17/05/2014

BD : Espions de compétitions

spy games, spygame, morvan, Kim Jung Gi, glénat

Ça ne plaisante pas dans la petite coterie des espions internationaux. Pas de quartiers. Une acrimonie encore plus exacerbée tous les quatre ans lors du « Kontest ». Il s'agit d'une sorte de jeux olympiques des forces spéciales. Huit équipes, autant de codes à récupérer pour au final acquérir dans un coffre les dizaines de secrets d'État mis en jeu. L'idée de ce scénario est de Jean David Morvan. Le créateur de Sillage, pour cette série on ne peut plus internationale, a sélectionné un dessinateur coréen. Kim Jung Gi dessine les scènes d'actions, les explosions et les flingues comme d'autres, en France... les gros nez. Impossible de faire plus virtuose. La preuve en image : un flash code en couverture permet de voir l'artiste au travail. Certains dessinateurs européens, en visionnant la scène, ont abandonné le métier pour se reconvertir comme traders (fausse information propagée par le Gorafi mais qui a le mérite de faire sourire...) Parmi les 8 pays, la France : souvent qualifiée en finale mais jamais gagnante. Mais on est loin du concours de l'Eurovision. La claque graphique est monumentale !

 

« Spy Games » (tome 1), Glénat, 13,90 €

En bonus, le dessinateur virtuose en plein travail :

 

Les commentaires sont fermés.