et la revendre. Des dizaines de milliers de dollars qu'ils vont dépenser, avec Lucas, dans une traversée de l'Amérique, d'Est en Ouest.
Cette seconde partie, picaresque et toute aussi déjantée dans les excès, est au centre de la conversation à trois, en France, devant une cheminée, bien des années après. Un peu comme des anciens combattants narrant leurs exploits. Des ghettos noirs à Chicago à la rencontre d'une bande de Hells Angels en passant par les drags queens de San Francisco, c'est toute l'Amérique cachée qui est mise en exergue dans ce roman se dévorant d'une traite. On est emporté dans cette folle cavalcade, la magie du texte faisant oublier tout sens critique face à cette débauche de sexe et de drogue. Au final, un drôle de trip pour le lecteur qui sort su livre tout tourneboulé.

« I love NY », Nicolas Pages, Flammarion, 18 €


06:09 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nicolas pages, flammarion

25/02/2009

RECHERCHE GRAPHIQUE

La vie est belle malgré tout.jpg


Les éditions Delcourt ont eu la très bonne idée de rééditer le premier livre de Seth. Cet auteur canadien, certainement un des plus doué de sa génération, s'est imposé dans des récits aux dessins clairs et précis, en se mettant en scène. Dans ces 190 pages de format comics, il tente de comprendre pourquoi il est si nostalgique, n'aimant que les objets ayant plusieurs années. Il découvre dans un vieux magazine un dessin d'humour d'un certain Karo. Un auteur dont il n'avait jamais entendu parler auparavant. Il va se mettre à la quête de ses dessins, transformant cette curiosité en une véritable obsession. Réflexion sur la vie qui passe, la notoriété, l'accomplissement de soi, cette BD qui ne peut laisser personne indifférent.
« La vie est belle malgré tout », Delcourt, 16,50 €


06:05 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : seth, delcourt

24/02/2009

TROIS JOURS D'ENFANCE

Parce que le paradis n'existe pas.jpg


Trois jours de crise, trois jours en enfance. Fabien, 36 ans, au chômage, quitte sa femme et se réfugie chez ses parents. Là, rien n'a changé. Sa chambre de petit garçon, ses souvenirs, le bois où il s'amusait avec ses copains du primaire. Un bois aux pouvoirs magiques puisqu'il suffit qu'il s'approche de l'ancienne cabane pour qu'il se retrouve dans son corps de gamin. Durant trois jours, il va revivre les soirée familiales, les bancs de l'école et les bagarres. Jusqu'à ce qu'il comprenne où cela doit l'emmener au final. Un roman graphique sans concession écrit par Damien Marie et illustré par Vanders, virtuose des ambiances sombres.
« Parce que le paradis n'existe pas », Bamboo, 14,90 €


06:01 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : damien marie, vanders, bamboo

23/02/2009

HISTOIRES CAIROTES

Mes mille et une nuits.jpg


Vivant au Caire depuis plus de 15 ans, Golo s'est totalement imprégné de cette ville et de ses habitants. Aujourd'hui, il se dévoile pour la première fois. Dans cet album foisonnant, il raconte ses premières années dans cette ville gigantesque, grouillante de vie, cosmopolite et accueillante. Le jeune dessinateur français aux cheveux longs de la fin des années 70 va croiser la route de Goudah, « un artiste du hasard, un créateur de situations, un tourbillon de fantaisie. » Il est au centre de ces 90 pages de même que les différentes versions des Mille et une nuits, œuvre emblématique de l'Orient. Un regard différent sur un pays et une civilisation.
« Mes mille et une nuis au Caire » (tome 1), Futuropolis, 17 €


06:15 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : golo, futuropolis

22/02/2009

Mes BD souvenirs (1)

Quand j'essaie de me souvenir de mes plus jeunes années, les images les plus fortes sont souvent liées à des bandes dessinées. Très jeune j'ai été fasciné par ce mode d'expression. Et cette passion m'est restée. Aujourd'hui encore, je jubile autant en recevant la dernière nouveauté d'une nouvelle maison d'édition qu'en découvrant, dans un vide-greniers, un vieil exemplaire d'une revue des années 60 ou 70. Ces illustrés, dans toute leurs diversités, je les ai dévorés des journées durant, vivant par procuration, déjà.

akim 374.jpegComme beaucoup de gamins, au début des années 70, j'ai débuté en lisant les petits formats. Trois titres m'ont plus spécialement marqué : Akim, Zembla et Janus Stark. Mes rapports avec les petits formats ont débuté d'une façon très étrange. Sans argent de poche, je ne pouvais m'acheter le moindre titre. Mais un de mes copains m'a expliqué comment il lisait des dizaines de petits formats pour quelques centimes. Il fallait être patient et ne pas trop rêver sur les couvertures. Sa combine était de récupérer les invendus. Dans le minuscule village de Gironde que nous habitions, une sorte d'épicière vendait également un peu de presse. En fait, des invendus elle ne renvoyait que la couverture, arrachée sans ménagement, gardant tout le corps de la revue.

zembla 252.jpegCes petits formats, sans couverture, faisaient mon régal. Une fois tous les trois mois, je me rendais dans le magasin et en ressortais avec un carton plein. Je ne choisissais pas. Mais je me précipitais sur les Akim et Zembla, les deux héros qui me plaisaient le plus. Certainement en raison de l'exotisme des histoires. L'Afrique, les animaux sauvages, les tribus de "sauvages"... Les personnages secondaires étaient aussi assez réussis, notamment dans Zembla. Mais déjà je trouvais que certains dessins avaient l'air "ratés". Je tentais déjà de copier certaines cases, sans succès. Parfois, je trouvais les bras du héros trop maigres, ou les jambes disproportionnées par rapport au reste du corps. Je n'avais pas suivi de cours d'anatomie, mais mon œil repérait déjà ces imperfections.

janus strark 4.jpegLe seul héros qui m'a véritablement marqué reste Janus Stark. Cette BD anglaise, assez sombre, mieux dessinée que les productions italiennes, m'avait véritablement fasciné. Pas véritablement les intrigues, mais la capacité du héros de se déformer pour passer dans de minuscules ouvertures. Déjà gros, je devais inconsciemment rêver d'être tellement maigre que je pourrais passer sous une porte avec un peu de volonté.

Il va de soi que ces revues, sans couverture donc vite abimées, ne restaient que peu de temps entre mes mains. Je n'avais pas encore cette volonté de conserver, de collectionner. Je les échangeais avec les copains, voire les jetais après consommation. Les petits formats ont donc été mes premières BD. Pas chères, en noir et blanc, elles m'ont éduqué l'oeil, fait rêvé de contrées lointaines. Une bonne préparation avant de découvrir les maîtres absolus qui signaient dans les hebdos, plus chers mais en couleurs : Pif, Tintin et Spirou.

Des petits formats je n'en ai jamais acheté par la suite. Je feuilletais juste dans les librairies, étonné de leur médiocrité. Aujourd'hui ils n'existent plus du tout, si ce n'est quelques rééditions de Blek le Roc, le seul western qui ait trouvé goût à mes yeux. Le papier à jauni, comme nos souvenirs.
(A suivre dimanche prochain)

21/02/2009

"BRECHE" DANS LE TEMPS

La problématique du voyage dans le passé et une féroce caricature de la téléréalité sont au centre de ce roman signé Christophe Lambert.

breche.jpg


En 2060, le voyage dans le temps est devenu une mine pour la télévision qui fait revivre à ses téléspectateurs les moments clés de notre Histoire dans l'émission "Vous y étiez". Mais le public se lassant rapidement, il va falloir trouver un événement fondateur, intense, pour garder les sacro-saintes parts de marché. Un jeune créatif a l'idée qui fait mouche : le débarquement de juin 44 en Normandie. Reste à trouver les volontaires pour aller filmer cette bataille aux airs de boucherie. La production sélectionne deux hommes aux caractères opposés. Gary Hendershot est reporter de guerre. Mitch Kotlowitz est un historien. Gary est un habitué aux missions casse-cou. Encore plus depuis ce funeste jour où sa jeune femme s'est tuée en voiture. Mitch, divorcé et père d'un garçon de dix ans, est un pur intellectuel. Il s'est spécialisé dans les reconstitutions historiques mais cela reste du domaine du jeu.

UN FUTUR FLUCTUANT
Le principe du roman posé, Christophe Lambert a tout loisir de mieux décrire la psychologie des deux héros en puissance et surtout de mieux expliquer les règles du voyage dans le temps. Première directive : ne jamais interférer dans l'action au risque de modifier le futur. Ne pas révéler aux "Pastiens" (les habitants du passé) d'où on vient et ne jamais laisser dans le passé un élément de la technologie du futur.
Les premières heures du programme se passent sans encombre. Les deux envoyés spéciaux filment et décrivent l'embarquement des milliers de soldats, leurs angoisses et espoirs. Le lecteur se doute que quelque chose va coincer dans les rouages du temps quand Mitch, une fois sur la plage, voit un général se faire abattre sous ses yeux. L'historien sait parfaitement que normalement cet homme n'est pas mort le jour du débarquement. Au contraire, c'est le fameux général Cota, héros du débarquement, meneur d'hommes d'exception. S'il n'est plus là, le débarquement risque carrément d'échouer, donnant la possibilité aux armées nazis de se remobiliser, voire de gagner la guerre.
Les deux envoyés spéciaux n'ont plus le choix, ils doivent absolument infléchir le cours de l'histoire, suppléer l'absence de Cota, se transformer en leaders. L'échec serait synonyme pour eux de disparition pure et simple...
Sans avoir le brio de certains romans de Philip K. Dick, grand maître de l'uchronie (reconstitution fictive de l'histoire, relatant des faits tels qu'ils auraient pu se produire), ce récit brillamment mené par Christophe Lambert ne se perd pas en considérations scientifiques, l'auteur préférant décrire minutieusement le quotidien de ces soldats morts pour la liberté.
Certaines scènes du débarquement, déluge de feu et de mort, permettent d'avoir une idée très précise de l'enfer vécu par ces soldats. Quant au paradoxe temporel, il vous réserve encore bien des surprises.

"La brèche" de Christophe Lambert. Fleuve Noir.15 euros (également en poche chez Pocket, 6,80 €)




20/02/2009

Vieillesse trash

Monde merveilleux des vieux 2.jpg


Laetitia Coryn a 25 ans et sait parfaitement dessiner les petites filles déguisées en princesses. Mais Laetitia Coryn s'intéresse plus aux personnes âges, les vieux. Car Laetitia Coryn ne fait pas dans le politiquement correct. Les papis et mamies qui évoluent dans ses gags en une planche sont incroyables. Toujours portés sur le sexe (plutôt tendance sado-maso...), ils ont également la fâcheuse habitude de jouer avec leurs excréments, de martyriser leurs animaux de compagnie et se moquer des jeunes. Certains gags sont carrément immondes. Mais pour connaître ses limites, ne faut-il pas les franchir parfois ? Pervers Pépère à côté fait figure de boy-scout. Exemple le fibrome utérin (de la taille d'une balle de tennis) de grand-mère, transformé en jokari par un papi joueur, bien content de faire plaisir à moindre coût à son petit-fils. Si Laetitia Coryn dessine les enfants et adultes sans trop les caricaturer, il n'en est pas de même pour ses personnages favoris, surchargés de rides, plis et autres horreurs physiques habituelles dès que l'on passe les 70 printemps. Un album à ne pas mettre entre toutes les mains à base d'humour noir porté à son plus haut niveau.
« Le monde merveilleux des vieux » (tome 2), Drugstore, 10 €


06:35 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : laetitia coryn, drugstore

19/02/2009

QUAND UN AUTISTE ENQUÊTE APRÈS "LE BIZARRE INCIDENT DU CHIEN..."

bizzarre incident.jpg


Christopher Boone vit dans une petite ville anglaise en compagnie de son père. Agé de 15 ans, Christopher est différent des autres adolescents. Il est autiste. Pas mongolien, loin de là, mais il n'arrive pas à intégrer une vie sociale normale. Par exemple il adore les maths. Résoudre des problèmes est un jeu d'enfant pour Christopher.
Et compter le calme. Mais Christopher ne supporte pas qu'on le touche. Dès qu'il est contrarié il grogne ou se met à crier. Il est parfaitement conscient de ses problèmes comportementaux. Vers le milieu de ce roman de Mark Haddon, Christopher liste ces actions qui le desservent. Il relève notamment : "Crier quand je suis fâché ou déconcerté, ne pas aimer ce qui est jaune ou brun, refuser de manger si différentes sortes d'aliments se touchent, frapper les autres, détester la France..." Bref la vie avec Christopher n'est pas toujours facile. Son père qui l'élève seul est souvent sur le point de craquer.

Qui a tué le chien ?

Un événement dans le quartier va faire basculer la vie de Christopher. Un jour, il découvre le corps du chien de la voisine, transpercé par une fourche. L'adolescent, qui aime lire les romans policiers, se met en tête de découvrir le meurtrier du pauvre animal. Il va se lancer dans une enquête, et raconter dans un cahier la progression de ses recherches. C'est ce livre que le lecteur découvre, la prose d'un autiste qui raconte sa vie comme il pense. Parfois c'est très clair, d'autre fois c'est particulièrement tordu et emberlificoté.
Son enquête va conduire Christopher loin de son monde quotidien. Il va devoir prendre le train puis le métro et se déplacer seul à Londres. Or, Christopher a peur de la foule. Il compare son esprit à un disque dur d'ordinateur. Il a des difficultés à faire plusieurs choses en même temps et quand il est sollicité par trop de nouveautés à la fois, il se met en vrille et se déconnecte.

De l'évolution de l'espèce humaine.
Quand il est en train par exemple, le simple fait de regarder le paysage le trouble au plus haut point car il ne peut s'empêcher de tout observer et de tout enregistrer, avec les possibles conséquences : " Ça m'a fait penser qu'il devait y avoir des millions de kilomètres de voies ferrées et qu'elles passaient toutes devant des maisons, des routes, des rivières et des champs, et ça m'a fait penser au nombre incroyable de gens qu'il y a dans le monde et ils ont tous des maisons, des routes pour y rouler dessus, des voitures, des animaux domestiques et des habits et ils déjeunent tous, ils vont au lit et ils ont des noms et ça m'a fait mal à la tête aussi, alors j'ai refermé les yeux, j'ai compté et j'ai grogné." Durant son périple, Christopher aura quelques blancs du même type. A côté de ces situations extrêmes il est doté d'une intelligence réellement supérieure à la moyenne, parvenant parfois à analyser la situation avec une justesse extrême. A propos de l'évolution des humains et des religions, il a une théorie imparable : "Les gens qui croient en Dieu pensent que Dieu a mis l'être humain sur terre parcequ'ils s'imaginer que l'être humain est le meilleur animal du monde.
Mais l'être humain n'est qu'un animal et il évoluera pour produire un autre animal, et cet animal sera plus intelligent que l'être humain et il enfermera les hommes dans un zoo, comme nous enfermons les chimpanzés et les gorilles."
Laissez-vous emporter au pays des chiffres, des listes et de la logique imparable par Christopher Boone. Vous ne le regretterez pas et ne regarderez jamais plus les autistes avec les mêmes yeux...
"Le bizarre incident du chien pendant la nuit", Mark Haddon, Pocket Jeunesse, 19 euros

06:25 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mark haddon, pocket