31/03/2013

BD : Entraide fasciste

odessa, dufranne, peka, casterman, argentine, collabos

La seconde guerre mondiale, en Europe, a coupé la France en deux. On oublie trop souvent que durant les années d'occupation, une importante partie de la population française, au lieu de choisir la Résistance, a été fidèle au gouvernement officiel, celui de Pétain. Un choix parfois motivé par la politique. Ainsi à l'époque, la peur du communisme a poussé de nombreux citoyens dans les bras de partis nationalistes. Et beaucoup ont même fait le forcing pour s'engager dans le combat pour prêter main forte aux nazis dans leur conquête de Moscou. Michel Dufranne ouvre ce dossier noir dans « Odessa », série complète en deux volumes.

Un résistant part à la recherche de son frère, supposé disparu sur le front de l'Est alors qu'il portait l'uniforme vert de gris. Il va plonger dans ces milieux fascistes, très efficaces quand il a fallu « exfiltrer » certaines têtes pensantes vers l'Amérique latine.

De Bruxelles aux plaines russes en passant par la pampa argentine, un périple peu glorieux illustré par Peka, dessinateur au trait très comparable à celui de Kas.

« Odessa » (tomes 1 et 2), Casterman, 12,95 € chaque volume


30/03/2013

Chronique : De l'âge des SMS

sms,smartphone,fossé des générations,parents,enfants,j'ai lu,hattabFin 2012, 72 millions de téléphones portables étaient actifs en France. Soit un taux de pénétration supérieur à 110 %. En clair, tout le monde   aujourd'hui a la possibilité d'envoyer des SMS. Mais pas évident de tout comprendre dans ce langage mis au point par des jeunes, pour des jeunes. Les contenus parfois abscons donnent l'idée à Alexandre Hattab de collecter les échanges les plus surréalistes quand « Mes parents font des SMS » (J'ai Lu, 5 euros). Si le premier chapitre reste relativement indulgent pour les aînés, les choses se gâtent par la suite. Notamment dans le chapitre « La technologie les dépasse » où se trouvent les pires situations, que tout découvreur des smileys ou des abréviations a connu au moins une fois. « Paçe me cherch& hallah Bouh-tik, Pas-pas » écrit un père à sa fille qui lui répond, désespérée : « Ok mais c'est pas ça le principe du langage SMS ! MDR » Tout le monde sait que MDR est la version condensée de « Mort de rire » sauf cette mère un peu parano : « MDR ça veut dire Maison de retraite ? » Dans les galères techniques, il faut aussi compter avec les touches introuvables. Les messages s'en voient parfois rallongés : « ça va point d'interrogation » ou transformés en galimatias, « Ouestlafoutuebarreespace ». Et puis il y a les situations mignonnes comme cette mère demandant à sa fille si elle s'y connaît en iPhone, précisant que c'est un « Apple iPhone »... On peut en rire, mais si vous débutez en SMS, ce petit livre peut se révéler très utile...

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce samedi en dernière page de l'Indépendant. 

BD : L'abbé Shelton en mission en Argentine

van hamme, denayer, wayne shelton, dargaud, argentine, loto

Wayne Shelton, héros aventurier imaginé par Jean Van Hamme, a le profil rêvé pour être au centre d'histoires mouvementées et dépaysantes. Millionnaire, prêt à tout pour augmenter sa fortune, Wayne, malgré ses tempes blanches est encore très vert. Et cela ne date pas d'hier. Dans sa jeunesse, il a traversé l'Amérique latine en moto. Heureusement pour le lecteur il n'a pas finit comme le Che. Mais ce passé de liberté et d'insouciance lui revient en pleine figure quand il il est accusé par la police argentine d'avoir violé une jeune héritière. C'était il y a 30 ans, mais ce pays très catholique sait se souvenir quand il y a l'honneur d'une famille en jeu. Wayne est victime d'un complot. La belle qui a succombé à ses charmes a aujourd'hui besoin de notre héros pour récupérer le ticket gagnant à la loterie nationale. Pour assurer sa liberté, Wayne endosse l'habit de prêtre et va au fin fond des montagnes retrouver un curé peu scrupuleux. Dessinée par Denayer, toujours aussi efficace, cette aventure est légère, pleine d'humour et de bons sentiments. Rien de bien transcendant pour certains. En fait de la belle ouvrage, ce qui fait le succès de la BD depuis des décennies, devenu malheureusement trop rare de nos jours.

« Wayne Shelton » (tome 11), Dargaud, 11,99 €


29/03/2013

Chronique : Dans le bunker

cyberbunker,spamhaus,piratage,spamConnexion à internet lente, vidéos hachées, boîte mail déboussolée... Depuis une semaine le réseau bafouille. N'accusez pas immédiatement votre fournisseur d'accès (services devenus en quelques années responsables de tous les maux numériques, parfois à juste titre) car les perturbations sont  mondiales et directement liées à l'une des plus importantes attaques de cybercriminalité. Une véritable guerre entre deux entités quasi invisibles pour le public, mais aux antagonismes absolus. D'un côté Spamhaus, société suisse chargée de détecter les sites envoyant ces millions de spams. S'ils tombent directement dans votre corbeille, c'est grâce à Spamhaus et ses programmes espions. De l'autre Cyberbunker, un site néerlandais chantre de la liberté totale et très peu regardant sur le pedigree des organismes hébergés. Spamhaus a placé Cyberbunker sur sa liste noire. Les Hollandais, dont les serveurs sont localisés dans un ancien bunker de l'OTAN, n'apprécient pas. Ils auraient donc lancé cette cyberattaque en bombardant Spamhaus de millions de demandes de connexions simultanées grâce à toute une batterie de robots implantés dans les pays de l'Est. Résultat, tout le réseau est ralenti par cette augmentation brutale du trafic.

Et voilà comment cette guerre invisible impacte le quidam, pestant sans son coin sans savoir qu'il n'est qu'un grain de sable dans une tempête planétaire. Ainsi va Internet, entre individualisme et gigantisme.

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce vendredi en dernière page de l'Indépendant.  

Livre : Mémé Cornemuse sur les traces de Béru

Mémé Cornemuse aurait tout à fait pu être un personnage de San-Antonio. Nadine Monfils, sa créatrice, lui donne l'occasion de s'émanciper.

 

nadine monfils, mémé cornemuse, san antonio, béru, dard, belfond, fayardAdeptes du bon goût s'abstenir. Mémé Cornemuse, l'héroïne totalement déjantée imaginée par Nadine Monfils est de retour. Cette grand-mère indigne, fan de Jean-Claude Van Damme et d'Annie Cordy, imagine le casse du siècle. Une bijouterie regorgeant de breloques. Première opération, s'installer près de la place. Mémé endosse les habits de concierge. L'immeuble est stratégiquement collé aux coffres. Puis embaucher un arpette qui fera le sale boulot. Un ancien taulard va prendre ses quartiers dans la cave et creuser un tunnel.

Problème, Mémé doit répondre aux sollicitations incessantes des locataires. L'occasion pour Nadine Monfils de décrire quelques cas sociaux d'exception. Ginette Plouf par exemple, une trentenaire avachie, cocue depuis des lustres. Elle est au centre de l'intrigue principale. En rentrant du boulot, elle craque pour des chaussures jaunes. « Elles ont appartenu à Lady Di ! » lui affirme plein d'assurance le commerçant escroc. Ginette, sur ses escarpins, voit la vie différemment. Elle reprend confiance en elle.

 

Garniture de camembert

A l'arrêt de bus, elle croit découvrir le prince charmant. Simplement un dragueur compulsif qui, une fois sa petite affaire conclue sur le capot d'une voiture dans un parking souterrain, prend ses jambes à son cou. De retour au domicile conjugal, l'infidèle est tentée d'avouer sa faute à Marcel, son mari. Mais ce dernier est mort. Assassiné exactement. Mains coupées et sexe planté dans un camembert au frigo...

Ginette paniquée, prévient la concierge. Et comme Mémé ne veut pas que la flicaille investisse son immeuble, elle se charge de faire disparaître le corps. Une mise en bouche totalement foutraque, et ce n'est que le début. En cherchant à découvrir qui a tué Marcel, Ginette et Mémé vont croiser nombre d'hurluberlus. Genre cette locataire « qui avait un gros grain de beauté sur la joue gauche, garni d'un poil noir. Avec le double menton, on aurait dit une sorte de bonobo en jupe plissée. »

 

Sexe à tous les étages

Autre rebondissement improbable, l'héroïne apprend qu'elle a un fils. Elle n'a aucun souvenir des 9 mois de grossesse, si ce n'est avoir laissé, dans sa jeunesse, un paquet sanguinolent devant un couvent. Elle se met à rêver à ce gamin maintenant adulte. Un regain d'amour maternel ? Pas vraiment : « Cornemuse aurait bien aimé avoir un fils pédé. Un qui lui aurait ramené des jeunes éphèbes bien membrés et musclés, histoire de passer ses soirées à s'envoyer en l'air. »

nadine monfils, mémé cornemuse, san antonio, béru, dard, belfond, fayardLe sexe, en long en large et en travers, c'est un des points communs des romans de Nadine Monfils avec l'univers de San-Antonio. Le commissaire imaginé par Frédéric Dard poursuit ses aventures, sous la plume de Patrice, le fils. Les éditions Fayard viennent de publier le nouvel opus (toujours deux nouveautés par an...) intitulé « San Antonio contre X ». Une reine du cinéma X vient d’être assassinée. Puis une autre hardeuse subit le même sort, en plus sauvage encore. San-Antonio se charge de l'enquête, flanqué du phénoménal Béru, devenu pornstar pour la circonstance. Selon l'auteur, jamais en mal de superlatifs, « c'est le plus mystérieux, le plus cocasse et le plus torride de tous les San-Antonio. »

Michel Litout

« La vieille qui voulait tuer le bon dieu », Nadine Monfils, Belfond, 19 €

« San Antonio contre X », Patrice Dard, Fayard, 6,90 €


28/03/2013

Chronique : Summly the best

Summly Launch from Summly on Vimeo.


A 17 ans, Nick D'Aloisio a toutes les chances de devenir le plus jeune e-millionnaire de la planète. Il vient de revendre sa micro société et son application vedette Summly la bagatelle de 30 millions de dollars au géant « Yahoo! ».

Petit génie de l'informatique, ce lycéen anglais aime bidouiller. A 12 ans, dans sa chambre, au lieu de se pâmer devant les posters de Justin Timberlake ou des Pussycat Dolls, il se lance en solo dans l'invention d'applications pour smartphones. Un programme pour partager ses goûts musicaux au début, un autre, « totalement inutile et affreux » selon ses propres dires, est un tapis roulant pour doigts... Il découvre les algorithmes à 14 ans et met au point une application chargée de définir l'humeur de quelqu'un en fonction de ses statuts Facebook. Algorithmes qui constituent la clé de voute de Summly. L'application fait un tabac sur l'AppleStore. Noyé par le trop-plein d'informations sur le net ? Summly se charge de sélectionner les faits les plus importants et les résume en 400 signes. En condensé (façon Summly) cette chronique donne approximativement : « Un lycéen devient millionnaire en créant un robot numérique capable d'écrire ses résumés de texte »... 

Cette belle histoire en fera rêver plus d'un. Notamment les geeks dénués du moindre talent artistique, sportif ou... relationnel. Car en réalité, la façon la plus simple de devenir millionnaire est et restera l'héritage.  

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce jeudi en dernière page de l'Indépendant. 

BD : Mauvais contact dans "Prométhée" de Bec et Bocci

Bec, Bocci, Prométhée, soleil

Christophe Bec ne manque pas d'imagination. Ni d'ambition. « Prométhée », série vedette des éditions Soleil, traite ni plus ni moins que de la fin de l'Humanité dans l'hypothèse d'un contact avec une intelligence extraterrestre. Assurant seul le dessin et le scénario, il s'est résolu à déléguer la partie graphique à Alessandro Bocci à partir du 3e épisode. On en est déjà au 7e, il y en aura 13 (comme le chiffre qui marque le début des ennuis de la Terre) d'ici 2019. Les anomalies se multiplient partout sur le globe. D'immenses trous apparaissent, engloutissant bâtiments et hommes. Au même moment, la présidence US a la certitude que le contact avec les extraterrestres, prévu le 13e jour, tuera 99% de la population. Pour survivre, il faut opérer d'urgence une élite soigneusement choisie.

C'est dense, complètement crédible, palpitant. Du Bec, tout simplement. Une véritable marque de fabrique dans le monde de la BD française.

« Prométhée » (tome 7), Soleil, 13,95 €


08:38 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bec, bocci, prométhée, soleil

27/03/2013

Chronique : avec Christine Boutin c'est cinéma pour tous

 

mariage pour tous,christine boutin,cotillard,cinéma,tumblr

Marion Cotillard a du mouron à se faire. Moquée pour sa scène d'agonie dans le dernier Batman, elle a trouvé encore plus mauvaise actrice qu'elle. C'est du moins l'avis d'internautes particulièrement méchants avec... Christine Boutin.

L'opposante au mariage pour tous manifeste dimanche à Paris. Au mauvais endroit au mauvais moment, elle est visée par des tirs de CRS. Plus habituée à se faire asperger d'eau bénite que de gaz lacrymogène, elle s'évanouit. Allongée sur la chaussée, la main sur le haut de la tête, elle est secourue par d'autres manifestants. Une scène photographiée par l'AFP. Le cliché se propage, comme le symbole des violences policières gratuites. Et est immédiatement parodié sous le mot-clé #JoueLaCommeBoutin. Car pour les internautes, ce n'est que comédie. Les copieurs restent parfois sobres, reproduisant la scène à l'identique, avec simplement quelques éléments rajoutés (un exemplaire de Têtu, une boîte d'Alka Seltzer). D'autres reconstituent la scène en Lego ou la comparent à des œuvres d'art, notamment une peinture de Jésus Christ, après sa crucifixion, allongé contre la Vierge Marie.

Pourtant, selon la principale intéressée, ce n'était pas du chiqué du tout. Dans un twitt, Christine Boutin revient sur le buzz : « Je vous remercie tous pour vos mises en scène qui sont souvent très drôles. Mais pour moi c'était du vrai ! »

Mauvaise actrice peut-être, mais pas dénuée d'humour !

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce mercredi en dernière page de l'Indépendant. 

BD : les couleurs vives de l'amour sans frontières

manini, mangin, guerre des amants, glénat

En Russie, en pleine révolution bolchévique, un homme et une femme se croisent dans les ruines d'un palais. Il est Américain, fils de diplomate. Elle est Russe, révolutionnaire et artiste. Walter et Natalia sont faits pour s'entendre et s'aimer. Mais ce ne sera pas ce jour-là. Trois ans plus tard, ils sont tous les deux élèves dans une école d'art. L'abstrait et les couleurs vives sont les nouvelles règles de l'URSS naissante. Walter et Natalia sont choisis pour porter la bonne parole artistique dans le vaste pays en proie à la guerre civile et surtout à la famine. Un décalage complet et absolu entre ces jeunes idéalistes pour qui la modernité est l'avenir de la planète et les paysans à peine sortis du Moyen âge.

Une histoire d'amour intense et compliquée, racontée par Jack Manini et dessinée par Olivier Mangin. La suite de l'aventure se déroulera à Berlin, toujours durant ces temps troubles, avec d'autres couleurs dominantes après le rouge révolutionnaire.

« La guerre des amants » (tome 1), Glénat, 13,90 €


26/03/2013

Chronique : Cyborgs à lunettes persona non grata

cyborg,google glass,vie privéeVie privée contre réalité augmentée. Les gadgets concoctés par certaines entreprises se montrent ludiques. Mais aussi très intrusifs.

En Angleterre, trois Londoniens attachés à la protection de la vie privée lancent une campagne intitulée « Stop the cyborgs ». Il ne s'agit pas de barrer le passage à d'hypothétiques Terminators en provenance du futur mais bien de s'opposer aux « Google Glass » que le moteur de recherche projette de commercialiser l'année prochaine. Ces lunettes connectées permettent de vivre une réalité augmentée. Non seulement vous aurez des indications en surimpression (heure, température, trajet...) mais aussi la possibilité de photographier ou filmer ce que vous voyez. Les lunettes réagissent aux commandes vocales et les images peuvent être diffusées en direct. D'accord, elles permettent de partager. D'espionner aussi.

Pour « Stop the cyborg », le but consiste à éviter « un futur dans lequel la vie privée est impossible et le contrôle des entreprises total ». Et avant même que les lunettes ne soient mises sur le marché, un logo existe, à apposer à l'entrée de lieux où elles seront interdites. Un bar à Seattle, le 5 Point Café, est le premier à relayer l'initiative.

Excessives ces craintes ? Pas sûr. Il suffit de voir comment les smartphones sont devenus indispensables. Or, ils permettent aux opérateurs (et donc aux autorités) de vous « tracer » au mètre près. Si en plus ils détiennent l'image et le son, la vie privée deviendrait effectivement un concept du passé.   

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce mardi en dernière page de l'Indépendant.