30/06/2009

« La science peut alimenter l’imaginaire »

 

Avec son « Prince des nuages », Christophe Galfard nous emmène dans latmosphère - au sens propre - qui le fascine et dont personne ne sortira indifférent.

 

prince_des_nuages.jpgGrand, svelte, brun aux yeux tour à tour malicieux ou sérieux, le sourire ravageur, à 33 ans, Christophe Galfard a tout pour séduire. Dautant quil ne se contente pas davoir la tête bien faite mais également bien pleine ! Bref, impossible de résister à ce scientifique de haut niveau - école dingénieurs en France suivi dun DEA en mathématiques à Cambridge (excusez du peu !) pour finir par un doctorat en physique théorique sous la direction du célèbre astrophysicien Stephen Hawking, grâce auquel il devient spécialiste des trous noirs et de lorigine de lunivers.

 

Tout le passionne !

Mais la plus grande qualité de C. Galfard reste sans doute son humilité désarmante et aussi son désir de transmettre son savoir. « Cela fait partie dun être humain que dessayer de comprendre le monde qui nous entoure » déclare-t-il. Même si vous êtes un parfait néophyte en la matière, il aura le plaisir et la patience de vous expliquer simplement les choses et je puis vous lassurer, vous vous sentez nettement plus intelligent après son intervention ! « Jadore les histoires, confie-t-il, les raconter, vivre au travers delles nous ramènent vers notre réalité. Ce qui me plaît cest léchange parce quen transmettant je reçois énormément aussi ».

Selon lui, « la science est obligatoire parce que les solutions sont basées sur des choses rationnelles ».

Nallez pourtant pas vous imaginer que, comme pas mal de scientifiques, tout le reste lui paraît dérisoire. Son livre le prouve dailleurs, où lon trouve des passages poétiques, dautres drôles qui forment un parfait équilibre avec les encadrés scientifiques. « Jai lu beaucoup de poésies. La science est incroyablement poétique. Une des caractéristiques de la poésie est de se retrouver minuscule dans un monde incompréhensible. »

 

Un roman en symbiose avec la science

Christophe_Galfard_couleur_(c)__François_Lebel.jpgEntre le jeune Tristam, le « rêveur » du groupe, son ami Tom et Myrtille, fille du roi des nuages du nord , détrôné par le Tyran, existent une complicité sans faille. Tous vivent dans un village bâti sur un nuage destiné à cacher Myrtille et paradoxalement, on entre dans lhistoire avec une facilité déconcertante, même si chacun sait que sexiler sur un nuage paraît plutôt allégorique ! Le paradoxe est dailleurs toujours présent puisque les habitants y font pousser du riz ! « Jai beaucoup réfléchi à ce qui pourrait croître sur ce qui nest finalement que de leau et jai donc pensé au riz », sourit C. Galfard.

Hélas le Tyran finit par retrouver le nuage et décide de faire non seulement de tout le peuple ses esclaves mais en sus dinterférer sur le climat de la terre pour en faire une arme de guerre. Seule Myrtille se voit proposer par le Tyran lui-même de régner à ses côtés. Quant à Tristam et Tom, ils ont réussi in extremis à senfuir avant la capture générale sur une moto libellule programmée pour arriver dans un lieu bien précis. Tristam réussit à emmener un petit paquet soigneusement ficelé par sa mère, quant à Tom, il serre contre son cœur un livre quil a découvert quelques jours plus tôt à la bibliothèque « Lart subtil de la guerre des nuages ». Il est persuadé que, grâce à sa trouvaille, il pourra devenir Maître des Vents, battre le Tyran et ainsi sauver son peuple.

Le roman est scandé dencadrés scientifiques, dosés juste comme il faut pour ne pas lasser le lecteur et extrêmement intéressants. Agrémentés de graphiques, ils sont à la portée des enfants à partir de neuf ans mais les adultes y trouveront aussi leur compte ! Les illustrations de Vincent Dutrait, auquel on doit aussi la couverture, toutes en noir et blanc, sont très expressives et traduisent un petit côté mélancolique qui nest pas sans rappeler que sur terre - et dans les nuages - il se passe des choses terribles au niveau de lécologie pour ne citer que celle-là. Et la guerre bien évidemment. « Une terrible vérité venait de le frapper de plein fouet : les batailles, les conflits et les guerres impliquent toujours des enfants ». Mais comme le fait remarquer C. Galfard, « il faut bien commencer par la mélancolie pour trouver la joie ! »

 

Un travail de chaque instant

C. Galfard ne sen cache pas, il a beaucoup travaillé sur ce qui est devenu un petit bijou. « Parfois, jai du mal, mais jadore quand même ! La recherche cest un peu pareil, il faut faire preuve dune imagination incroyable. La vraie recherche commence là où lon ne sait plus ce qui se passe. Et mon inspiration est basée à 95% sur la science, le reste vient des lectures et dun peu dimagination ». Quand je vous disais quil navait pas la grosse tête… « Et puis, jai adoré faire de petits clins dœil aux lecteurs mais aussi à moi-même ».

On attend avec impatience la suite dans un an.

Alors, chers parents de vos petites ou grandes têtes blondes, à présent que les vacances arrivent, petit conseil dinitiée, privilégiez le livre de C. Galfard à quelques devoirs de vacances. Ils en retiendront et en retireront certainement beaucoup plus. Et rien de vous empêche de le leur emprunter ! Parce quà mon sens, Christophe Galfard est sans conteste un vrai prince des nuages.

Fabienne HUART

« Le Prince des nuages », Christophe Galfard, Pocket Jeunesse, 19 €.

Christophe Galfard a également participé à l'écriture de “Georges et les secrets de l'univers” de Stephen et Lucy Hawking (Pocket jeunesse, 6,90 €) Photo : François Lebel

.

29/06/2009

Classique moderne

 

gil jourdan int 1.jpg

Maurice Tillieux, s'il n'a pas connu le succès considérable de Franquin ou de Hergé, fait pourtant partie des maîtres de la bande dessinée franco-belge. Il était le premier à conjuguer récit policier avec humour. Son héros, Gil Jourdan, bien que datant du milieu des années 50, était incroyablement moderne pour l'époque. Gil Jourdan est de retour, avec son créateur, dans une très belle intégrale dont le premier volume reprend les quatre albums parus entre 1956 et 1960. Le jeune détective privé, ambitieux, intrépide et courageux, a l'appui de deux amis, Croûton et Libellule, grands pourvoyeurs de scènes comiques. Le premier est un policier, le second un gangster repenti. Le trio a aussi contribué à la mode des belles bagnoles, souvent fracassées dans de spectaculaires accidents. L'intégrale bénéficie d'une riche introduction de 32 pages retraçant, en texte et en images, les débuts de Tillieux.

« Gil Jourdan, l'intégrale » (tome 1), Dupuis, 24 €

06:18 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gil jourdan, tillieux, dupuis

28/06/2009

Amour en noir et blanc

 

blanche_01.jpg

Blanche, jeune femme du XVIIIe siècle, vient de prendre pour époux un noble de 50 ans. Un riche entrepreneur qui ne peut même pas lui consacrer sa nuit de noces. Blanche, toujours vierge, se retrouve quasiment prisonnière dans la vaste demeure de son époux, sur une île battue par les vents de l'Atlantique. Ses voisins, comme ses domestiques, sont exécrables avec elle. Seul Toumaï, esclave noir ramené en Europe par l'époux, ne dit pas du mal d'elle dans son dos. A cette époque, les Noirs étaient assimilés à du bétail. Pourtant Toumaï est beaucoup plus humain que n'importe quel insulaire. Blanche va rapidement s'en rendre compte et malgré la chape des interdits et des conventions, ils vont finir dans les bras l'un de l'autre. Superbe histoire d'amour, cette parabole sur l'intolérance est signée Thierry Chavant, un auteur mettant son dessin classique au service d'une intrigue forte.

« Blanche » (tome 1), Delcourt, 12,90 €

06:16 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : thierry chavant, delcourt

27/06/2009

Tirs nourris

 

Naja 3.jpg

Le monde de Naja n'est fait que de souffrance, de blessures et de morts. Naja est tueuse. Elle travaille pour une mystérieuse organisation qui classe ses employés. Naja est numéro 3. Le personnage principal de ce troisième volet de ses aventures, c'est le numéro 2. Il a un contrat et compte bien le remplir : tuer le numéro 1. Pas pour prendre sa place. Simplement pour faire ce pour quoi on le paie. Sans se poser de questions sur le nom du commanditaire ou la raison de l'élimination. Dessinée par Bengal, cette BD est atypique. Quasiment pas de dialogue, mais un texte narratif lancinant, froid. A l'image des trois tueurs lancés les uns contre les autres. Morvan signe certainement sa meilleure série, très littéraire et psychologique, même si cela ne cesse de tirer ou découper à chaque coin de case. Le lecteur est comme hypnotisé par cet univers, notamment celui de Naja, la tueuse qui ne fait pas la différence entre souffrance et orgasme.

« Naja » (tome 3), Dargaud, 13,50 €

06:13 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : naja, morvan, bengal, dargaud

26/06/2009

Confidentialité assurée

 

Confidentialité assurée.jpgInspectrice de fidélité, tel est le métier de Jennifer Hunter. Elle est engagée par des femmes soupçonneuses et tend des pièges aux maris supposés volages. Ce roman de Jessica Brody, jeune Américaine par ailleurs scénariste, est en cours d'adaptation en série télévisée. Il est vrai que l'infidélité est un filon sans fin. D'autant que les scènes sexy sont nombreuses, Jennifer payant de sa personne pour coincer les fautifs.

L'extrait : « Sans cesser de m'embrasser, il m'a retiré ma veste. Puis il s'est attaqué à mon chemisier, un bouton après l'autre. Je n'ai pas protesté. Le chemisier a glissé et la vue de mon balconnet en dentelle bleu lavande lui a arraché un soupir comblé. Naturellement, c'était flatteur. Comment est-ce qu'il en aurait été autrement ? » (Fleuve Noir, 18,90 €)

25/06/2009

Le jade et le rubis

 

Jade et le rubis.jpgKate Furnivall, pour son premier roman, signe un pavé de près de 500 pages alliant souffle historique, dépaysement et amour impossible. Chassée de Russie par les Bolchéviques, Valentine se réfugie en Chine en compagnie de sa fille Lydia. Une belle adolescente de 15 ans qui va rencontrer l'amour dans une venelle des bas-fonds de la ville. Coup de foudre pour Chang An Lo, révolutionnaire intrépide ayant choisi le camp de Mao. Sur fond de révolution, les deux amoureux vont devoir choisir entre leur conscience de classe et cet amour absolu.

L'extrait : « D'un geste de la main, Lydia repoussa une mèche de cheveux qui avait glissé de sous son chapeau et, ce faisant, elle notait que l'étranger retenait son souffle et esquissait un sourire. Il tendit la main et elle crut qu'il allait passer les doigts dans sa chevelure flamboyante, mais il désigna simplement le vieil homme qui avait rampé jusqu'au seuil d'une habitation. » (Calmann-Lévy, 20,90 €)

24/06/2009

La disparue du désert

 

Disparue du désert.jpgDeux jours avant son mariage, Nouf, riche héritière d'une dynastie saoudienne, disparaît. Nayir, guide palestinien connaissant parfaitement le désert est chargé de retrouver la jeune femme, âgée de 16 ans. Zoë Ferraris, dont c'est le premier roman, a longtemps vécu en Arabie Saoudite. Elle a parfaitement cerné les déchirements de cette société, entre envie de modernité et respect des traditions. Nayir, pauvre et pieux, va découvrir les rêves de Nouf, lui donnant l'occasion à lui aussi d'ouvrir les yeux sur un autre monde.

L'extrait : « Nayir fit de son mieux pour oublier son rêve de la nuit. Il avait encore rêvé de Fatima ; il ne l'avait pas revue depuis près de quatre ans, pourtant les rêves étaient plus vivaces à chaque fois. Elle était la seule femme qu'il eût jamais courtisée. (...) Son tempérament calme et le petit rire nerveux avec lequel elle avait salué ses plaisanteries lui avaient donné l'impression que c'était une jeune fille convenable et pudique. » (Belfond, 21,50 €)

23/06/2009

Les fables de sang

 

Fables de sang.jpgRevivez les intrigues ayant secoué Versailles à la fin du 18e siècle, quand Marie-Antoinette s'imposait face à un Louis XVI rapidement dépassé. Une enquête policière menée par Pietro Viravolta, espion venu de Venise pour servir la reine. Alors qu'un tueur en série sème la terreur dans les jardins de Versailles, Pietro va découvrir la solution de l'énigme dans des fables au goût de sang. Arnaud Delalande parvient parfaitement à retranscrire l'ambiance de la cour et de ce petit monde à part, celui de Versailles.

L'extrait : « Louis regarda de nouveau Marie-Antoinette. Des larmes vinrent perler à leurs yeux. Lorsque les courtisans et leur entourage arrivèrent, se bousculant à leur porte, ils les trouvèrent agenouillés tous deux, qui sanglotaient. Et Louis XVI murmurait : Mon Dieu, gardez-nous, protégez-nous... Nous régnons trop jeunes ! » (Grasset, 18 €)

22/06/2009

Les quatre saisons

 

Quatre saisons.jpgLaurel Corona raconte avec un luxe de détails historiques l'amour fusionnel (tout en restant platonique) de Vivaldi pour une jeune fille virtuose : Maddalena. L'auteur va relater, sur plusieurs années, cette complicité jamais mise en défaut malgré les événements qui vont infléchir leurs destins. Le romantisme est au rendez-vous, avec évocation de spectacles à l'opéra et les audacieuses scènes de carnaval, le roman se déroulant en grande partie à Venise.

L'extrait : « Vivaldi fit glisser son archer sur les cordes de telle sorte que chaque note s'en trouva libérée et que se dégagea la mélancolie que Pellegrina avait refusé d'entendre. Il se tenait de profil et Maddalena ne cessait de le regarder. Quand il ferma lentement les yeux pour s'immerger totalement dans sa musique, elle eut l'impression d'être la seule personne au monde capable de le comprendre. » (Pygmalion, 20,90 €)

21/06/2009

Triste futur

 

Des lendemains sans nuages.jpg« Des lendemains sans nuages » était paru en 2001. Cette réédition donne une seconde chance à une œuvre passée presque inaperçue mais qui marquait les débuts d'auteurs qui depuis ont explosé. Au scénario Fabien Vehlmann. Il lie des histoires de science fiction par une intrigue plus générale de futur apocalyptique. Depuis il a signé Ian, le marquis d'Anaon et vient de reprendre Spirou et Fantasio. Au dessin deux jeunes aux trajectoires parallèles. Meyer a débuté avec Tome dans Berceuse assassine. Depuis il a signé le premier tome de « XIII Mistery » sur la Mangouste. Gazzotti, après avoir animé les pages de l'hebdo Spirou et être l'assistant de Janry, a repris Soda et retrouvé Vehlmann pour la série « Seuls ». Bref, ne boudez pas votre plaisir en redécouvrant les débuts de trois auteurs talentueux. De la SF qui s'inspire de Philip K. Dick avec une tentative de modifier le futur pour éviter qu'un tyran ne prenne le pouvoir. Mais cela en vaut-il véritablement la peine ?

« Des lendemains sans nuage », Le Lombard, 14,50 €