31/03/2010

Japon nostalgique

une_sacree_mamie_5_couverture.jpgRécemment, l'inénarrable Eric Zemmour a descendu en flèche les mangas, forcément violents et à déconseiller aux enfants. Il a raté d'occasion de se taire car la bande dessinée japonaise regorge de séries qui sont à l'opposé de cette caricature idiote (propagée en son temps par Ségolène Royal, ministre de la Famille). Exemple avec « Une sacrée mamie » dessinée par Ishikawa d'après un roman autobiographique de Yoschichi Shimada. A la fin des années 50, le jeune Akihiro quitte sa mère et la ville d'Hiroshima pour rejoindre sa grand-mère dans le petit village de Saga. C'est cet apprentissage de la vie rurale qui est raconté. Déjà le volume 5 de cette série qui a remporté un grand succès au Japon. Humour et tendresse sont omniprésents dans ces histoires courtes où une mamie débrouillarde apprend à son petit-fils les rudiments de la vie.

« Une sacrée mamie » (volume 5), Delcourt, 7,50 €

30/03/2010

Lulu revient

Lulu 2.jpgLulu, mère au foyer, la quarantaine, coincée entre mari et enfants, un jour, en a eu assez. Elle est partie. Sans un mot d'explication. Cette fuite, Etienne Davodeau nous la raconte avec une extraordinaire empathie. A la fin du 1er tome, il a laissé Lulu errante après avoir croqué à pleine dents cette liberté, sans pour autant y trouver toute la saveur qu'elle espérait. Dans une cité balnéaire, hors saison, elle va croiser la route d'une vieille dame qui, elle aussi, cherche à s'évader. Lulu va y rester quelques jours, le temps de faire le point, de se sentir prête pour un retour au bercail. Mais s'il est facile de partir, il est plus dur de revenir. Un album sensible, plein d'espoir et de « bons sentiments », expression trop souvent galvaudée.

« Lulu, femme nue » (tome 2), Futuropolis, 16 €

29/03/2010

Carnages

Bunker 4.JPGDès le premier tome, la série « Bunker » de Christophe Bec s'est révélée passionnante. On en est au 4e (sur 5) et c'est peu de dire que le suspense est à son comble. Dessinée désormais par Genzianella et co-écrite avec Betbeder, cette BD de SF est une des plus convaincante du dessinateur de « Zéro absolu ». En 52 pages denses et rythmées, on assiste à la montée en puissance du pouvoir de Stassik, à la fuite d'Anika, portant l'enfant de Stassik et à la mort de l'Imperator. Mais ce n'est que la partie émergée de l'histoire, dans l'ombre c'est la survie d'une entité extraterrestre qui se joue. Une histoire originale, avec un soupçon de Maurice G. Dantec, qui ferait un film à grand spectacle décoiffant.

« Bunker » (tome 4), Dupuis, 13,50 €

06:21 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bec, betbeder, genzianella, dupuis, bunker

26/03/2010

Moissons rouges

vents_contraires_1_moissons_rouges_1_2_couverture.jpgRégis Hautière est le scénariste qui monte. Après de nombreux albums chez Paquet, il a multiplié les projets chez divers éditeurs. « Vents contraires » dessinée par Ullcer, est un polar contemporain. Le héros, ancien militaire reconvertit dans la photographie animalière, se retrouve au mauvais endroit au mauvais moment. En pleine nuit, alors qu'il espérait surprendre un renard en forêt, il tombe sur une jeune femme, quasi nue, pourchassée par une bande de tueurs. Etonnamment, la séquence action ne débute qu'a la 28e page. La première partie, uniquement psychologique, présente le héros, un solitaire en quête d'absolu. Cela donne une étrange ambiance et renforce le tempo quand cela commence à canarder à tout-va.

« Vents contraires » (tome 1), Delcourt, 12,90 €

 

09:11 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ullcer, hautière, delcourt

25/03/2010

Congo en devenir

Africa dreams 1.jpg

Série ambitieuse, « Africa Dreams » entend raconter la véritable histoire du Congo belge, comment un roi très ambitieux, Léopold II, a construit de toute pièce un pays en « rachetant » des terres et en y implantant des comptoirs et plantations. Jean-François et Maryse Charles ont écrit ce scénario pour Frédéric Bihel qui semble avoir pris un immense plaisir (communicatif au lecteur) à dessiner ces vastes étendues vierges, moites et envoutantes. La grande Histoire, le lecteur la découvre par l'intermédiaire de la vision personnelle de Paul Delisle, un jeune séminariste envoyé pour évangéliser les populations locales. Mais sa venue est surtout motivée par sa volonté de retrouver son père, présenté comme un démon ayant abandonné sa famille. Ce dernier est à la tête d'une plantation et n'est pas aussi terrible. Au contraire, il lutte pour dénoncer les pratiques violentes des sbires de Léopold II.

« Africa Dreams » (tome 1), Casterman, 12,50 €


06:40 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : charles, bihel, casterman

24/03/2010

Homme et gibier

Hélas.jpgCette BD écrite par Bourhis et dessinée par Spiessert se déroule à Paris à la fin du XIXe siècle. Mais la capitale parisienne n'est pas tout à fait identique à celle que nos ancêtres ont connu. Dans cette uchronie, les animaux sont intelligents et les hommes sont redevenus sauvages vivant nus dans les bois alentours. Le braconnage des hommes peut se révéler être une activité très lucrative. Deux petits viennent d'être capturés : Feuille et son frère Source. Alors que Feuille est vendue à un tigre, Léopoldine, une femelle cochonne étudiante, découvre que la fillette peut parler. Elle va tenter de la protéger et l'étudier, mais dans l'ombre un certain « Comité de vigilance sur la question humaine » tente d'éliminer les derniers représentants de cette espèce considérée comme très nuisible. Très étonnant, ce conte philosophique inversé donne à réfléchir sur les discriminations et les risques entraînés par l'hégémonie d'une race sur une autre.

« Hélas », Dupuis Aire Libre, 15,50 €

06:27 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bourhis, spiessert, dupuis, aire libre

23/03/2010

Gags historicomiques

Chronokids 3.jpg

Comment avoir de bonnes notes en histoire ? Facile pour Adèle et Marvin, il suffit de voyager dans le temps. Avec leur téléphone portable dernière génération, il peuvent avoir des renseignements de première main pour leurs exposés. Rencontre avec Robin des Bois ou Jésus, télescopage avec H. G. Wells : les raisons d'éclater de rire ne manquent pas dans ce troisième recueil des aventures des « Chronokids » de Zep (scénario) et Stan et Vince (dessin). Les deux jeunes héros sont parfois très terre à terre (aller au Klondike avant la ruée sur l'or) mais aussi pleins de bonne volonté comme empêcher les guerres et tentant de distraire Nobel alors qu'il est sur le point d'inventer la dynamite. Cela donne un ensemble très drôle, plein de clins d'œil, le tout remarquablement dessiné par un duo d'illustrateurs ayant parfaitement digéré le passage du réalisme au comique.

« Chronokids » (tome 3), Glénat, 9,40 €

06:17 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : zep, stan, vince, glénat, chronokids

22/03/2010

Médecine expéditive

Si vous êtes malade, évitez de tomber entre les mains de Peter Brown, le médecin de ce polar de Josh Bazell. Auparavant, il était tueur à gages...

 

Docteur a tuer.jpgLa mort est souvent omniprésente dans les hôpitaux. Le Manhattan Catholic Hospital, établissement où officie le docteur Peter Brown, héros du roman de Josh Bazell, n'échappe pas à la règle. Et Peter Brown, la mort, il connait bien. Cet interne vit sa deuxième existence officielle. Précédemment, il était tueur à gages pour la mafia. Soigner ou tuer : il n'y a souvent qu'une infime frontière. Il a fait le grand saut. Dans les premières pages de ce polar, on ne connait rien du passé du docteur. On le suit allant au travail. Et déjà on comprend qu'il n'est pas exactement comme les autres praticiens. Plus proche du Dr House que de votre médecin de campagne.

En chemin il corrige un olibrius qui le braque, puis s'envoie en l'air dans l'ascenseur avec une gentille représentante pharmaceutique. Quand vient l'heure de sa tournée, il prend quelques précautions. Comme gober un cachet de Moxfane. « Le Moxfane est un médicament qu'on donne aux pilotes de bombardier qui décollent du Michigan sans escale pour bombarder l'Irak et rentrer au Michigan sans escale. On peut soit l'avaler, soit le mettre dans le moteur en guise de carburant, au choix. »

 

Le retour de Griffe d'ours

Les dix premières pages donnent le ton du roman qui rapidement ne sera pas que médical. Car Peter raconte, entre ses consultations et quelques opérations, comment il est devenu mafieux. A la base, la mafia ne l'intéressait que pour retrouver deux petits truands qui avaient assassiné ses grands-parents. Pour ce faire il s'est littéralement fait adopter par un avocat véreux. Il est devenu tueur à gages en flinguant les meurtriers de sa famille. Un très bon tueur répondant au pseudo de « Griffe d'ours ».

Mais tout cela c'est du passé. Aujourd'hui Peter est un médecin, pas spécialement honorable, mais qui a tiré un trait sur cette période de sa vie. On apprend même un peu plus loin dans le roman qu'il est sous la protection du Witsec, le programme de protection des personnes qui témoignent contre le crime organisé.

Et Peter, justement, a rudement besoin du Witsec ce matin car un de ses nouveaux patients, un certain LoBrutto en le voyant l'accueille avec effroi : « Oh putain ! Crie-t-il en se recroquevillant comme pour me fuir, mais entravé par ses perfusions et les fils qui le relient aux moniteurs. Griffe d'ours ! Ils t'ont envoyé pour me buter ! ». LoBrutto est en réalité Squillante, un mafieux atteint d'un cancer et qui n'a plus que trois mois à vivre. Mais c'est certainement suffisant pour qu'il prévienne tous ses collègues qui tentent de mettre la main sur Griffe d'ours. Le docteur Brown va devoir agir vite. En quelques secondes il imagine trois façon différentes pour assassiner Squillante : de l'air dans le cathéter (mais il en faudrait trop), un bouchon bloqué dans le larynx, « les bois légers n'apparaissent pas aux rayons-X » ou le shooter au potassium, « son cœur s'arrêtera sans faire de pics sur son électrocardiogramme ». Une urgence l'entraîne à l'autre bout de l'hôpital. Ce n'est que partie remise, mais rapidement les affaires se compliquent pour le docteur Brown.

Ce roman, le premier de Josh Bazell, lui-même médecin, semble tout à fait immoral. Mais on apprend pourquoi le docteur, dont le véritable nom est Pietro Browna, avait tant de haine à une certaine époque de sa vie. Cela ne l'excuse pas, mais on le comprend mieux. Et au fil des pages il s'humanise, quand il devient le chaperon de Skinfilk, son frère d'armes, puis quand vient l'amour et la rencontre de la belle Magdalena, musicienne roumaine. Mais il n'a pas le temps d'être nostalgique. Quatre comprimés de Moxfane et direction le bloc opératoire... Ça tombe bien, c'est Squillante qu'il faut « ouvrir ».

« Docteur à tuer », Josh Bazell, Lattès, 20 €

06:10 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : josh bazell, lattès

21/03/2010

La BD, produit d'appel de la presse

En ce printemps, on voit fleurir dans les kiosques des offres couplant quotidien ou magazine avec un album de BD. Pour q euros de plus (généralement 5 ou 6 euros) au prix du magazine, vous avez un album cartonné qui dans le commerce coûte le double du prix ou est introuvable.

rubipèdes.jpgC'est le cas actuellement avec L'Indépendant, Centre Presse ou Midi Libre (ainsi que tous les titres du groupe Sud-Ouest). Vous aurez l'occasion de découvrir les « Rubipèdes » d'Iturria. Cette BD, des gags parus dans les années 70 – 80 dans Sud-Ouest Dimanche, était la première à brocarder le rugby des Villages, bien avant la série de Bamboo. Iturria, dessinateur politique, s'offrait une récréation avec des personnages attachants, vrais et souvent impayables. Les gags ont bien résisté au temps et c'est un plaisir de retrouver le trait de ce dessinateur injustement méconnu. Mais il est vrai que sa volonté de faire carrière « au pays » le dessert considérablement au niveau national... Si vous avez manqué des numéros, les journaux du Midi vous offrent la possibilité d'acquérir l'ensemble des huit titres (avec une petite remise) sur ce lien.

Dans les kiosques, vous découvrez depuis 15 jours la réédition des albums de Michel Vaillant. Cette fois c'est l'Equipe, journal du foot et de la Formule 1 qui entend profiter de cette offre d'appel, chaque samedi. Le héros de Jean Graton est sur les circuits automobiles depuis plus de 40 ans. Je ne sais pas si c'est l'intégralité de la série qui sera proposée. Si c'est le cas, on en aura pour plus d'une année car il existe plus de 60 albums de Michel Vaillant.Un héros qui a fait les beaux jours du Journal de Tintin et qui est passé à la concurrence depuis janvier dernier puisqu'il sera désormais diffusé par Dupuis. Si vous ne voulez pas rater un numéro, commandez la collection sur ce site.

Autre opération très intéressante pour les amateurs de BD, la publication des « Incontournables de la littérature en BD » par Télé 7 Jours. Le vénérable hebdomadaire de télévision, qui n'a que très rarement publié de BD dans ses pages contrairement à ses concurrents (notamment Télé Poche), a recyclé des adaptations anciennes avec l'aide de Glénat et de l'Unesco dont le logo apparaît en couverture. Des couvertures dessinées par Delitte. Le premier tome est consacré à « L'Ile au trésor » (dessins de Woehrel), le second, actuellement en kiosque au « Tour du monde en 80 jours » (dessins de Millien) et dès lundi vous pourrez retrouver Robinson Crusoé. Chaque histoire de 46 planches est suivie d'un dossier présentant le roman, l'auteur et le contexte historique. Il devrait y avoir au total une vingtaine de titres. Vous pouvez également n'acheter que les albums sur ce lien.

20/03/2010

Drôles de gamins

 

cul_de_sac_1_sortie_de_secours_couverture.jpg

La BD américaine a trop longtemps été réduite à des aventures de super héros. C'est oublier la principale catégorie, la plus dynamique : les strips publiés dans les quotidiens. Les Peanuts ou Calvin et Hobbes ont prouvé au fil des décennies que tout en étant court, le strip permet de dire beaucoup de chose. Et la relève est là quand on découvre les bandes de ce « Cul-de-sac » signées Richard Thompson. Alice Otterloop est une petite fille américaine typique. On suit ses découvertes en compagnie de ses copains de classe ou de son frère Petey. Interviennent également la mère et le père. Des gamins en pleine exploration de la vie et de ses incohérences. Que cela soit à l'école, au cinéma, au repas où dans leur chambre à coucher : tout est prétexte à gag et réflexion. Un monde enchanteur servi par un dessin qui semble enfantin au premier abord mais qui se révèle en réalité particulièrement élaboré et expressif. A ne pas manquer parmi les personnages secondaires, le cochon d'inde de l'école, Sanders, paniqué à l'idée de retrouver la liberté...

« Cul de sac » (tome 1), Delcourt, 12,95 €