24/06/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Oscar, Gaston et Jacques

La Polynésie française, Tahiti et ses îles, a une fausse image de paradis sur terre. Lagon et ciel bleu n'empêchent pas des rancunes tenaces. Régulièrement ces poussières de colonie sont secouées par des poussées de fièvre. Les autonomistes sont revenus au pouvoir, mais il y a peu les indépendantistes étaient majoritaire à l'assemblée territoriale. Les deux camps s'opposent depuis des décennies par leaders charismatiques interposés. D'un côté il y a Gaston (Flosse), de l'autre Oscar (Temaru). Le premier, 83 ans, président en fonction, est cofondateur du RPR avec Jacques Chirac. Le second, 70 ans, dans l'opposition, n'a toujours pas réglé sa dette avec la France qui a utilisé son territoire pour y mener des essais nucléaires. La politique en Polynésie se résume à des prénoms et des couleurs. Oscar et le bleu ciel d'un côté, Gaston et le orange de l'autre. Au pouvoir, Oscar a débaptisé une place Jacques Chirac en place du 2 juillet 1966, date du premier essai nucléaire. Gaston, de retour aux rênes, a rendu le nom d'origine à cette place. Grosse colère d'Oscar qui manifeste avec ses militants. Et décide, pour répliquer, de donner un nom à la rue de sa commune qui mène à la prison. Il hésite encore entre rue Jacques Chirac ou rue Gaston Flosse. Et de préciser sa pensée : « Gaston la casserole et Chirac la marmite », en allusion aux affaires judiciaires des deux hommes politiques. En fait, la Polynésie française, pays béni des Dieux (beauté des paysages, gentillesse des habitants), souffre surtout d'être devenue la cour de récréation de deux vieillards qui se prennent toujours pour des gamins.  

Les commentaires sont fermés.