06/06/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Mal de cap final

Parfait. Le reste du séjour (voir l'Indépendant depuis lundi) dans cet hôtel de Catalogne Sud se déroule idéalement. Cerise sur le gâteau, les deux heures passées dans la salle de sport l'ont été en solitaire.

Cette tranquillité me donne enfin l'occasion de galoper sur un tapis de course. Jusqu'à ce jour, j'ai toujours évité cet instrument de torture de peur de chuter comme sur ces vidéos hilarantes vues sur internet. Finalement l'opération se révèle assez simple. Et par chance je ne suis pas tombé. Sinon j'aurais immédiatement exigé l'effacement de l'enregistrement car si la salle est vide, un objectif de caméra est braqué sur les tapis. J'ai pu aussi tester tous les appareils destinés à soulever des poids. Visiblement le précédent utilisateur s'appelle Musclor car la charge était toujours maximale. Tant et si bien qu'au début je crois à une défaillance mécanique. En fait il suffit de baisser le réglage. J'oublie le 15 (des tonnes?) et me contente d'un petit 5 (kilos sans doute!).

Croyant notre malédiction terminée, le dernier soir nous descendons au bar. Mon épouse pour écrire quelques cartes, moi pour consulter mes deux jours de mails grâce au wifi gratuit. Un moment d'inattention et nous replongeons dans l'horreur installés à côté de la tablée Monique, petit mari moustachu et consorts. L'apéro, très chargé, provoque une montée de décibels insupportable. Changement de place. Dans la précipitation je renverse mon cocktail. Au final nous remontons dans la chambre avec un « mal de cap » carabiné.

La prochaine fois ce n'est pas une chambre que je réserve, mais tout l'hôtel. Dès que j'ai empoché l'Euro Millions...  

Les commentaires sont fermés.