21/11/2011

RIP Agnès

 

 

Rip Agnès, Agnès, Meurtre

Ceux qui doutent qu'Internet fasse partie de la vraie vie pourraient réviser leur jugement après ce qui vient de se passer, notamment sur les réseaux sociaux, ce week-end. Le viol et le meurtre de la jeune Agnès par un récidiviste de 17 ans s'est transformé en tsunami de compassion et de rage. Sur Facebook, les pages « Soutien à Agnès et sa famille » et « Hommage à Agnès » ont été partagées plusieurs milliers de fois, les messages fleurissant, tels des couronnes mortuaires, sur le mur à un rythme continu. Les textes d'espoirs du début se sont transformés en condoléances dès vendredi soir. Puis en diatribe contre le jeune Gardois quand les enquêteurs ont détaillé l'horreur des faits.

 

Internet n'est qu'un outil. Il n'est rien sans les hommes et femmes qui sont derrière leurs claviers. Dans le cas de ce fait divers, les réactions sur Facebook ou Twitter (le mot clé #RIP Agnès a été le plus utilisé de ces trois derniers jours) ne sont que le reflet du sentiment général de la population. Plus qu'un sondage grandeur nature, c'est le pouls de l'opinion. « Agnès : les ados pleurent ou crient leur colère cet après-midi sur les réseaux sociaux » constatait Laurent Guimier, d'Europe 1. Mais cela va plus loin. Toutes les tranches de la population sont représentées, sans distinction d'âge, de milieu, de religion ou de sexe. Et avec une constante alarmante : il faut rétablir la peine de mort.

 

Les commentaires sont fermés.