30/12/2010

Petite trolle

Trolls de Troy  14.JPG

Deuxième album des Trolls de Troy de l'année. Cette fois Arleston et Mourier se sont penché sur l'enfance de Waha. Comment cette petite humaine a-t-elle été adoptée par les redoutables Trolls de Phalompe et surtout, qui sont ses véritables parents ? En fait ce 14e titre est en partie composé de gags et d'histoires courtes parus il y a quelques années dans Lanfeust Mag. Arleston a judicieusement écrit quelques scènes de raccords avant de délivrer, dans les 20 dernières pages, inédites celles-ci, l'histoire de Waha. Cela pourrait sembler un patchwork un peu bancal, mais au final l'esprit Troll l'emporte. Certains gags sont véritablement savoureux et les révélations sur les parents de Waha vont en étonner plus d'un. Mourier semble dessiner ses personnages avec une facilité déconcertante. Arleston n'est toujours pas avare de jeux de mots et situations extrêmes. Une BD qui devrait beaucoup plaire en cette période de cadeaux.

« Trolls de Troy » (tome 14), Soleil, 13,50 €

09:24 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mourier, arleston, trolls, soleil

29/12/2010

Le cercueil de glace

Eternels 6.jpg

Félix Meynet s'est fait une spécialité de dessiner ses héroïnes en petite tenue. Comme elles ne ressemblent pas à la Castafiore, l'effet est bœuf sur les lecteurs sensibles à certaines courbes. Dans cette série, le rôle de la jolie pin-up est tenue par Uma, agent des services secrets des diamantaires. Elle partage la vedette avec Elisapie, une jolie Canadienne, métisse d'origine Cris. Le problème, c'est que toute l'action se passe dans la forêt du grand Nord et que les occasions de tomber la doudoune sont assez rares. Qu'importe, Meynet sait rendre ses héroïnes de papier sexy même quand elle sont habillées. C'est encore plus facile quand elles doivent revêtir une combinaison de plongée particulièrement moulante... Il ne faut cependant pas croire que cette BD ne vaut que pour les dessins. Yann, au scénario, a troussé une bonne intrigue (recherche d'une épave contenant des diamants et deux gamins) mise en valeur par la personnalité d'Elisapie, téméraire, dévergondée et au parler québécois savoureux.

« Les éternels » (tome 6), Dargaud, 13,50 €


07:59 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : meynet, yann, eternels, dargaud

28/12/2010

Tueur absolu

Showman killer 1.jpg

A 80 ans, Jodorowsky n'a rien perdu de sa verve imaginative. Le créateur de l'Incal, de Bouncer ou des Métabarons lance un nouveau personnage comme lui seul sait les présenter. Showman Killer est le tueur absolu, le mercenaire sans cœur, une machine à massacrer qui ne ressent rien. La première partie de cet album de pure science-fiction, dessiné par Nicolas Fructus, présente la création de Showman Killer. Un savant fou a collecté du sperme d'un tueur sanguinaire et a fécondé avec une jeune fille de 15 ans. A la naissance, il a tué la mère et élevé l'enfant dans le culte de l'argent et de la violence. Il lui a également donné des pouvoirs exceptionnels pour abattre tous ses ennemis. Arrivé à l'âge adulte, le Showman Killer est engagé dans un tournoi impérial et l'emporte haut la main. L'occasion également de prendre sa liberté, trucidant sans hésiter son créateur. Par la suite on découvre la vie du mercenaire, amassant des montagnes d'or en acceptant les missions les plus périlleuses de la galaxie. Une histoire qui deviendra plus universelle et ésotérique avec l'arrivée d'un bébé à sauver.

« Showman Killer » (tome 1), Delcourt, 13,95 €


27/12/2010

L'âge des vérités

Deux vieillards italiens se retrouvent après un intermède de 60 ans. L'heure des aveux, mais toutes les vérités sont-elles bonnes à dire ?

 

Imprévue.jpgUne villa cossue isolée, deux hommes âgés, des souvenirs. Ce roman d'Alain Elkann, composé en grande partie de dialogues, est semblable à ces longues rêveries au cours desquelles ont revoit sa vie, tentant de comprendre quand la nostalgie a fait place au bonheur du présent.

Un matin, un vieil homme sonne à l'entrée de la villa Lattes. C'est Vanni. Il vient de s'enfuir de l'hôpital où il était soigné. Il a retrouvé la trace de son ami Mario. Ils ont fait l'armée ensemble. Ils ne se sont plus vus depuis 60 ans. Mario, veuf, vit paisiblement dans cette grande demeure en compagnie de Kemal, son majordome. Vanni, célèbre critique littéraire, semble fatigué. « Ses cheveux blancs et clairsemés étaient ébouriffés, sa barbe rasée à la va-vite. Ses mouvements trahissaient une certaine complaisance pour la vieillesse que Vanni soulignait en effet avec zèle. Cet abandon physique participait peut-être à ses yeux d'une attitude élégante et masculine. »

 

Le souvenir d'Ada

Mario offre le gite et le couvert à Vanni, en souvenir de cette jeunesse commune alors que le pays était en pleine débâcle. Les Allemands d'alliés étaient devenus des ennemis, ils appliquaient avec rigueur les lois raciales mises en place par Mussolini. Les Juifs, ici comme ailleurs en Europe, étaient déportés vers les camps de la mort. Une période sombre que les deux hommes ont préféré oublier. Mario s'est fondu dans la masse. Il était marié à Ada, « belle, intelligente, nerveuse, mais aussi généreuse, trop généreuse. » Ada est morte, mais elle va rapidement devenir le personnage principal de ce huis clos de plus en plus oppressant. Car Vanni connaissait Ada avant Mario.

Le lecteur ne l'apprend qu'en milieu de roman, quand Vanni, de plus en plus malade, veut faire ses dernières confessions, tant à Mario, qu'aux enfants d'Ada, issus d'un premier mariage. Mario, petit vieillard placide, coulant une paisible retraite, est de plus en plus réticent face à cet envahisseur du passé. Pourtant, les deux hommes, malgré leurs différences, trouvent de plus en plus du plaisir à vivre ensemble. « S'approchant du canapé, Mario regarda Vanni le visage exsangue. Il éprouva un élan de solidarité pour cet homme du même âge que lui si mal en point. »

 

Le fantôme d'Elena

Ce tête-à-tête va être perturbé par l'arrivée des enfants d'Ada. Ils ont la quarantaine et sont radicalement différents. Tati vit en Suisse, calme et posée, presque froide. Gioacchino s'est installé à Los Angeles. Il est exubérant et collectionne les aventures avec des starlettes de la chanson qu'il lance sur la marché du disque US. Mario, le beau-père, n'a jamais été très apprécié des enfants d'Ada. Par, contre ils vont rapidement tomber sous le charme de Vanni. Ce dernier liera des rapports privilégiés avec Tati, lui confiant un soir de lucidité : « C'est bizarre qu'un homme comme moi, qui toujours méprisé la nostalgie en y voyant un sentiment efféminé, y devienne si sensible au crépuscule de sa vie. »

Ce roman léger, prendra une toute autre tournure quand interviendra le souvenir d'Elena, la sœur d'Ada, disparue durant la guerre, déportée avec son mari juif. Alain Elkann en profite pour raconter ces pages sombres de l'histoire italienne au cours desquelles rares étaient les citoyens irréprochables.

« L'imprévue », Alain Elkann (traduit de l'italien par Alexandre Boldrini), Flammarion, 16 €


09:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alain elkann, flammarion

26/12/2010

La beauté, arme du Mal

Sorcellerie et dépendances.JPG

La tyrannie de la beauté, de la jeunesse éternelle, de l'apparence est au centre de cet album signé Sandrine Revel. Une dessinatrice surtout connue pour ses productions enfantines (Un drôle d'ange gardien) et qui se révèle passionnante sur un thème semblant lui tenir à cœur. A San Francisco, de nos jours, Eva, femme de quarante ans, est de plus en plus mal dans sa peau. Mariée, en butte à sa fille, ado rebelle adepte du gothique, dépendante financièrement de son mari, elle fait du bénévolat dans une association qui tente de désintoxiquer femmes et hommes dépendants de la sorcellerie. Un aspect fantastique du récit totalement banal dans cette réalité imaginaire. Eva va succomber elle aussi aux attraits du Mal. Désirant retrouver sa jeunesse et sa beauté d'antan, elle va tenter de pactiser avec le Diable. Au dernier moment elle s'enfuit, provoquant l'ire d'un démon qui n'aime pas rater un contrat. Cette parabole sur la quête du bonheur et de la beauté, à tout prix, est brillamment menée, dénonçant certains démons à l'aspect très humain officiant dans ces églises vouées à Satan communément appelées cliniques de chirurgie esthétique. Sandrine Revel, pour donner encore plus de force à sa démonstration, adopte un trait réaliste très froid et photographique. La filiation avec Chantal Monteiller est évidente, même dans les scènes oniriques.

« Sorcellerie et dépendances », Sandrine Revel, Dupuis, 11,50 €

 

25/12/2010

Arzak, le Phœnix

Arzak 1.jpg

Jean Giraud, alias Gir, alias Moebius est un créateur qui sans cesse a su se remettre en question. Tout en arpentant avec succès les chemins de la BD commerciale (Blueberry, l'Incal) il a conservé l'envie de laisser libre cours à sa main, l'autorisant à tracer des histoires ou personnages issus du plus profond de son inconscient. C'est ainsi qu'est né le Major Fatal ou les personnages d'Arzak. Dans la postface de ce luxueux album il explique qu'en se mettant lui-même en scène dans « Inside Moebius », il s'est retrouvé interpellé par ses personnages. « Et que réclamaient-ils à longueur de pages à mon avatar impuissant ? La vie ! » Arzak est donc devenu l'arpenteur, sorte de justicier de la planète Tassili, chargé de protéger les Wergs et de trouver l'anomalie. Il sera confronté à des chasseurs de primes sans pitié, des rebelles sanguinaires et des fouines des sables agressives. Et sera surtout le personnage central d'un décor magnifique, un désert sans fin, hostile et écrasé de luminosité.

« Arzak, l'arpenteur », Moebius productions et Glénat, 18 €

 

10:04 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : giraud, moebius, arzak, glénat

24/12/2010

L'amitié douloureuse

Nombrils inté.JPG

Prenez trois femmes, jeunes et mignonnes. Laissez-les cinq minutes ensemble et constatez que, forcément, l'une d'entre elles sera devenue la tête de Turc des deux autres. Cela semble caricatural, c'est pourtant la recette de base des « Nombrils », bande dessinée québécoise écrite par Dubuc et dessinée par Delaf. Les deux alliées, ce sont Vicky et Jenny. Sûres de leur charme et de leur atouts physiques (qu'elles mettent en valeur à longueur de journée), elles martyrisent la pauvre Karine, grande, filiforme et un peu empotée. Karine, la victime, véritable héroïne de la BD tant les lecteurs (essentiellement des lectrices...) se reconnaissent dans ses brimades, renoncements et parfois, révoltes contre les deux garces. Cette jolie intégrale reprend les quatre premiers tomes parus, notamment celui où Vicky et Jenny se disputent John-John, le motard tout vêtu de cuir noir et qui refuse d'enlever son casque. Mystérieux ou monstrueux ? C'est dans ces personnages hors normes que cette série se démarque de la production sirupeuse de la BD pour filles.

« Les Nombrils, intégrale », Dupuis, 24 €


10:03 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dubuc, delaf, nombrils, dupuis

23/12/2010

Jeunes et pirates

Barracuda.jpg

Tous les genres intéressent Jean Dufaux. Scénariste prolifique, à la formation cinématographique affirmée, il n'est pas étonnant qu'il s'attaque à son tour à un classique : le récit de pirates. Il l'assaisonne à sa sauce, avec évidement quelques jolies filles maltraitées. Barracuda n'est pas le nom du pirate mais de son bateau. Un galion mené par le sanguinaire Blackdog et son jeune fils, Raffy, adolescent n'ayant rien à envier à son père côté barbarie. Ils attaquent un navire espagnol, tuent tous les hommes et capturent les femmes et enfants, très recherchés sur le marché prospère de l'esclavage. Dans la cage Maria, jeune descendante d'une grande famille d'Espagne et Emilio, son domestique. Emilia exactement puisqu'il s'est grimé en fille afin d'être épargné. Raffy, Maria, Emilio débarquent sur l'île de Puerto Blanco et vont être séparés. Ce sont leurs trois parcours parallèles que Dufaux va raconter dans ce triptyque dessiné par Jérémy, jeune dessinateur réaliste qui s'est formé en coloriant les planches de Delaby.

« Barracuda », Dargaud, 13,50 €

10:12 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dufaux, jérémy, dargaud, barracuda

22/12/2010

Genet et Sebhan : passions parallèles

Comprendre sa propre histoire d'amour en retraçant l'œuvre et la vie de Jean Genet. Gilles Sebhan s'interroge dans cette biographie mâtinée d'autofiction.

 

Domodolossa.jpgAbdallah et Majed. Jean Genet et Gilles Sebhan. Deux couples, deux histoires d'amour intenses et tragiques. Gilles Sebhan, qui avait exhumé le fantôme de Tony Duvert l'an dernier dans un récit remarquable, poursuit son exploration de littérature française sulfureuse en traçant un parallèle entre la relation de Jean Genet avec Abdallah et celle que l'auteur a entretenue avec Majed, un sans-papier rencontré à Amsterdam. Tout commence par un épisode rarement relevé de la vie de Jean Genet. Au printemps 1967, il a tenté de se suicider dans une chambre d'hôtel. C'était à Domodossola, une ville du nord de l'Italie.

Ce suicide raté, Gilles Sebhan va tenter d'en trouver la cause en retraçant les amours tumultueuses du grand écrivain avec son jeune amant, Abdallah, un funambule rencontré dans un cirque au milieu des années 50. Abdallah qui s'est suicidé à Paris en 1964.

 

Pieds péniches

Gilles Sebhan, alterne les scènes racontant Genet et ses propres soucis du quotidien : notamment l'emprisonnement de son jeune amant, Majed. Presque un SDF, regardant les passants, place Dam, fumant goulument des cigarettes, « essayant d'attirer par le regard des créatures qui viendraient l'aimer malgré la malédiction de ses pieds crevés. » . « Majed avec ses pieds condamnés, ses pieds d'ordures de puanteur de cadavre, ses pieds d'absent de contradiction de tristesse, ses pieds qu'il faut mettre à l'écart pour contempler sa beauté, ses pieds péniches pour ce grand garçon mince aux allures de fille et aux manières brusques. » Majed serait donc le miroir actuel d'Abdallah, l'amant de Jean Genet. Gilles Sebhan en décrivant leur rencontre et leur relation n'est pas tendre pour l'écrivain qui a passé sept années derrière les barreaux avant de connaître la gloire littéraire. Jean Genet « a hérité d'un lui-même qui a écrit les romans du début et qui a fini par lui causer une honte étrange, d'autant plus que c'est le meilleur de lui, ce moment où son écriture est déjà infiniment concertée et son désir encore brûlant et sa colère encore juvénile. On peut dire qu'ensuite, assez vite, Genet a viré au vieux con. » Genet insaisissable, « jouant au clochard céleste dans ses errances à travers l'Europe. » Un jour, il a voulu que cela s'arrête. A Domodossola, en Italie. Il s'est raté.

 

Retenu prisonnier

En se rendant dans la ville, pour en ressentir l'ambiance, Gilles Sebhan se souvient. De son amour fou pour Majed. Comment il a angoissé quand il a perdu sa trace durant des mois quand le SDF a été retenu prisonnier dans un bateau-prison. De la joie des retrouvailles, des longs moments passés l'un contre l'autre. Et du basculement, quand l'auteur est devenu méchant et que Majed a viré au vieux con. « Cette nuit-là, il a beaucoup remué dans son sommeil, je l'ai regardé dormir, j'ai décidé d'inverser le cours du monde. J'ai accompli cette folie. » C'est l'autre facette de ce texte brillant d'un écrivain ayant trouvé son style, un auteur à découvrir.

« Domodossola », Gilles Sebhan, Denoël, 13,50 €


09:59 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sebhan, genet, domodossola, denoël

21/12/2010

Aviateur sans peur

Tout Buck Danny 1.JPG

Les éditions Dupuis n'en finissent plus de redécouvrir les vieilles BD qui ont fait leur succès au cours de ces dernières décennies. C'est un revenant qui réapparait sous forme de belles et luxueuses intégrales. Buck Danny a marqué plusieurs générations d'enfants (essentiellement des garçons) qui s'imaginaient au commandes d'un avion de chasse américain. Il faut replacer les débuts de cette série dans son contexte historique. Charlier et Hubinon, ont surfé sur cette vague de patriotisme occidental né avec la fin de la guerre. Un important dossier en début d'album permet aux plus jeunes de mieux comprendre la mentalité de l'époque. Dans ces 180 pages, vous pourrez lire notamment les deux premières aventures de Buck Danny, parues dans les pages de l'hebdomadaire Spirou de 1946 à 1948.

« Tout Buck Danny » (tome 1). Dupuis. 19 euros


07:26 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : buck danny, hubinon, charlier, dupuis