30/04/2013

Chronique : Quand Twitter renforce l'amitié franco allemande, ou pas...

twitter, france, allemagne, merkel, mitterrand, mario gotze

Quand le PS dérape sur les relations franco-allemandes, tout le monde appelle Twitter à la rescousse pour calmer la crise diplomatique larvée. D'abord Jean-Marc Ayrault twitte, en allemand, l'importance du « dialogue intense et sincère entre la France et l'Allemagne. »

 

 

 

Et puis apparaît ce week-end le mouvement « Sauvons l'amitié franco-allemande ». Là, force est de constater que le travail est d'envergure. Pour quelques Européens convaincus, on a affaire à une cohorte de moqueurs, de rancuniers voire de « jemenfoutistes ». Dans le premier camp, nombreux sont les nostalgiques de Mitterrand et Kohl, main dans la main. La photo reste le symbole parfait de la réconciliation.

Mais depuis, Angela Merkel est arrivée au pouvoir. Fustigée par la gauche du PS, elle s'attire les foudres sur Twitter. Rarement avec élégance. Est-ce vraiment de l'humour que d'écrire « Avouons qu'Angela Merkel n'est pas si moche comme mec ? »

 

 

 

On n'évite pas les gros clichés comme « Relançons la mode des sandales School avec des chaussettes » ou « Mangeons des bretzels » suivi de « offrons-leur Mireille Mathieu ». Plus subtile cette proposition de linguiste : « Tous les verbes à la fin des phrases mettons ».

Mais l'Allemagne, heureusement, fait encore rêver. Ses mannequins, bien sûr, ses footballeurs aussi. Prenez Mario Gotze : depuis la diffusion de sa photo en maillot de bain, il a beaucoup d'admiratrices. Et peut faire son entrée dans les cours de géométrie (droites perpendiculaires) ou d'anatomie (gonflement temporaire de corps caverneux par afflux de sang)...

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce mardi en dernière page de l'Indépendant. 

BD : Les filles intrépides de "Danger Girl Revolver"

danger girl, madden, campbell, hartnell, glénat, comics

Elles sont belles, sportives et intrépides. Abbey, Sydney et Valerie sont les filles de Danger Girl, une officine spécialisée dans les missions secrètes de confiance. Elles ont déjà vécu de nombreuses aventures sous les plumes de Campbell et Hartnell. Le premier, dessinateur d'exception, se contente désormais des couvertures et bosse sur une aventure de... Spider-Man. Il a confié l'animation graphique de la série à Madden, un virtuose très inspiré par le dessin animé... et les pin-up. Dans cet album d'une centaine de pages (dont les sublimes couvertures des revues parues aux USA), le trio est sur les talons de trafiquants d'œuvres d'art, notamment un disque d'or lié à une momie péruvienne. Un peu comme « Le temple du soleil », avec humour et glamour en prime. Et comme il faut toujours étonner le lecteur, une quatrième Danger Girl est engagée, Sonya, experte en maniement d'un arc. Cela promet encore plus d'action débridée.

« Danger Girl », Glénat, 14,95 €


29/04/2013

Chronique : Radio filmée, l'exemple de RTL

radio,rtl,monique younes,laurent bazin,vidéo

Dès ce matin, l'intégralité de la matinale de RTL sera diffusée en direct vidéo sur internet. La radio, média puissant le matin, ne se cache plus. Le phénomène n'est pas nouveau. Europe 1 et RMC sont depuis des années très présents sur ce créneau. Cependant la radio filmée s'avère surtout intéressante dans son côté « je montre les coulisses ». Sur RTL justement, l'émission « Laissez-vous tenter », panorama culturel diffusé chaque matin entre 9 heures et 9 h 30 est exemplaire. Vendredi dernier, autour de Laurent Bazin, une petite bande de journalistes partage ses coups de cœur du moment. Filmée en plan large, la session permet de mettre des visages sur des voix. Et de constater que certains sont dissipés durant les interventions de leurs camarades. Monique Younes, calme et très sage en début d'émission, se métamorphose quand vient son tour de s'exprimer. Elle décrit deux tableaux (du Titien et de Manet) avec emphase, les effets de voix renforcés par de grands moulinets des bras. On sent que ce n'est pas pour la galerie, qu'elle a besoin, pour trouver le ton juste, de s'exprimer aussi en gestes. Un peu plus tard, on assiste à ce que la télévision ne montre jamais. Il fait chaud et Monique Younes... enlève son pull. Durant la diffusion d'un extrait d'opéra, Laurent Bazin reprend à tue-tête les paroles. Pour faire une bonne radio, il faut être naturel. L'arrivée de la vidéo sur internet ne doit rien changer. Au risque de perdre cette spontanéité qui a toujours fait le succès de ce média. 


Laissez-vous tenter du 26 avril 2013 par rtl-fr


Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce lundi en dernière page de l'Indépendant. 

BD : Le "Cercle" des pouvoirs psy

cercle, andoryss, nesskain, delcourt, comics

Si vous aviez un pouvoir psy, que feriez-vous ? Entre le révéler au grand public ou continuer votre vie comme si de rien n'était, il y a toute une palette de réactions. Dans « Le Cercle », comics français d'Andoryss et Nesskain, ces hommes et femmes préfèrent se réunir et s'aider mutuellement. Adam est médium. Était exactement. Alertés par les voisins ne supportant plus les miaulements des chats affamées, la police le retrouve mort chez lui. Une balle dans la tête. Tout laisse penser au suicide. Adam n'a pas de famille. Mais quelques amis. Notamment Pia, étudiante. La jolie blonde a le pouvoir de faire des rêves prémonitoires. La nuit de la mort d'Adam, son ami lui est apparu et lui a donné quelques clés pour découvrir qui l'a tué. Car ce n'est pas un suicide, les deux autres membres du Cercle en sont persuadés. Il y a Nicolas et Erik. Le premier peut lire les « couleurs » des gens et des objets, le second est en conversation permanente avec des « voix » au courant de bien de secrets. Ambiance fantastique pour une série en trois volumes. Et les impatients seront comblés, le tome 2 est annoncé en juin et la conclusion en octobre.

« Le Cercle » (tome 1), Delcourt, 14,95 €

28/04/2013

Livres : Arnaque au monstre par Josh Bazell

Ancien tueur à gages devenu médecin, Peter Brown, le héros imaginé par Josh Bazell, se lance sur les traces d'un monstre marin terrorisant une région du Minnesota.

 

monstre à tuer, josh bazell, lattèsComment concilier la profession de médecin avec celle de tueur à gages pour la mafia ? Normalement, des incompatibilités empêchent de faire les deux en même temps. Pas pour Peter Brown. Il a son diplôme et pour payer ses études, il a « pigé » pour la pègre américaine. La personnalité complexe du héros donne tout son sel à ce roman de Josh Bazell. C'est la seconde apparition de Peter. Dans un premier volume « Docteur à tuer » (Lattès, 2010), on découvrait pourquoi il s'est retrouvé dans cette position schizophrénique au possible. Pourquoi aussi il était devenu un ennemi absolu de la Camorra et que de chasseur il s'était transformé en gibier.

Obligé de se cacher, avec l'aide du service de la protection des témoins, Peter a changé d'identité. Au début de « Monstre à tuer », il est Lionel Azimuth, médecin à bord d'un paquebot de croisière. Pour quelqu'un qui a une phobie complète de l'eau et des requins, il y a mieux.

Heureusement il reçoit une nouvelle proposition d'emploi. Un riche millionnaire a besoin de ses talents particuliers pour protéger une amie. Lionel, pas spécialement emballé, accepte cependant car il ne supporte plus l'ambiance de croisière perpétuelle. Le voilà en route vers Ford, ville paumée du nord du Minnesota. A ses côtés Violet Hurst, paléontologue. Ils sont au service d'un riche excentrique, millionnaire reclus, qui en échange d'un gros paquet de dollars accepte de participer (par procuration) à une chasse au monstre. Un serpent géant, déjà mentionné dans les légendes indiennes. Il y a un an, deux jeunes amoureux, se bécotant au bord du lac White, se sont faits boulottés par le monstre. Bien sûr rien n'est prouvé. L'autopsie officielle affirme qu'ils ont été déchiquetés par l'hélice d'un bateau à moteur. Mais pour Reggie, l'organisateur du safari, pas de doute, c'est « William », le « Nessie » américain qui a fait le coup...

 

Trop belle Violet

Scientifique et donc sceptique par nature, Lionel a bien des difficultés pour se concentrer sur sa mission. Il ne doit pas véritablement démontrer la supercherie, il est essentiellement chargé de protéger Violet. La belle paléontologue, supposée petite amie du millionnaire, est exactement le type de femme de Lionel. Il ne peut s'empêcher de la dévorer des yeux. Et comme elle a du répondant, c'est sportif. « Elle se fige brusquement. Les femmes ont un sixième sens pour savoir quand on regarde leurs seins. Le jour où on aura trouvé le moyen de tromper leur radar, ce sera le bonheur. » Avec Violet, Peter va longtemps hésiter. Son patron millionnaire lui a demandé de la protéger, pas de la séduire. Le problème c'est que l'expédition dans les forêts et les lacs perdus vire au camping sauvage, avec une seule tente, petite de surcroit, pour les deux. Comment garder la tête froide quand on est allongé si près d'un corps parfait... et nu.

Par chance Peter devra retrouver ses réflexes de tueur quand l'aventure va se compliquer. Gang de dealers locaux, personnalité politique de premier plan, star du cinéma, médecin véreux et mère éplorée (ivre de vengeance) vont entrer en scène, transformant le périple dans la nature sauvage en épopée « ramboesque ». Sans oublier la réapparition de la mafia, toujours à la recherche de Griffe d'Ours, ancien nom de Peter, avant qu'il ne passe à l'ennemi.

Ce polar de Josh Bazell, parfaitement documenté (on en apprend beaucoup sur le réchauffement climatique, les légendes indiennes, la théorie de l'évolution et les effets du LSD), ne se prend jamais au sérieux. Même si parfois la situation est dramatique, voire désespérée, Lionel ne panique quasiment pas. Sauf quand Violet est en danger. Là, mieux vaut ne pas trop le chercher...

Michel LITOUT

« Monstre à tuer », Josh Bazell, Lattès, 20,50 €


27/04/2013

Chronique : Clichés modernes

expressions insupportables, allo quoi, bréau, tut-tut, twitter

Je dis ça, je dis rien, mais écrire cette chronique au quotidien, c'est que du bonheur.

- "Et la marmotte elle met le chocolat dans le papier d'alu" me réplique ma femme, sceptique, comme une fosse. Ton problème, c'est de trouver une idée. 

Certes, mais une de perdue, dix de retrouvées et puis même si j'ai du retard à l'allumage, quand c'est parti, c'est parti et jamais deux sans trois.  

Allô ! Non mais allô quoi, quelle mouche te pique ? 

C'est simple, je viens de découvrir le mot-dièse #expressionsinsupportables sur Twitter. Et le début de ce texte est composé à 80 % de quelques-uns de ces tics de langages qui ont le don de m'énerver (à part la marmotte de ma chérie...)

Les internautes se sont défoulés, offrant à l'observateur des us et coutumes des titilleurs de mulot un superbe best-of des formules toutes faites, passe-partout, énervantes ou désuettes. En fonction de l'âge du contributeur, les variations sont nettes. « Moi à ton âge, j'avais pas tout ça » ou « Et le repas, il va se cuisiner tout seul ? » sont réservés aux plus de 40 ans. Chez les jeunes le « T'es où ? » l'emporte d'une courte tête devant le « Tu fais quoi ? ».

Et puis on retrouve inévitablement ceux qui tentent de récupérer politiquement le jeu le plus populaire du moment sur Twitter. « Moi, président, j'inverserai la courbe du chômage » est ex-aequo avec « Travailler plus pour gagner plus ».

PS : Si vous voulez faire le plein  d'expressions insupportables ruez vous sur le livre hilarant "Je dis ça, je dis rien" d'Adèle Bréau aux éditions Tut-Tut. 

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce samedi en dernière page de l'Indépendant  

26/04/2013

Chronique : La manif partout et nulle part...

manif partout,mariage pour tous,facebook,smsFrançois Hollande a beau affirmer que la loi est passée, les opposants au mariage pour tous ne lâchent rien. Un regain de mobilisation particulièrement visible sur les réseaux sociaux. C'est sur le net que le mouvement « Un papa + une maman : on ne ment pas aux enfants » a quasiment fait son apparition. Il se poursuit sur Facebook et Twitter ainsi que via les SMS et les emails envoyés quotidiennement aux militants.

Le mariage pour tous s'est transformé en Manif partout, déclinée en page Facebook et compte Twitter. Le principe est simple et rappelle un peu les actions de la Résistance ou des manifestants de Mai 68. « Chaque jour, une action à faire. Nous sommes des milliers à faire cette action au même moment. Donc on en parle partout. »

En théorie seulement. Malgré plus de 10 000 inscrits, les  coups d'éclat de la Manif partout brillent surtout par leur incognito. Il est vrai que ce n'est pas à coup de dessins d'enfants envoyés à l'Elysée, d'appels téléphoniques au rectorat ou de coups de klaxon à midi pile sur l'air de « Taubira, ta loi on n'en veut pas » que les lignes vont bouger. Le mouvement, conservateur par nature, manque cruellement d'imagination. En fait, il manque la folie douce et l'inventivité que l'on retrouve... dans les milieux homosexuels.

Et qui sait, dans quelques années, rongés par le conformisme de l'institution du mariage, les gays et lesbiennes seront eux aussi devenus des couples plan-plan. 

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce vendredi en dernière page de l'Indépendant.

25/04/2013

Chronique : Twitter, nouvel outil de la spéculation ?

twitter, armée syrienne, obama, spéculation, wall street

En s'informatisant, les marchés financiers mondiaux ont pris le risque d'ouvrir leurs arcanes secrètes aux hackers. Les tentatives de piratages sont légion, mais rarement efficaces. Les spéculateurs ont peut-être découvert lundi une autre façon de se faire beaucoup d'argent en un minimum de temps. A l'origine, l'intrusion par une mystérieuse « Armée syrienne électronique » dans le compte twitter de l'agence de presse américaine AP. Un mini message annonce à 13 h 07 des explosions à la Maison Blanche, « Barack Obama est blessé ». Les 2 millions d'abonnés répercutent immédiatement l'information. 13 h 08, le Down Jones plonge. Toutes les valeurs américaines, de Microsoft à Mobil, perdent instantanément plusieurs points. 13 h 10, AP dément d'information. Tout rentre dans l'ordre et l'indice termine même la journée en hausse. Mais les spéculateurs capables d'acheter des actions à moindre coût ont disposés d'opportunités énormes durant ces 180 secondes cruciales. Uniquement grâce au faux tweet...

Cette première va certainement donner des idées. Il suffit de diffuser un tweet bidon sur un compte réputé sérieux et d'en tirer immédiatement les bénéfices. La signature d'un gros contrat (fictif) permet de revendre ses actions au plus haut. A l'inverse, une catastrophe donne la possibilité de lancer un raid boursier au rabais. Qui a prétendu que Twitter n'a pas de modèle économique viable ? 

Chronique "ÇA BRUISSE SUR LE NET" parue ce jeudi en dernière page de l'Indépendant.

24/04/2013

BD : Final explosif pour "Blue Estate" de Kalvachev

Kalvachev, blue estate, ankama, hostile holster, fox, valley, kieran

Speed et délirant, la quatrième et dernière partie de « Blue Estate », comics dirigé par Victor Kalvachev, ne décevra pas les fans de la série. Comme dans tout bon film au gros budget, le final doit être spectaculaire, détonnant et étonnant. Pas de tromperie sur la marchandise dans ces 80 pages qui claquent comme les coups de feu des différents gangs. Dans cette sombre histoire de cheval de course, de pari truqué, d'argent sale de la mafia, de sexe, d'héritage et de rivalité entre Italiens et Russes, c'est la police qui finalement tirera les marrons du feu. Il y aura également quelques rescapés parmi les différents protagonistes. Notamment les deux qui se dorent la pilule sur une plage des Caraïbes en couverture...

L'histoire est toujours l'œuvre de Victor Kalvachev avec la complicité d'Andrew Osborne au scénario. Par contre au dessin, c'est toute une équipe d'illustrateurs qui officie de concert. Des Américains (Johnson, Fox ou Valley) mais également deux petits français Aleksi Briclot et Kieran, déjà entraperçus dans « Spawn » et « We are the night ».

« Blue Estate » (tome 4), Ankama, 13,90 €


23/04/2013

Chronique : Adopte un thon.com se moque des sites de rencontres

glénat,bd,linda corazza,asopte un thon,sites de rencontres

Les sites de rencontres n'ont pas fini de nous faire rire. Entre ce qu'il s'y passe véritablement et ce que les adhérents fantasment, les possibilités sont sans limites. Lynda Corazza, dessinatrice de BD plus glandouille que glamour, a testé la drague par internet. Elle ne nous épargne rien dans sa quête du « bogosse » dans son album intitulé « Adopte un thon.com » (Le Lombard, 12 euros). Chaque gag s'insère dans la chronologie d'une inscription normale. Et à chaque fois l'auteur se moque de son double de papier, une certaine Lola, brune, pas très grande et loin d'être remise de sa dernière rupture sentimentale. On se dit que c'est du déjà vu, mais rapidement la barre est placée très haut. Quand elle doit choisir un pseudonyme sur le site, Lola teste différentes possibilités. Girly est déjà pris (854 fois...), bellebrunepulpeuse est trop long, Zézette est un mot « interdit ». Comme elle fait ça avec ses amis, cela dérape. « Grosthon », tapé pour plaisanter après « Boudin » est libre : Lola a trouvé son pseudo. Reste à savoir si « Grosthon » pourra « pécho » sur le net. On rit, dans le désordre, des obsédés, des incultes, des prétentieux et des coincés. Finalement Lola trouvera un homme pour converser avec elle : il se présente comme « ex-détenu et homosexuel »... Mais si sa description est aussi fausse que celle du « Grosthon », tous les espoirs sont permis.  

Chronique "ça bruisse sur le net" parue mardi en dernière page de l'Indépendant.