28/06/2012

Secrets de famille chez Lloyd Singer alias Makabi

Lloyd Singer, alias Makabi, a de gros problèmes familiaux. Le héros imaginé par Luc Brunschwig et dessiné par Olivier Martin (il prend la suite de Neuray, créateur de la série) se retrouve dans le cabinet d'une psychiatre pour une thérapie familiale dont il se serait bien passé. En jeu, la vie de sa sœur, Esther. Souffrant d'anorexie mentale aiguë, ils vont tous ensemble tenter de découvrir d'où vient ce rejet de toute nourriture. Une façon détournée pour le scénariste pour s'intéresser à l'enfance de Lloyd et à l'émergence de Makabi, le justicier qu'il devient la nuit pour traquer les « méchants ». Dans cette famille juive, Lloyd, seulement âgé de 14 ans, a du remplacer du jour au lendemain ses parents morts dans un accident de la circulation. Une lourde responsabilité pour un adolescent plutôt gringalet. Et il ressort que si le père était aimé de tous, la mère des quatre frères et sœurs était d'une humeur plus changeante. Un épisode moins mouvementé mais qui replace parfaitement le héros dans ce qu'il a de plus attachant : son humanité.

 

« Lloyd Singer » (tome 7), Bamboo Grand Angle, 13,90 €


 

27/06/2012

Edith Hardy à la recherche des diamants de la honte

 

Agence Hardy, Christin, Goetzinger, Dargaud, diamants

Edith Hardy, ravissante détective privée parisienne des années 50, poursuit ses aventures avec toujours Christin au scénario et Goetzinger au dessin. Double récit dans ce septième album. Alors que Victor, le jeune employé d'Edith décide de partir pour l'Algérie afin de retrouver sa fiancée, reporter pour un journal de gauche, Edith est contactée par un riche joaillier. Il la charge de retrouver qui vient de remettre sur le marché un diamant venant de la collection des Lévy-Sanders. Des pierres disparues en même temps que leurs propriétaires, exterminés par les nazis dans les camps de la mort. L'histoire va conduire Edith dans les bidonvilles de la banlieue parisienne, en pleine reconstruction mais encore très pauvre. En parallèle, Victor aura bien des difficultés à retrouver la jolie Rosa, prisonnière des factions d'extrême-droite, de plus en plus actives dans une Algérie en pleine guerre, même si les autorités ne veulent surtout pas utiliser ce terme.

Une série à découvrir, alliant élégance et intelligence, deux qualités devenues très rares dans la production BD actuelle...

 

« Agence Hardy » (tome 7), Dargaud, 11,99 €


 

26/06/2012

"Motherfucker" de Ricard et Martinez : noir et radical

 

Motherfucker, black panthers, ricard, martinez, futuropolis

Si Barack Obama est aujourd'hui président des USA, il y a moins de 50 ans, l'égalité des droits entre Blancs et Noirs était encore un sujet brûlant. Dans les années 60, le Black Panther Party militait de façon radicale contre la ségrégation raciale. C'est un peu l'histoire de ce mouvement que retracent Sylvain Ricard et Guillaume Martinez. Le premier écrit un scénario articulé autour des revendications du parti, le second les met en images dans un noir et blanc aux multiples nuances. Vermont Washington, jeune Noir, est au centre du récit. Son grand-père a été victime du Ku Klux Klan. Il est né à Watts en Californie et vit actuellement à Detroit. Mais même dans ces états du Nord, le racisme est encore fort. Difficulté de trouver du travail, un logement, d'éduquer ses enfants : le sort des Noirs était peu enviable. Vermont veut faire changer les choses. Mais la radicalité du parti semble plus figer la situation que de permettre de la faire évoluer. Et il doit en plus se battre contre sa propre famille, plus habituée à courber l'échine qu'à protester. Une BD politique très forte, sur une Amérique qui longtemps a été tout sauf exemplaire...

 

« Motherfucker » (tome 1), Futuropolis, 15 €


 

25/06/2012

Argent sale islandais au pied de la "Muraille de lave" d'Arnaldur Indridason

Erlendur en vacances, un de ses adjoints, Sigurdur Oli, va mener une difficile enquête dans cette Islande pourrie par l'argent facile.

 

 arnaldur indridason,erlendur,sigurdur oli,islande,muraille de lave,métailié

 

Ecrit en 2009, ce roman d'Arnaldur Indridason était prémonitoire. Il aborde le problème des taux de crédits irréalistes qui ont plongé le pays dans la faillite. Mais contrairement à la Grèce, les Islandais ont décidé de se remettre seuls en selle, balayant devant leur portes et n'hésitant pas à emprisonner ces banquiers indélicats. C'est un peu grâce à des romans policiers de ce genre que la prise de conscience a eu lieu. A méditer dans tous les pays d'Europe.

 

Dans le concert des nouveaux auteurs de polars européens, l'Europe du Nord se taille la part du lion, les Suédois mais également les Islandais, notamment Arnaldur Indridason. Il décrit avec un pessimisme rare l'évolution de la société islandaise. Son héros récurrent, Erlendur, de plus en plus découragé, décide de prendre quelques jours de vacances. Il quitte la capitale et se réfugie dans les hauts plateaux, là où la nature règne toujours en maître. Erlendur totalement absent de l'intrigue, l'auteur décide de mettre le focus sur un de ses adjoints, Sigurdur Oli.

 

 

 

Coup de main à un ami d'enfance

 

En plein divorce, Sigurdur est tiraillé entre sa volonté de respecter scrupuleusement la loi et son dégoût des délinquants. « S'il y avait une chose qu'il n'aimait pas dans son travail, c'était de se montrer courtois avec des rebuts tels que ce Kritjan, de prendre des pincettes avec des types qu'il méprisait profondément et de s'abaisser à leur niveau. (…) Ils n'avaient rien en commun, ce ne serait jamais le cas et ils ne pouvaient simplement pas discuter d'égal à égal. L'un était un multirécidiviste, l'autre un honnête citoyen. »

 

Libéral déclaré, admirant le modèle américain au point de passer ses nuits à regarder des matches de base ball, Sigurdur doit également supporter sa mère, très autoritaire et son père, malade et trop gentil. Un environnement qui pourrait en faire craquer plus d'un. Mais le flic islandais est solide et tenace. Un peu faible aussi. Quand un de ses amis d'enfance lui demande d'intervenir discrètement dans une affaire de chantage, Sigurdur ne sait pas dire non. Il se rend au domicile d'une femme, une échangiste, bien décidée à rembourser ses dettes en faisant chanter la belle-sœur de l'ami de Sigurdur adepte de ces parties fines. Sur place, le policier découvre la femme le crâne fracassé. Visiblement, il a été précédé par quelqu'un qui a trouvé une solution plus expéditive.

 

 

 

Nature hostile, éléments déchaînés

 

L'enquête va s'écarter des milieux libertins pour se diriger vers le métier de la victime. Expert-comptable, elle était régulièrement en relation avec des banquiers. Certains de ces « nouveaux Vikings », maniant les millions avec dextérité, profitent à plein des taux d'intérêt ridiculement bas dans leur pays pour lancer des OPA sur nombre de sociétés européennes. Tout viendrait d'une promenade tragique, quelques mois auparavant sur les falaises de Svörtuloft, la muraille de lave. Un homme y a trouvé la mort. Accidentellement selon les secours. « Dès le point du jour, les recherches avaient repris et on avait passé au peigne fin le bord de la muraille de lave en surplomb de la mer. C'était un à-pic vertigineux, l'océan se déchaînait sur la paroi de basalte et le vent soufflait avec une telle violence qu'on peinait à tenir debout. » Les sauvages paysages Islandais occupent une place importante dans ce roman, comme souvent dans l'œuvre d'Arnaldur Indridason.

 

Nature hostile, hommes refermés sur eux-mêmes... Ce polar au cours sinueux et multiple débute avec la violence d'un torrent pour s'achever avec la force d'un immense fleuve emportant tout sur son passage. Notamment le secteur bancaire du pays.

 

Michel LITOUT

 

« La muraille de lave », Arnaldur Indridason, Métailié Noir, 19,50 € (« La rivière noire » vient de sortir en poche chez Points)


 

24/06/2012

Les truands du réel héros de bande dessinée

 

Bartoll, gangs, pink panthers, MS13, Jungle

Les nouveaux héros ne sont pas forcément des « gentils ». Dans la série « Gangs » écrite par Bartoll, c'est même l'inverse. Les héros sont ces hommes et ces femmes « membres des gangs les plus dangereux de la planète. » « Ils sèment la terreur, bafouent les lois et font la une des médias ». Là aussi, le scénariste a choisi la solution des dessinateurs multiples. Branislav Kerac assure les exploits des « Pink Panthers » (anciens militaires serbes) alors que Andronik et Mavric règlent leur compte au MS13 (Mara Salvatrucha, des Salvadoriens). Les premiers se sont spécialisés dans le vol de bijoux dans des braquages éclairs et jamais violents. Des millions de pierres précieuses recyclées dans les ateliers de la mafia russe. Ils sont presque sympathiques ces voleurs ingénieux ne laissant jamais tomber leurs compagnons d'armes. Du côté de la MS13 c'est beaucoup plus violent. Peu de chance d'en réchapper, même si on est un flic d'élite infiltré. Des BD très documentées. Très sombres aussi, comme notre monde actuel...

 

« Gangs » (tomes 1 et 2), Jungle Thriller, 11,95 € chaque volume


 

09:53 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bartoll, gangs, pink panthers, ms13, jungle

23/06/2012

Deux nouveaux signes pour le Zodiaque de Corbeyran

 

Corbeyran, Zodiaque, Delcourt, gémeaux, Cancer, Robin

Corbeyran, fait partie avec Morvan, Giroud et Desberg de ces scénaristes prolixes, touche-à-tout et capables de mener des projets lourds avec plusieurs dessinateurs sur une période très réduite. Il vient de se lancer dans l'aventure Zodiaque. Une année, 12 titres sur chaque signe rythmant notre horoscope. Les deux premiers étaient particulièrement réussis, les deux suivants tout aussi concluants. L'idée est excellente, les récits sont indépendants tout en laissant une petite place au feuilleton, les différents protagonistes semblant tous se connaître d'un passé commun. Chaque personnage a un talisman lui donnant des pouvoirs surnaturels. Agatha, voyante du signe du gémeaux, a le don de localiser les disparus si elle est en possession d'un objet de la personne recherchée. Elle va se mettre au service d'une jeune femme malade, à la recherche de son frère jumeau. Dans « L'héritage du Cancer », Naomie, bouquiniste new-yorkaise, retrouve dans sa boutique inondée un vieux grimoire donnant le secret de la vie. Côté dessin, le Cancer, de Robin, est d'un très haut niveau.

 

« Zodiaque » (tomes 3 et 4), Delcourt, 13,95 € chaque volume


 

22/06/2012

"Lancelot" d'Alexe et Peru : du bon et du grand Graal

 

Lancelot, Alexe, Peru, Arthur, Camelot, Soleil, Cenltic

La collection Soleil Celtic change de look. Mais le fond reste le même. Lancelot, série des Légendes arthuriennes, propose son tome 3. Olivier Péru est au scénario et Alexe au dessin. Cette dessinatrice, autodidacte de la BD, est une touche-à-tout de l'art. Formation musicale, connaissance en graphisme 3D, elle a finalement choisi ce qui lui plait le plus : le dessin. Elle excelle dans ces décors moyenâgeux avec héros musclé et belles sorcières charmeuses. Lancelot, au centre de l'intrigue, a révélé son grand secret. Ce chevalier est une femme. Sa sensibilité ne l'empêche pas de tomber follement amoureux de l'épouse du roi Arthur. Ce récit, entre passes de magie, combats à l'épée, intrigues et tentatives d'invasion du pays sur fond de construction de Camelot se dévore d'une traite. La légende, bien que vue et revue a toujours autant de charme. En plus, le trait d'Alexe, entre grâce et force, donne encore plus de crédibilité à cette histoire transgenre bien avant l'heure.

 

« Lancelot » (tome 3), Soleil, 13,95 €


 

21/06/2012

Jouons avec les mots

 

 

 

Jouons avec les mots, FolioVoilà un petit livre idéal à emporter pour vos vacances. Les soirs d'ennui, ensemble, testez vos connaissances littéraires. Des quizz originaux vous permettront de briller en société... ou d'apprendre une multitude de choses. Non, la culture n'est pas ennuyeuse ! (Folio, 2 €)

 

20/06/2012

L'Afrique, terrain de chasse des nouveaux prédateurs

Le célèbre Alex Cross se met en travers du chemin du Tigre, un tueur à gages de la pire espèce. Un thriller haletant de James Patterson.

 

 

 alex cross,james patterson,la piste du tigre,afrique,nigeria,lattès

Franchement, Alex Cross est du bois dont on fait les héros indestructibles. Il paraît même parfois un peu trop invincible et cela donne comme une impression de fausse note dans une symphonie bien goupillée. Mais heureusement le chef d'orchestre de « La piste du Tigre », James Patterson, est un virtuose dans l'art de replonger son héros dans l'action, quelles que soient les embûches qui lui tombent sur le ciboulot. Et le lecteur, tenu perpétuellement en haleine, replonge tête baissée dans ce thriller haletant et sans temps mort.

 

Le Tigre est un tueur. Ce Nigérian imposant, « près de deux mètres à la toise pour cent treize kilos » intervient dès la première scène de ce thriller de James Patterson. En compagnie de sa petite troupe, des enfants bourrés de cocaïne, il a pour mission de tuer toute une famille. Mais pour une fois il n'opère pas sur ses terres, entre Lagos, Abuja et Port Harcourt. Il est à Washington et sa mission est de « terroriser ces Américains qui se mêlaient de tout, qui avaient si peur qu'on les attaque chez eux et qu'on s'en prenne à leurs précieuses petites familles. » Une mission menée à bien par le Tigre.

 

Alex Cross, le flic et psychologue, en découvrant le lendemain le carnage, est tout retourné. Il a souvent croisé des tueurs sadiques, mais cette fois il semble avoir véritablement atteint ses limites dans l'abjection. Et Cross découvre qu'il a connu dans sa jeunesse la mère de famille. Une ancienne petite amie du temps de l'université. Est-il plus impliqué qu'il ne le croit dans cette affaire ?

 

 

 

Safari mouvementé

 

Son équipe est sur les dents. D'autant qu'un second massacre vient de défrayer la chronique. Cette fois c'est la famille de l'ambassadeur du Nigeria qui est décimée. Lancé sur la piste du Tigre, Alex Cross croit être sur le point de le capturer. Mais c'est un piège. Le géant africain s'enfuit, la police américaine ne sort pas indemne de la confrontation. Après avoir sondé quelques connaissances à la CIA, Alex Cross est persuadé que le Tigre, retourné entretemps au Nigeria, agit pour des commanditaires aux visées obscures.

 

Sur un coup de tête, Cross prend quelques jours de congés et décide de le pourchasser sur son territoire. Le roman de James Patterson bascule alors dans une autre dimension. Le flic américain, juste, intègre et efficace se retrouve pris dans une nasse inextricable. Policiers corrompus, milices privées, gangs... il va découvrir la réalité de l'Afrique, ce vaste continent en pleine perdition.

 

Après quelques séjours arbitraires en prison, il est tabassé, laissé pour mort, menacé... Mais Cross est un dur à cuire qui n'abandonne jamais. Cette partie est la moins vraisemblable. Les ennemis de Cross auraient eu 50 fois l'occasion de se débarrasser définitivement de lui car pour eux, la vie d'un homme n'a pas plus d'importance qu'une simple cigarette. Même si c'est un flic américain suspecté de travailler pour la CIA. Et pourtant ils l'épargnent systématiquement. Cela permet à l'action de rebondir régulièrement mais manque sérieusement de crédibilité au final.

 

Cependant on se laisse prendre au jeu. James Patterson, dans un style direct, concis et précis, détaille la progression de l'enquête de Cross, de ses découvertes, visibles ou secrètes. Un thriller délassant, dépaysant et plein d'enseignements pour cet été enfin au rendez-vous.

 

Michel Litout

 

« La piste du Tigre », James Patterson, Lattès, 20 €


 

19/06/2012

Enfants trop seuls

 

Seuls, Vehlmann, Gazzotti, Dupuis, Les terres basses

Après avoir été la BD révélation de ces dernières années, « Seuls » doit désormais poursuivre sa route, avec quelques interrogations, et donc sources de suspense, en moins. Les enfants, seuls survivants dans une ville déserte, voient une partie de la cité s'enfoncer. Ils sont pris au piège, incapable de franchir une muraille de plus en plus haute. C'est une course contre la montre qui s'engage. Contre l'enfoncement des Terres Basses, mais également les enfants « contaminés », devenus de redoutables zombis prêts à tout pour les retenir dans leur monde. Vehlmann parvient à insufler une nouvelle dose de mystère dans cette saga fantastique toujours dessinée par Gazzotti. Et comme les auteurs sont de très bons feuilletonistes, la dernière planche annonce de nouvelles complications pour Dodji et ses camarades.

 

« Seuls » (tome 7), Dupuis, 10,60 €