31/12/2012

Chronique : 2012, l'année des Twitteuses !

twitter, morano, pulvar, valtrier

2012 sur le net : que reste-t-il d'une année de surf virtuel ? Tentative de bilan, épisode 4/6.

Twitter a ses stars. Et en 2012, elles étaient surtout féminines. De Valérie Trierweiler à Audrey Pulvar en passant par Nadine Morano, elles ont parfaitement maîtrisé le réseau social pour faire parler d'elles. Pas toujours en bien, mais le résultat est le même.

François Hollande à peine élu, la nouvelle première dame de France réussit l'exploit de faire oublier « Carlita » en un seul tweet. Alors que les législatives s'annoncent plus serrées que prévu pour le PS, elle lance un pavé dans la mare en soutenant Olivier Falorni, le dissident de La Rochelle opposé à Ségolène Royal. Exit le débat politique, la guerre entre l'ex et la nouvelle éclipse tout débat de fond. Depuis @Valtrier a fermé son compte, puis en a rouvert un nouveau, beaucoup moins personnel, plus politiquement correct...

twitter, morano, pulvar, valtrierAndrey Pulvar aussi fait beaucoup jaser les twittos. Journaliste reconnue et compétente, elle change de statut en devenant la compagne d'Arnaud Montebourg. Là aussi, un certain voyeurisme est à l'origine de son succès. Femme de ministre, elle doit mettre un bémol dans ses interventions. Et c'est sur Twitter qu'elle annonce sa séparation. Qui dit que la gauche ne peut pas faire dans la peopolitique ?

twitter, morano, pulvar, valtrierMais la reine de Twitter reste et restera pour toujours Nadine Morano. Un délice pour les observateurs amateurs de second degré involontaire. Nadine, surtout, ne change rien !  

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue vendredi en dernière page de l'Indépendant.

13:56 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : twitter, morano, pulvar, valtrier

30/12/2012

Chronique : Prisonniers du net en 2012

assange.jpg

2012 sur le net : que reste-t-il d'une année de surf virtuel ? Tentative de bilan, épisode 3/6.

Utiliser Internet n'est pas dénué de danger. En cette année 2012, en plus des blogueurs chinois, arabes ou cubains emprisonnés arbitrairement (mais ce n'est pas nouveau), deux fortes personnalités sont privées de liberté pour un tout autre motif. Coup de théâtre en janvier : le site Megaupload (60 millions d'utilisateurs) est supprimé et son fondateur, le très folklorique Kim Dotcom, arrêté en Nouvelle-Zélande. Ce milliardaire du piratage internet, adepte des voitures de course et du clinquant en tout genre, reste un mois dans les geôles d'Auckland. Les USA tentent vainement de l'extrader. On chiffre les pertes pour les ayants droit, en raison du piratage, à près de 500 millions de dollars. Placé sous contrôle judiciaire, Kim Dotcom a l'intention de se relancer : il annonce l'ouverture de Mega vers le 20 janvier 2013, pile une année après la mort de Megaupload. 

Très différent le parcours de Julian Assange. Le fondateur australien de Wikileaks dérange de nombreux Etats. Le site publie des documents confidentiels, véritables bombes pour quelques démocraties. L'extradition le menace, pour une affaire de mœurs montée de toutes pièces selon ses avocats, il se réfugie dans l'ambassade d'Equateur à Londres le 19 juin. Depuis, il n'a pas quitté le bâtiment, bien que le pays lui ait accordé l'asile politique. Entrepreneur mégalo ou défenseur des libertés, leur point commun : une indépendance entravée par Internet.

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue jeudi en dernière page de l'Indépendant.

29/12/2012

Chronique : Live is live !

2012 sur le net : que reste-t-il d'une année de surf virtuel ? Tentative de bilan, épisode 2/6.

bug.jpg

Internet, loin de signer la mort de la presse, permet d'inventer de nouvelles pratiques journalistiques. En 2012, le « live » ou « direct » a pris un essor phénoménal. Pour un événement prévu (match de rugby, conseil municipal ou procès) ou imprévu (incendies, phénomène climatique), le live est un instrument médiatique alliant souplesse et réactivité. Complément parfait d'une diffusion télévisée, il permet une réelle interactivité.  

Par l'intermédiaire de Twitter, de SMS ou de commentaires en direct, les questions de ces lecteurs multimédias fusent. Comme une grande discussion à bâtons rompus dans un immense forum. Néophytes et spécialistes se répondent en fonction des dernières informations diffusées par le ou les journalistes en direct sur place. En 2012, sur le site de l'Indépendant, les « lives » voient leur audience grimper exponentiellement. Cet été, des milliers d'internautes ont pu suivre en direct l'avancée des incendies en Catalogne Sud. 

Dernier exemple en date, le record absolu de la saison, est à mettre au crédit de la pseudo fin du monde. Durant la nuit de vendredi à samedi, entre les tweets en direct de Bugarach (calme plat) et les délires des uns et des autres, vous êtes des milliers à avoir rigolé en ligne. Le live est un exercice tout terrain dont on est loin d'avoir fait le tour. Confirmation en 2013.

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue mercredi en dernière page de l'Indépendant.

28/12/2012

Chronique : Rires GIFesques (bilan 2012, 1/6)

2012 sur le net : que reste-t-il d'une année de surf virtuel ? Tentative de bilan, épisode 1/6.

batman.gif

2012 a été le théâtre d'une résurrection sur le net : le GIF. Ce format, un des premiers pour transmettre des images, a connu un regain d'intérêt sidérant. Comme toujours, c'est grâce à une utilisation au second degré que le GIF (graphics interchange format) a inondé les boîtes mails et les comptes Tumblr. Une vingtaine d'images en boucle forment un petit film sans fin. L'idée géniale de cette année 2012 aura été de mettre une légende décalée à ce film minimaliste. Un chaton se contorsionne, la tête en bas, et finit en boule dans un petit aquarium. Déjà rigolo tout court, mais la légende : « Quand mon chat se prend pour un poisson » décuple l'effet. Les GIF permettent aussi quelques trucages. Un chat (pas le même) devient une star en sautant d'un balcon à un autre, manquant la cible d'un bon mètre. Son saut dans le vide prend toute sa signification quand il s'élance de la capsule de Félix Baumgartner. 

Les GIF sont pain bénit durant la campagne présidentielle. Rien de tel pour se moquer d'une expression ou d'un tic. Les deux finalistes de mai en prennent plein les dents... Vainqueur le montage où Hollande en Batman et Sarkozy en Robin fuient face au 18 % du Front national. 

Et si vous aussi avez envie de vous moquer de vos proches ou de vos animaux de compagnie, téléchargez Microsoft Gif Animator. Simple et gratuit.   

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue mardi en dernière page de l'Indépendant.

27/12/2012

BD : Petits héros deviendront grands dans "Vigilantes"

vigilantes, gaudin, crosa, soleil

Quatre gamins, un chaman. Une nuit particulière. Daryl, Zack, Curtis et Jesse se retrouvent avec des super-pouvoirs, comme les héros des comics qu'ils dévorent chaque semaine du haut de leur dix ans. L'un vole, l'autre déplace les objets à distance, un troisième se transforme en monstre, le dernier a une force surhumaine. Un pouvoir qu'ils perdent s'ils ne sont pas ensemble. Trente ans plus tard, ils découvrent que le candidat démocrate à la présidence des USA est un « méchant » de la pire espèce. Ils l'ont affronté. Aujourd'hui ils doivent reformer le groupe des Vigilantes pour le mettre une nouvelle fois hors d'état de nuire. Écrite par Gaudin et dessinée par Crosa, la seconde partie de cette série (prévue en quatre) lève un peu le voile sur les exploits des jeunes Vigilantes. Adultes, ils ont plus de difficulté à retrouver leurs pouvoirs. Il leur faut plus de complicité pour augmenter la puissance. Ils vont donc traverser les USA en voiture pour s'approcher du candidat. Entre action, souvenir d'enfance et considérations d'adultes blasés, cette BD joue sur plusieurs niveaux. Toujours avec justesse.

« Vigilantes » (tome 2), Soleil, 13,95 €


08:53 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vigilantes, gaudin, crosa, soleil

26/12/2012

BD : La routine du flic dans l'intégrale de RG de Dragon et Peeters

RG, Gallimard, dragon, peeters, folio

Flic au renseignements généraux, Pierre Dragon a transposé ses enquêtes en deux albums illustrés par Frederik Peeters. Ils sont repris dans une intégrale chez Folio BD. Dragon parvient à mélanger sa vie privée et son quotidien professionnel. Il est vrai que parfois, la vie privée disparaît complètement tant le travail prend le dessus. Des heures de planque, d'écoutes à déchiffrer, de travail administratif et de recherches dans les archives. Cela ne semble pas si palpitant que cela. Même si ces fonctionnaires se dévouent corps et âmes pour l'Etat. La première partie, Riyad-sur-Seine, débute par la mise au jour d'un trafic de contrefaçon dans le textile. Mais quand un des cerveau du trafic arrive à Roissy, c'est le branle-bas de combat : aux USA, il est soupçonné de financer plusieurs réseaux terroristes. Quelques mois plus tard, Dragon est chargé de démanteler un réseau de clandestins en provenance de la Thaïlande. Mais dans le lot, quelques jeunes filles intéressent également les mœurs. Une guerre des polices sans pitié, arbitrée par une juge d'instruction charmante. Tellement que Dragon en tombe amoureux. Ce volet plus personnel est passionnant et donne encore plus de force à un roman graphique d'exception.

« RG, l'intégrale », Folio BD, 8,90 €


13:15 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rg, gallimard, dragon, peeters, folio

25/12/2012

Livre : "Je suis un écrivain japonais"

dany laferrière, livre de pocheC’est l’histoire d’un homme qui ne fait rien, ou presque. Il prend des bains. Relit le poète japonais Bashô. Écrit à peine. Fait l’amour avec Midori. Apprend qu’il est célèbre à Tokyo. Célèbre à Tokyo ? Un jour, dans une interview, il a annoncé que son prochain livre s’intitulerait Je suis un écrivain japonais. Et tout s’est emballé. L’histoire dérape. La police arrive... Moins « chaud » que ses précédentes œuvres (« Comment faire l'amour avec un Nègre sans se fatiguer » ou « Le goût des jeunes filles »), ce roman de Dany Laferrière donne une dimension supplémentaire à un écrivain inclassable, hors du commun, passionnant dans ses différences.

(Le Livre de Poche, 6,10 €)


24/12/2012

Beau Livre : Fantomatique Bilal au Louvre

bilal,louvre,fantômes,futuropolis

Le Musée du Louvre ouvre ses galeries aux auteurs contemporains de bande dessinée. Un partenariat mis en place depuis quelques années avec les éditions Futuropolis. Après David Prudhomme ou Bernard Yslaire, c'est Enki Bilal qui a eu carte blanche pour trouver l'inspiration dans ce temple de l'art. Autant dessinateur que peintre ou cinéaste, Bilal a arpenté les galeries simplement armé de son appareil photo. Des journées à s'imprégner de l'ambiance, à admirer les œuvres exposées et au final un travail sur 22 tirages. Et le résultat est résumé dans une phrase d'introduction : « C'est comme si au Louvre on respirait du fantôme. » Sur chaque œuvre, il a peint le portrait d'un fantôme directement concerné. Ces vies imaginaires donnent une force supplémentaire à des chefs-d’œuvre incontestables. Sur le tableau de la « Jeune orpheline au cimetière » de Delacroix, Bilal met en opposition le visage de Lantelme Fouache. Né en 1773, il est le père de Béatrix, le modèle. Elle pleure son père récemment décédé après être tombé dans un ravin. C'est elle qui l'a poussé : « Sept ans de viols discontinus étaient ainsi effacés. Ce matin-là, il avait commis celui de trop, et elle avait eu le courage. » Le livre présente, à côté du texte, le tableau de Bilal, la photo de « l'inspiration » et des dessins préparatoires. Un ensemble exposé à partir du 20 décembre (jusqu'au 18 mars) à la salle des Sept-Cheminées dans l'aile Sully. C'est la première exposition au sein des salles du Louvre consacrée à un auteur de bande dessinée.

« Les fantômes du Louvre » de Bilal, Louvre Editions et Futuropolis, 25 euros.

BD : Phil Perfect, la classe de l'intégrale

serge clerc, phil perfect, rock, dupuis, intégrale

Serge Clerc, habitué du festival du disque et de la bande dessinée de Perpignan, est le créateur de Phil Perfect. Ce détective rocker, dandy et moderne, a évolué dans les pages de Rock & Folk et Métal Hurlant, essentiellement durant les années 80. Cette intégrale de près de 280 pages reprend les récits et illustrations ayant fait le renommée du « dessinateur espion ». Mais avant de plonger dans « La nuit du Mocambo » ou « L’allégorie du Rock & Roll », découvrez l'incroyable parcours de ce lycéen de province, devenu en quelques mois, avec Moebius et Druillet, un des piliers de « Métal Hurlant ». Il y croisera Yves Chaland, son jumeau de plume, et affinera son style pour aller vers « le fouetté de Jijé, magnifique et sensuel. »

Cette intégrale, très classe, ravira tous les quinquas, nostalgiques de leur jeunesse rebelle.

« Phil Perfect, l'intégrale », éditions Dupuis, 32 euros.


23/12/2012

Vidéo : l'autre visage de Bugarach

13:37 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0)