30/09/2012

BD : Zizi a une chauve-souris et deux papas, Trondheim et Bianco

zizi chauve-souris, trondheim, bianco, dupuis, yan chi

Un jour de tempête, Zizi, petite fille à la tignasse rousse en bataille, se retrouve avec une chauve-souris accrochée aux cheveux. Loin d'avoir peur, elle va cohabiter avec cette bestiole bavarde durant 48 pages soit un peu plus de 130 strips. Écrites par Lewis Trondheim, dessinées par Guillaume Bianco, ces histoires oscillent entre magie de l'enfance, fantastique merveilleux et critique de la société contemporaine. Vous passez allègrement de la chasse au Gobeur d'yeux d'enfants (monstre redoutable) à celle du prétendant de la maman de Zizi, mère célibataire en mal d'amour en passant par des cours de Yan Chi, art martial suprême enseigné par une mamie de 75 ans. Zizi pose beaucoup de questions, mais il ne faut pas compter pour la chauve-souris pour les réponses. Cette BD allie délire et poésie.

« Zizi chauve-souris » (tome 1), Dupuis, 14,50 €

Chronique : succès confirmé pour le Festiblog

festiblog, boulet, laurel, pénélope bagieu, margaux mottin, bastien vivès, delcourt, blogosphère

La BD bouge encore. Pour preuve le succès du Festiblog dont c'est la 8e édition ce week-end à Paris (cour de la mairie du 3e arrondissement). L'idée de ce festival est à mettre à l'actif de Yannick Lejeune. Il constate l'incroyable vitalité des blogs BD, propose aux plus célèbres de participer à une séance de dédicace en pleine rue. Quelques tentes, des auteurs en devenir n'ayant pour la plupart encore rien publié : le pari était risqué. Mais les milliers de visites virtuelles se transforment en milliers de visiteurs, en chair et en os.

Depuis, les pionniers sont devenus des valeurs sûres de la BD. Boulet explose les ventes avec ses « Notes », Laurel enchaîne les projets, Pénélope Bagieu vend des milliers de « Joséphine », Margaux Motin est incontournable dans les magazines féminins. Ces stars ne dédicacent pas au Festiblog de ce week-end. Place aux jeunes : dans le numérique, une génération ne dépasse pas 5 ans... Le festival s'est étoffé. Les partenaires se bousculent car le public est au rendez-vous.

Mais comme partout, les réussites font office d'arbre qui cache la forêt. La simplicité de mise en œuvre d'un blog BD ne garantit pas la qualité. Et Bastien Vivès, le premier, a osé une BD critique sur le phénomène. « La Blogosphère » chez Delcourt se moque de ces gribouilleurs tentés de reproduire les recettes des plus originaux. Une sorte de consécration pour un phénomène de mode de plus en plus concurrencé par les réseaux sociaux.

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue samedi en dernière page de l'Indépendant

29/09/2012

Les AFOL, adultes fans de Lego®, ont leur bible

 

lego,afol,muttpop

AFOL comme « Adult fan of Lego® ». Ils sont de plus en nombreux dans le monde ces hommes et ces femmes incapables de délaisser les petites briques colorées de leur enfance. Totalement accros à ces jouets, ils bâtissent de véritables chefs-d’œuvre avec les milliers de pièces accumulées dans leur jeunesse. Et se retrouvent sur le net ou dans des clubs.

Ces passionnés disposent désormais d'une « bible », un superbe ouvrage sorti en librairie ce jeudi. «Culture Lego® », aux éditions Muttpop (29,90 €) propose sur 300 pages l'analyse de ce phénomène. De la création de l'entreprise au Danemark aux usages robotiques, le tour d'horizon est large et exhaustif. Vous aurez même droit aux premiers plans de la brique, ses dimensions et son secret pour permettre de s'emboîter aisément. Le chapitre des records est impressionnant. La tour la plus haute culmine à 31 mètres et la statue de Sitting Bull est la plus grande : 7,6 mètres de haut et 1,5 million de briques. Le succès de Lego® est dû aussi à son côté indémodable et évolutif. Et le jeu est passé dans la culture populaire. Il est la vedette de bandes dessinées, de films d'animation, permet de recréer des tableaux de maîtres ou des scènes de films cultes.

Sur Internet, les groupes de discussion se multiplient, des logiciels facilitent la construction. Des robots en Lego® fonctionnent, il existe même une imprimante 3D (voir vidéo ci-dessous). Ce beau livre, richement illustré, vous donnera l'envie de replonger dans votre caisse de briques ou sera le cadeau parfait pour l'AFOL qui s'ignore.

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue en dernière page de l'Indépendant ce vendredi.


09:29 Publié dans Humeur, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lego, afol, muttpop

28/09/2012

Roman : l'amour vagabond par Robert Goolrick

Formidable roman d'amour et tragédie tout à la fois, « Arrive un vagabond » de Robert Goolrick confirme le génie d'un auteur essentiel.

 

arrive un vagabond, Robert Goolrick, Virginie, anne carrièreBrownsburg, Virginie. Une petite ville américaine tranquille. Charlie Beale débarque en plein été 1948 au volant de son pick-up. Il bivouaque durant près d'une semaine sur un terrain ombragé au bord d'une rivière. C'est un vagabond. Il erre de ville en ville depuis son retour de la guerre. A la recherche de l'endroit où il pourrait enfin se sentir chez lui. Ces quelques jours passés à la belle étoile sont comme un déclic. Charlie a deux valises avec lui. Une pour ses habits, l'autre remplie de billets. Vagabond mais pas pauvre. Il achète le terrain et décide de rester.

Reste maintenant à se faire accepter par les habitants de la ville. Première étape trouver du boulot. Charlie est boucher, un bon boucher même. Il se rend donc à la seule enseigne de la ville et demande du travail. Il propose de faire un essai gratuitement pour être jugé sur ses compétences. Essai concluant. Charlie, en quelques semaines, passe de vagabond à ouvrier émérite, agréable avec la clientèle.

 

L'ami de Sam

Sa bonne humeur, sa gentillesse lui permettent de s'intégrer. D'autant que son plus grand fan est Sam, un garçonnet de 5 ans, le fils du boucher. Sam passe quasiment tout son temps libre avec lui.

La vie semble simple, heureuse, à Brownsburg. Mais Robert Goolrick est un écrivain virtuose pour décrire, petit à petit, par minuscules touches, le côté sombre des choses. Tout en présentant Charlie, il dresse le portrait de la ville, de ses habitants. En façade cela semble être l'harmonie. En réalité le poids de la religion, de la ségrégation raciale et des différences entre riches et pauvres provoquent des tensions. Charlie s'en accommode, achète une petite maison. Mais il reste célibataire malgré les efforts d'entremetteuse de la femme du boucher et les œillades de quelques clientes.

La vie de Charlie prend un tout autre tour quand il croise Sylvan Glass. Dans une ville très conventionnelle, cette blonde semble sortie d'un film hollywoodien. Belle, presque surnaturelle, perdue dans ses pensées, Sylvan est la femme du plus gros propriétaire terrien de la région.

 

Étincelle du coup de foudre

A la seconde rencontre, ils se serrent la main. « Sylvan se tourna vers Charlie, retira ses lunettes de soleil de sorte que ses yeux verts étincelèrent au soleil, puis elle lui prit la main, sans un mot. Mais à la manière qu'il eut de laisser les doigts suspendus dans l'air un instant, là où ils avaient rencontré ceux de Sylvan, il était évident que quelque chose s'était passé entre eux, une reconnaissance puissante et immédiate. Si l'on avait été en hiver, il y aurait sans doute eu une étincelle d'électricité statique, un signe visible, mais c'était l'été. Il s'était dit quelque chose, et elle était la seule à savoir quoi. » Un coup de foudre. Réciproque. Mais un amour impossible.

Sylvan, encore mineure, a été littéralement achetée par son mari. Fille de fermiers très pauvres, elle s'est engagée à ne jamais fuir le domicile conjugal au moment de la vente. Alors Charlie et Sylvan vont s'éviter. Puis l'attirance trop forte les poussera dans les bras l'un de l'autre. Des rendez-vous secrets, avec cependant un témoin, le petit Sam. L'enfant devient la pierre angulaire de l'histoire, l'élément déclencheur de la tragédie.

Toute la force de ce roman réside dans cette vision de l'histoire par les yeux d'un enfant de 5 ans. Peut-il comprendre l'interdit ? Que ce que fait son meilleur ami est un péché ? Richard Goolrick reprend un de ses thèmes de « Féroces », son premier roman : la parole d'un enfant face aux secrets des adultes. Ce roman est moins dur que le précédent, à l'écriture plus fluide, parfois poétique. Mais au final on ne ressort pas indemne d'un roman de Robert Goolrick, sa plume a le tranchant et la précision d'un scalpel.

Michel LITOUT

« Arrive un vagabond » de Richard Goolrick, Anne Carrière, 21,50 €


27/09/2012

BD : cow-boys de pacotille, second « Jeu de gamins » de Mickaël Roux

jeu de gamins, cow-boys, roux, bamboo

Trois gamins entre huit et dix ans, de l'imagination à revendre et vous voilà avec la série jeunesse la plus fraîche du moment entre vos mains. « Jeu de gamins » ce sont les aventures, pour de rire, de Max, Théo et Léon. Ils ont comme tous leurs amis des consoles de jeu et une télévision, mais ont aussi le chic pour revivre les aventures de leurs héros favoris. Après les Pirates, Mickaël Roux leur propose de s'amuser comme des cow-boys. Avec pistolets à flèches et chapeaux trop grands, ils vont affronter les Indiens, traverser la plaine sur des chevaux en balais, regrouper leur troupeau de bétail (des escargots) et rechercher la trace d'un grizzli dans ses crottes...

C'est plein de poésie, très bien vu et senti. On se retrouve dans ces gamins à l'imagination fertile et sans limite. Et si vous êtes allergique aux BD, sachez qu'une version livre pour enfant vient de sortir. 90 pages richement illustrées par Mickaël et écrites par Alain Roux... son papa.

« Jeu de gamins » (tome 2), Bamboo, 10,60 €

08:10 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jeu de gamins, cow-boys, roux, bamboo

26/09/2012

Chronique : Facebook, présumé coupable, explication d'un faux-bug

 Ça chauffe pour Facebook. Le méchant mastodonte numérique, victime d'un « énorme bug », publie les messages et discussions privés des années 2007 à 2009 de ses abonnés sur leur mur. L'information a affolé la toile toute la journée de lundi. Du moins ceux qui ont des choses à cacher à leurs « amis ». En clair, maris infidèles, épouses volages et employés critiques envers leurs collègues ou hiérarchie...

Facebook a souvent été cloué au piloris de la confidentialité. Lundi, comme pris d'une frénésie sécuritaire, ils sont nombreux à recommander d'effacer en urgence les historiques. Mais hier, après 24 heures d'un buzz négatif, Facebook dément l'information. Et d'expliquer que ce que l'on croit être des messages privés ne sont que des notifications publiques, de mur à mur. Du temps où les inscrits n'avaient pas compris que ces statuts, adressés à une seule personne, étaient visibles par tous. L'arrivée l'an dernier de la nouvelle version de la timeline a exhumé ces messages oubliés.

Le site du journal Metro, le premier à avoir levé le lièvre, a fait son mea culpa. Mais l'incident risque de laisser des traces. Pour preuve cette discussion (publique) entre deux amis : « Tous nos messages privés, même les plus privés des plus privés, sont stockés en Irlande. Ils pourront toujours resurgir un jour » et l'autre de surenchérir : « C'est aussi pour ça que je détruis mon compte tous les 6 mois, et change de nom à chaque fois. » Paranoïa et réseaux sociaux feront toujours bon ménage.

Chronique "ça bruisse sur le net" parue ce mercredi en dernière page de l'Indépendant.

BD : huis-clos mortel au large de Marseille pour Léo Loden

arleston, carrère, nicoloff, léo loden, marseille, frioul, soleil

Qui a prétendu que la Méditerranée n'était pas une mer mais une simple flaque à côté des océans ? Il ne s'est jamais retrouvé dans une de ces tempêtes d'autant plus redoutables qu'elles sont rares.

Léo Loden, le détective marseillais, en compagnie de son Tonton Loco, est victime de ce coup de mer. Ils s'échouent, en pleine nuit, sur le château d'If planté depuis des siècles sur l'une des trois îles du Frioul. Ils sont secourus par les cadres d'une société pharmaceutique en plein séminaire de remotivation. Eux aussi sont bloqués dans le château et bientôt dans le noir en raison d'une coupure d'électricité. C'est dans ce lieu clos et inhospitalier que Léo et sa perspicacité vont être mis à rude épreuve. Le nouveau repreneur de la société meurt empoisonné. Tous les autres membres du groupe sont suspects. La panique commence à gagner certains, d'autant qu'un deuxième cadavre vient compliquer les choses.

Scénario à la Agatha Christie pour Arleston et Nicoloff. Une excellente intrigue, illustrée par Serge Carrère. Pour les 20 ans de la série, plusieurs expositions sont organisées à Marseille, jusqu'au 6 novembre.

« Léo Loden » (tome 21), Soleil, 10,50 €


25/09/2012

Chronique : réseaux (trop) sociaux

facebook, réseaux sociaux, twitter, emails, travail, productivité, comment glander au travail ?

Une nouvelle fois, le monde du travail pointe les réseaux sociaux dans sa ligne de mire. Une récente étude américaine chiffre la perte pour l'économie, en raison du temps passé sur internet au travail, à la somme astronomique de 650 milliards de dollars. Une infographie synthétise les données et certains chiffres ont de quoi faire bondir les patrons à la recherche d'une meilleure productivité. En moyenne, un employé américain est interrompu dans sa tâche toutes les dix minutes par du courrier électronique ou un réseau social. Encore plus dramatique : une fois le travail arrêté, l'employé met 23 minutes pour le reprendre... Aux USA, on consacre en moyenne 28 % de son activité professionnelle à la lecture d'emails. Facebook aussi est un dévoreur de temps : 405 minutes par mois environ.

Mais pour être honnête, il faut noter que les Français n'ont pas attendu les statistiques américaines pour plomber leur productivité. Pause cigarette, déjeuner qui s'éternise, coups de fil aux amis, papotage à la machine à café : certains sont les rois de la débrouille quand il s'agit de faire semblant de travailler.

Et personne n'est parfait : durant l'écriture de cette chronique (interrompue à trois reprises durant plus de 20 minutes), j'ai reçu 12 emails (dont 11 spams), été une fois sur Facebook, fumé trois cigarettes, répondu 14 fois à mon épouse (oui, elle est très bavarde...), envoyé balader un démarcheur téléphonique et totalement ignoré Twitter sans quoi je n'aurais pas dépassé la seconde phrase.

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue en dernière page de l'Indépendant ce mardi.

BD : la Balance à la barre pour la série Zodiaque de Corbeyran

Corbeyran, Ullcer, zodiaque, balance, delcourt

La série Zodiaque, scénarisée par Corbeyran, arrive à la moitié de l'aventure. Le septième signe, la Balance, se déroule en partie dans le milieu de la justice. Logique, ce signe est par excellence celui de l'équilibre, de la diplomatie. L'histoire de Benjamin Brass, procureur à New York, est dessiné par Ullcer. Un trait réaliste, renforçant le côté implacable de cette BD. Brass obtient de très bons résultats contre le crime organisé. Sa spécialité : convaincre des seconds couteaux de témoigner contre les parrains. Il n'a pas de mal à obtenir leur collaboration. Grâce à son talisman zodiacal et ses talents de sorcier, il les persuade que c'est ce qu'ils doivent faire. Des résultats qui font jaser. Suspecté de collusion avec la dernière famille, il est enlevé et conduit, inconscient, dans une petite ferme en Sicile. C'est là, au cœur de la région d'origine de la mafia qu'il va devoir faire un choix. Un choix d'autant plus difficile pour lui qu'il est de ce satané signe toujours oscillant entre le bien et le mal. Toujours aussi brillant, de plus en plus fantastique, « Zodiaque » par son rythme effréné de parution est une des séries phares de cette année 2012.

« Zodiaque, le jugement de la Balance » (tome 7), Delcourt, 13,95 €


24/09/2012

Chronique : de YOLO à YODO... Petit cours de rap par l'exemple

 

yodo,yolo,rap,accident,twitter,chronique

Sans frontière, le net permet à des expressions de passer d'un continent à l'autre. Connaissez-vous le sens de l'expression YOLO popularisée par les rappeurs américains ? YOLO est l'acronyme de « You Only Live Once » traduisible par « Tu ne vis qu'une fois » .

Hermétique au rap, tant en anglais qu'en français (lessupporters de Toulon ne constituent pas une exception...), j'ai découvert YOLO en lisant un article sur « la mort la plus idiote du mois ». Erwin McKinney (photo ci-dessus), rappeur de 21 ans, a tweeté dans la nuit du 3 septembre un message prémonitoire : « Drunk af going 120 drifting corners #FuckIt YOLO ».

 

 

En substance, il explique qu'il a bu comme un trou et qu'il roule à 120 miles à l'heure (190 km/h) au volant de sa Nissan Sentra. Pour lui, et les trois amis qui ont pris place dans son bolide, ce doit être le summum du YOLO.

Et ce qui devait arriver arriva : perte de contrôle, crash monumental. RIP Erwin McKinney (et ses trois copains...) Question subsidiaire : l'accident est-il dû à l’alcool, à la vitesse ou à la mauvaise idée de tweeter en conduisant ? Les trois mon colonel, répond le pragmatique.

En fait, Erwin a peut-être simplement fait une faute de frappe. A cause d'une lettre erronée, personne n'a compris que son tweet était l'annonce de son suicide, histoire d'avoir sa minute de gloire à la Andy Warhol. Il a écrit YOLO alors qu'il pensait YODO : « You Only Die Once » soit « on ne meurt qu'une fois »...

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce lundi en dernière page de l'Indépendant.