15/12/2011

Pauvre Lampil : un chef-d'oeuvre de la BD franco belge signé Lambil et Cauvin

 

Pauvre lampil, Cauvin, Lambil, Duuis, autofiction

L'autofiction n'est pas une invention des romanciers des deux dernières décennies. L'autofiction, Raoul Cauvin et Willy Lambil l'ont testée dès 1973. Le héros de cette nouvelle série destinée à animer les pages de Spirou s'appelle Lampil. Il est dessinateur de BD et a nombre de déboires. Notamment en raison de ses rapports souvent conflictuels avec son scénariste, un moustachu aimant imaginer ses histoires allongé dans un canapé. Pauvre Lampil n'est que la mise à plat des rapports entre ce couple peu banal constitué de Lambil et Cauvin... Rattrapés par le succès des Tuniques Bleues, ils ont abandonné leurs doubles de papier depuis très longtemps, trop longtemps. Oublié, le Pauvre Lampil se retrouve de nouveau sous le feu des projecteurs avec cette intégrale luxueuse. Une occasion à ne pas manquer pour redécouvrir un monument de la BD franco-belge.

 

« Pauvre Lampil », Dupuis, 360 pages, 39 €

 

Commentaires

Ils sont tristement plus vieux que ces doubles de papier, aujourd'hui…

J'adorais le ton de pauvre Lampil, la mise en abyme, que j'aimais retrouver dans Spirou, que ce soit avec Gaston Lagaffe, le Boss il y a quelques années, ou plus récemment, l'atelier Mastodonte. Cette tendance à montrer les ficelles du métier en les romançant, cette fenêtre ouverte sur la rédaction me faisait presque plus rêver que les monstres fantastiques ou les épopées des autres héros.

Et on retrouve peut-être la meilleure "reprise" de cette méthode – le scénariste scénarise la vie du dessinateur – dans Le Retour à la Terre de Larcenet et Ferry.

Écrit par : Lays | 18/12/2011

Les commentaires sont fermés.