11/06/2014

DVD : "Robocop" 2.0, plus moderne et actuel

Le remake du film de Paul Verhoeven est très abouti techniquement.

 

Visionnaire en 1987, le film Robocop a depuis fait beaucoup de petits. Des suites, des séries télé et finalement un remake américain en bonne et due forme qui sort en DVD et blu-ray chez Studiocanal. La réalisation en a été confiée à José Padilha, Brésilien qui fait carrière à Hollywood et le rôle titre à Joël Kinnaman (The Killing). Pour le scénario, les producteurs ne se sont pas trop cassé la tête reprenant presque mot pour mot l'intrigue originale. Il y a donc un flic intègre, Murphy, qui est sur la piste de ripoux. Ces derniers n'ont pas l'intention de se laisser démasquer. Ils piègent la voiture de Murphy. Boum ! Le beau flic devient un légume. Place alors aux véritables méchants, les capitalistes de la société de robotique Omnicop. Ils fabriquent des robots pour maintenir l'ordre et la loi. Ils inondent le monde mais n'arrivent pas à passer la barrière légale aux USA. Des « rétrogradent » n'acceptent pas que des machines, sans conscience, puissent tuer des humains. Le Pdg Raymond Sellars (Michael Keaton, bien meilleur dans ce rôle cynique que dans le costume de Batman...) a l'idée de récupérer un bout de Murphy (cerveau, visage, cœur et... deux poumons) pour lancer sur la piste du crime le premier homme-cyborg. Robocop est né.

 

robocop, studiocanal

Pas de surprise au niveau de l'histoire si ce n'est une actualisation qui place les usines d'Omnicop en Chine, mais au niveau effets spéciaux, les trente années d'écart avec l'original fait toute la différence. Bourré d'effets numériques, le film en met plein la vue. Notamment au niveau des robots combattants, des bipèdes aux monstres d'acier à la puissance de feu impressionnante. Dans les bonus du DVD et blu-ray, on peut détailler tous les modèles imaginés par les concepteurs des effets spéciaux. Mais la scène la plus impressionnante rester quand Murphy tombe l'armure. Incroyable comme des poumons sous verre sont peu avenants.

 

« Robocop », Studiocanal, 19,99 €

 

Les commentaires sont fermés.