30/09/2010

L'enfer du bureau

 

Open Space 3.jpg

A l'heure du débat sur l'âge de la retraite et de la pénibilité de certains emplois, cet album vient éclairer d'un regard nouveau le travail de bureau. Certes, il n'est pas difficile physiquement de faire des photocopies, mais la pression morale peut parfois faire encore plus de dégâts que des tonnes de parpaings à transporter. James dans sa série de gags « Dans mon Open Space » décrit avec une acuité redoutable ces petit désagréments du quotidien. Et tout en faisant œuvre de critique sociale, il nous fait rire en brocardant le machiavélisme de certains chefs ou directeurs. Dans cette entreprise de textile, le thème de la délocalisation est bien évidemment abordée, de même que la protection de l'environnement. Les solutions prônées sont parfois radicales : « On va lancer une nouvelle ligne de lingerie 100 % recyclable, en toile de jute. On n'en vend pas, on n'en produit pas... on sauve la planète ! ». La séquence sur la venue d'un trader en phase de désintoxication de bonus colle particulièrement à l'actualité. Une BD à faire lire dans toutes les écoles de commerce.

« Dans mon open space » (tome 3), Dargaud, 10,95 €

07:50 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : james, open space, dargaud

29/09/2010

Punk et escroquerie

Casse 4.jpg

Londres, 1977. La capitale anglaise est sous tension. Alors que la Reine va fêter son jubilé, quelques énergumènes vont faire scandale sur la Tamise. Les Sex Pistols, groupe phare de la scène punk, prônent l'anarchie. La brigade fluviale est réquisitionnée pour empêcher tout débordement. Toute la brigade fluviale. Une bonne occasion pour des trafiquants de drogue voulant profiter de ce moment pour vendre des centaines de kilos d'héroïne en toute tranquillité sur les quais. Ce quatrième album de la série « Le Casse » est écrit par Fred Duval et dessiné par Christophe Quet. Autour des différents personnages, un flic malade, un jeune dealer, des truands de la vieille école et quelques flics ripoux à la solde de politiques encore plus corrompus, c'est une machiavélique machination qui est décrite avec minutie. Un plan très élaboré où les victimes seront nombreuses, dans tous les camps. Un regard décalé sur cette période de la vie londonienne, le désespoir de la jeunesse annonçant les années Thatcher. Le dessin sombre et charbonneux de Quet donne une dimension dramatique supplémentaire à cette histoire noire, très noire.

« Le casse » (tome 4), Delcourt, 13,95 €

 

28/09/2010

Les plaies de Manhattan

Le 11 Septembre 2001 a fait des milliers de victimes. Dans ce roman, Thomas B. Reverdy s'intéresse aux familles endeuillées.

 

REVERDY THOMAS-Jeremy Stigter 1.jpgL'action se déroule en août 2003 à New York. Autour de Ground Zero. Un des personnages, Simon, est un écrivain français venu donner des cours d'écriture. Il est également là pour écrire un roman sur le 11 Septembre. Rencontrer des témoins. « Il avait suivi un groupe de parole. Des victimes du 11 Septembre, des familles de victimes. »

Au fil des pages, Simon va croiser les autres protagonistes du roman, eux aussi marqués par ce jour noir de l'Amérique. Candice est serveuse dans un bar. Candice qui avait de grand projets avec Gregg. Mais Gregg n'est plus là. Il était dans les Twin Towers le jour de l'attaque. Il a disparu. Réduit en poussière. Dans les décombres, les secours ont retrouvé son portefeuille. Candice tente de survivre depuis. Difficilement.

Pete aussi a vu sa vie basculer après le 11 septembre. Policier à l'époque, il a participé aux premiers secours. Il s'est retrouvé, impuissant, au pied des tours. Voyant les corps tomber, les pompiers et certains de ses collègues se faire engloutir par les milliers de tonnes de béton et d'acier s'effondrant comme un château de cartes. Pete n'est plus policier. Il est guide. C'est lui qui conduit les groupes de touristes sur le site. Un chantier, un trou, où des ouvriers s'activent, déblaient, creusent. Un lieu de pèlerinage pour les familles des victimes. « Ce qui est frappant dans le cas de Ground Zero, c'est la nature même du site. Transitoire. Ground Zero n'est pas un site. C'est ce qui reste des tours jumelles et qui n'est pas encore la tour de la Liberté. Ground Zero n'existe pas. C'est une fiction. Entre le fantôme du World Trade et le rêve de la Freedom Tower, c'est le lieu de la disparition. » Le fameux « Envers du monde » donnant son titre au roman.

 

La prière du musulman

A ces vies en morceau, se greffe une enquête policière. Sur le chantier, le corps d'un ouvrier arabe est découvert. Chute ou meurtre ? Le commandant O'Malley va mener une enquête où nombre de plaies vont se rouvrir. Cet ouvrier, Pete l'avait déjà remarqué. A la pose, il s'était isolé et avait fait sa prière vers la Mecque. Pour le l'ex-policier américain, c'était un sacrilège. Quand il le croise, un soir, dans le bar de Candice, il explose. « J'suis un putain de patriote ! Un vétéran, moi ! » hurle Pete en déclenchant la bagarre se transformant en lynchage : « Ils donnent de formidables coups de pied dans la forme à terre, recroquevillée, sombre, qui ne bouge plus, mais tressaute et se déforme comme un sac de grains, sauf que c'est un sac de viande et d'os qui se brisent, avec le bruit d'un poulet qu'on désosse, un sac de chairs qui explosent et viennent teindre de sang la surface de la peau, les vêtements, comme des étoiles de feu d'artifice. » Un déchaînement de violence collective, comme pour tenter d'assouvir une vengeance qui ne viendra jamais.

Le roman de Thomas B. Reverdy explore les âmes éternellement blessées et torturées de ces hommes et femmes, victimes d'ennemis invisibles. Deux ans après les faits, le souvenir était vif. Aujourd'hui il est toujours aussi délicat, et la polémique autour du récent projet de mosquée dans le quartier donne un éclairage particulier à ce roman.

« L'envers du monde » de Thomas B. Reverdy, Seuil, 18 € (Photo Jeremy Stigter)

27/09/2010

Arnaque, bananes et cacahuètes

 

Monkey Bizness.jpg

Sorte de remake allumé de la Planète des singes, « Monkey Bizness » est le sombre avenir que l'on réserve aux générations futures. Mais El Diablo (scénario) et Pozla (dessinateur) préfèrent l'humour aux grandes théories inquiétantes. L'Humanité s'est donc auto-détruite et les animaux, après avoir évolué, ont pris le pouvoir. Dans la ville de Los Animales, Jack Mandrill le babouin et Hammerfist le gorille profitent de la vie : poker, alcool, filles faciles. A leurs ennemis, ils répondent par la violence... Ces histoires courtes sont une occasion rêvée pour critiquer les travers de notre société actuelle. Une BD animalière enrichie à la conscience politique.

« Monkey Bizness », Ankama éditions, 14,90 €

25/09/2010

Le pont de Sépharée

 

Sept cavaliers 3.jpg

En se lançant dans l'adaptation de « Sept cavaliers » de Jean Raspail, Jacques Terpant prenait un risque. Le risque d'une certaine qualité littéraire et d'un classicisme absolu qui, à priori, ne sont pas dans les habitudes des lecteurs de BD. Mais le talent, associé à l'honnêteté et la foi, déplace des montagnes. Voici dont le troisième et dernier volet de cette série. La petite troupe continue de sillonner le pays dévasté par les envahisseurs et la révolte. Certains désespèrent, d'autres se révèlent. Et au bout du chemin, après le Pont de Sépharée, surgit la nouvelle réalité de ce monde. Poétique, épique, passionnant : une œuvre essentielle de ces dix dernières années.

« Sept cavaliers » (tome 3), Delcourt, 13,95 €

 

24/09/2010

Alerte aux Zorkons

 

Spirou 51.JPG

51e album et nouveau départ pour Spirou et Fantasio, la série phare des éditions Dupuis. Après l'intermède Morvan Munuera, les destinées de ces personnages ont été confiées à Yoann et Vehlmann. Ils s'étaient déjà frotté au mythe en inaugurant la collection parallèle « Une aventure de Spirou et Fantasio par... » Alerte aux Zorkons se déroule exclusivement à Champignac, mais le village est méconnaissable. Il s'est transformé en jungle hostile après une expérience malheureuse de Zorglub. Plantes carnivores, pieuvres végétales et singes ignares terrorisent les derniers habitants. Un album de 56 pages plaisant même si les fameux Zorkons risquent de faire cauchemarder les plus jeunes.

« Spirou et Fantasio » (tome 51), Dupuis, 9,95 €

08:58 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : yoann, vehlmann, spirou, fantasio, dupuis

23/09/2010

La malédiction des Gitans

 

 

Gitans des mers 1.JPG

Si les Gitans sont au centre de l'actualité depuis quelques mois, cela n'est cependant pas une nouveauté. Cette nouvelle série dessinée par Duval sur un scénario de Bonifay est parfaite pour rafraichir notre mémoire. Au 17e siècle, dans le Sud-Ouest, Nadau, un jeune ébéniste, tombe fou amoureux d'Angelina. Problème, Angelina est une Gitane. De plus, elle a un jumelle, Leane, qui lui ressemble trait pour trait. Régulièrement, elle aussi va se bécoter avec Nadau. Ce dernier devra braver les autres membres de la communauté pour prendre pour épouses les deux sœurs. Le reste de l'album conte l'errance de ce trio filant le parfait amour. Mais qui n'est jamais le bienvenu. L'Histoire bégaye... Ils partiront vers les Antilles et croiseront au cours de la traversée des pirates sanguinaires. Une BD où le vent de l'aventure souffle en tempête. Les deux Gitanes sont d'une rare sensualité. On envie ce chanceux de Nadau, même si les embûches sont nombreuses.

« Gitans des mers » (tome 1), Dupuis, 14,50 €

13:04 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gitans, duval, bonifay, dupuis

08/09/2010

Neige : l'origine

 

Neige fondation 1.jpg

Quand, au début des années 80, les premières planches de la série « Neige » parurent dans l'hebdomadaire Tintin, le choc a été grand pour nombre de lecteurs. Cette histoire de science-fiction, écrite par Convard et dessinée par Gine, était prémonitoire puisqu'elle abordait la problématique du dérèglement du climat. Dans ce futur proche, c'est un froid glacial qui s'est abattu sur toute l'Europe plongeant le vieux continent dans une ère de barbarie. On retrouve tous ces ingrédients dans « Neige Fondation », série qui va dévoiler l'origine du bébé découvert dans le premier tome originel. Si Convard chapeaute toujours le scénario, il est aidé par Adam et le dessin est assuré par Poli et Hostache. Durant le premières pages, on suit les membres du clan des Vol-ce-l'Est. Ils chassent dans les forêts, mais doivent rejoindre une ville car deux femmes sont sur le point d'accoucher. C'est là qu'ils seront aux prises avec les Croque-Mitaines, des brigands tuant les adultes, enlevant les enfants. Un prolongement de l'univers de Neige manquant un peu de saveur mais qui plaira aux nombreux inconditionnels en état de manque.

« Neige Fondation » (tome 1), Glénat, 13,50 €

 

10:22 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : convard, gine, adam, poli, hostache, neige, glénat

07/09/2010

Le progrès made in Bidochon

Bidochon 20.jpg

Ils vous ont fait rire une bonne partie de l'été, au quotidien, dans les pages de Centre Presse et de Midi Libre (mais pas de l'Indépendant...). Les Bidochon sont de retour, dans le 20e album de leurs aventures domestiques. Cette fois, ils tentent d'apprivoiser le progrès. Pas Internet (au centre du précédent album) mais de ces petites inventions qui promettent de nous changer la vie et qui se révèlent au final des gadgets peu pratiques, voire totalement inutiles. Christian Binet, avec son talent habituel d'observation, nous décrit notamment un petit déjeuner d'anthologie où Raymonde, avant de déguster un œuf carré, chauffe ses pantoufles au micro-ondes. Hilarante également l'histoire autour de la balance qui parle. Cette série humoristique frappe toujours juste. Et même si la caricature est grosse, on se surprend parfois à se reconnaître (un petit peu) dans un des deux Bidochon. Cela reste la force essentielle de cette BD qui fait rire toutes les générations. A la fin de l'album, ne manquez pas les remerciements de Binet aux objets cités, de l'estimateur électronique au parasol bronzant.

« Les Bidochon » (tome 20), Fluide Glacial, 10,40 €

10:00 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : binet, bidochon, fluide glacial

06/09/2010

Nouvelles mœurs, nouveau collège

Le collège Verdi où se déroule "Mon âme au diable", roman de Jean-Pierre Gattégno est un cauchemar absolu, pour les professeurs comme les élèves.

 

Mon ame au diable.jpgQue vous soyez professeur ou élèves, prenez garde de ne pas débuter cette année scolaire dans un établissement du type du collège Verdi dans le 19e arrondissement à Paris. Entre ses murs se déroule l’essentiel de l’action de « Mon âme au diable », roman de Jean-Pierre Gattégno. Cela a des airs de thrillers et de roman policier, mais c’est avant tout un regard dur et lucide sur l’état de l’enseignement dans les collèges abandonnés, les derniers de la classe, les laissés-pour-compte.

Le narrateur, Théodore Simonsky, est professeur vacataire en attente d'un remplacement. Cela fait plusieurs mois que son téléphone est désespérément silencieux. A l’agonie financièrement, il se rend, intrigué, à un rendez-vous au ministère de l’Education nationale. Un certain Guérini, haut fonctionnaire, lui propose un poste au collège Verdi. Avec une grosse prime à la clé. Un contrat un peu particulier puisque Théodore n’est pas muté à Verdi pour y enseigner mais pour assassiner la principale.

 

Insultes et violence

Ce postulat posé, le roman peut distiller la douce folie qui règne dans ces pages. Théodore accepte le marché, même s'il n'en connaît pas les motifs. Il se rend donc au collège Verdi et découvre un lieu où les élèves les plus violents du pays font régner une terreur constante dans un corps enseignant totalement dépassé. Une fois passées les grilles et les détecteurs de métaux de l'entrée, il tente de trouver sa salle de classe. Des salles souvent désertes, « La plupart des élèves préféraient les couloirs. J'en croisais qui déboulaient en hurlant, beaucoup avec des perfusions musicales vissées aux oreilles, ils ne me voyaient pas, parfois me heurtaient et repartaient en m'injuriant (« Ta mère... », etc.) Pour les éviter, je rasais les murs, ce que faisaient, j'allais le découvrir par la suite, presque tous mes collègues. » D'un côté le désordre et l'anarchie, de l'autre sécurité et rigueur. Dans un véritable bunker., la principale, Elisabeth Raskolnikov, vit cloîtrée dans les bureaux administratifs protégés par plusieurs portes blindées. Cela ne va pas faciliter la tâche de Théodore.

Heureusement, il va se faire une alliée dans la place en la personne de Malvina, la secrétaire de Raskolnikov. Cette dernière est d'une intransigeance absolue avec le personnel enseignant, une attitude qui tranche avec l'ambiance générale d'anarchie ultime régnant dans son collège.

Jean-Pierre Gattégno, tout en faisant progresser son intrigue (comment Théodore va-t-il faire pour pénétrer le bunker ?), brosse le portrait d'un système éducatif en totale déliquescence. La mentalité des élèves a changé du tout au tout. Un collègue de Théodore, complètement blasé, lui explique que « le cancre des temps modernes n'est pas un poète. Il se fout du bonheur. Il est mauvais, sournois, intenable, violent, il pousse au désespoir ses professeurs. Il faut se faire une raison : l'époque est aux ignares. A Verdi, on en forme à la pelle. C'est pour ça qu'on devient un collège de pointe. » Ce long cauchemar éducatif sonne comme une mise en garde solennelle. Car si les élèves sont infects, en progressant dans le roman, on découvre que les équipes pédagogiques ne valent guère mieux. Il y a certes en fin d'ouvrage une petite pointe d'espoir sur les bienfaits de l'enseignement sur les masses ignorantes, mais elle semble n'être que le lointain écho d'un passé à jamais révolu.

« Mon âme au diable » de Jean-Pierre Gattégno, Calmann-Lévy, 17 €