31/10/2014

BD : amour impossible avec la belle "Héléna" de Jim et Chabane

héléna, jim, chabane, bamboo

Simon a tout du jeune homme normal. A l'aube de la trentaine, employé dans une entreprise pour un travail peu valorisant, il traine encore avec ses amis d'enfance à la recherche du grand amour. Il rencontre Estelle, tombe amoureux. C'est réciproque. Rapidement elle est enceinte et ils décident de se marier. Un destin tout tracé raconté par Jim et dessiné par Chabane. Mais le matin du mariage, sur le parvis de la mairie, Simon aperçoit Héléna. La superbe blonde promène sa fille dans une poussette. Héléna, son amour d'enfance. Il croyait l'avoir oubliée, il n'en est rien. Quand elle lui explique en deux mots qu'elle vient de se séparer du père, Simon a une révélation. C'est elle la femme de sa vie. Alors, sur un coup de tête, quelques minutes plus tard, au lieu de dire oui à une vie de couple sans heurts, il répond « non » au maire. Mariage foutu... Quelques mois plus tard, sans nouvelles d'Héléna, Simon hérite de son père. Une grosse somme et un appartement de rêve. C'est le moment que choisit Héléna pour réapparaître. Le petit garçon timide qu'est toujours un peu Simon se fait violence et l'aborde. Ils passent un étrange contrat qui va bouleverser leurs vies. Très jolie histoire entre deux écorchés des sentiments. Vont-ils enfin se trouver ? Le lecteur croit à la romance mais les auteurs, entraînent leurs personnages dans une tout autre direction, inattendue et qui fait toute l'originalité de cette BD.

 

« Héléna » (tome 1), Bamboo, 16,90 €

 

07:57 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : héléna, jim, chabane, bamboo

30/10/2014

DVD : "13 sins", un jeu maléfique

Pour de l'argent, le héros de “13 sins” se transforme de gentil en salaud absolu.

Il est sans doute normal qu’un film qui dénonce la perversion de l’argent soit tourné avec un budget réduit. Daniel Stamm, réalisateur allemand qui s’est spécialisé dans les films d’horreur de série B aux USA, manque cruellement de moyens pour donner une dimension supplémentaire à « 13 Sins », remake d’un film thaïlandais. Décors minimalistes, acteurs de seconde zone et trucages grossiers gâchent un peu le plaisir du spectateur.

13 sins, jeu, stamm, webber, wild sideHeureusement, le scénario ne manque pas d’invention et offre de surcroît son lot de surprises dans les scènes finales. La meilleure façon d’apprécier « 13 Sins » qui sort directement en DVD, c’est encore de se mettre dans la peau d’Elliot (Mark Webber) et de se demander ce que l’on ferait à sa place. Ce futur jeune papa, criblé de dettes, prépare son mariage avec sa dulcinée. Mais alors qu’il croit être convoqué par sa direction pour une promotion, il est viré. Vendeur, on lui reproche sa prudence, sa gentillesse dans un monde capitaliste où pour gagner il faut être sans pitié. Au fond du trou, il reçoit un coup de téléphone sur son portable d’une mystérieuse voix qui lui demande, en échange de quelques milliers de dollars, de tuer une mouche dans sa voiture. Il le fait, presque par automatisme, et se retrouve entraîné dans un engrenage machiavélique. Pour des sommes toujours plus élevées, les challenges deviennent de plus en plus malsains, contraires aux principes de vie d’Elliott. Plus la somme est importante, plus Elliott bascule du côté sombre.

S’il y a quelques bonnes trouvailles comme le bus conduit par un mystérieux clown blanc (totalement adapté à l’actualité du moment...) ou le côté vengeance des années d’humiliation au collège, le tout manque un peu de rythme. Cela reste un bon divertissement pour les amateurs de gore soft.

 

 

« 13 Sins », Wild Side Video, 15,99 euros

 

08:11 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : 13 sins, jeu, stamm, webber, wild side

29/10/2014

BD : Aller-retour temporel dans "Paradoxes" de Convard et Bidot

 

paradoxes, convard, Bidot, Glénat

Il est des BD plus exigeantes que d'autres. Si vous avez l'image de « petits Mickeys » pour gamins idiots ou asociaux bas du plafond, n'ouvrez pas le second tome de « Paradoxes », série écrite par Convard et dessinée par Bidot. Il y est essentiellement question de voyage dans le temps, avec anomalies liées à l'interférence du futur sur le passé. Le récit se déroule en fait sur plusieurs niveaux de réalité. Un présent de base montre le professeur Edwel Conrad, éminent chercheur en supra-physique, en train de découvrir le principe qui va révolutionner le monde. Mais en même temps, des hommes venus du futur tuent sa femme. Et un autre Conrad, plus âgé, vient le prévenir. Conrad en fait est omniprésent. Dans le présent pour faire sa découverte, dans le futur pour la développer et dans le passé du futur pour la glisser à l'oreille de son ancien double. Dire que c'est à la portée de tout le monde serait mentir. Il ne faut pas hésiter à faire plusieurs allers-retours pour saisir toutes les nuances de cette histoire en forme de spirale temporelle. Une fois cet écueil passé, c'est passionnant !

 

« Paradoxes » (tome 2), Glénat, 13,90 €

 

07:50 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paradoxes, convard, bidot, glénat

28/10/2014

BD : Survie dans le temps

 

betelgeuse, aldebaran, léo, survivants, dargaud

Au fil des ans, avec une régularité exemplaire, Léo continue de bâtir ses mondes imaginaires. Après Aldebaran, Bételgeuse et Antarès (15 albums au total), il a lancé un groupe de survivants dans l'exploration d'une planète sans nom mais tout aussi surprenante que les précédentes. L'originalité de cette nouvelle saison des Mondes d'Aldebaran réside dans les anomalies quantiques frappant régulièrement certains secteurs de la planète. Le petit groupe de réfugiés, 12 jeunes gens présentés dans les pages de garde, en a fait les frais. Quatre d'entre eux ont mystérieusement disparu à la fin du second tome. Cet épisode trois débute par leur réapparition, totalement inchangés, mais cinq années plus tard. Toute la trame de l'album réside dans la difficile cohabitation entre ces deux couples qui ont fait un saut dans le temps en une journée et le reste du groupe qui survit sur la planète depuis de longues années. Le côté SF est renforcé avec la participation à l'exploration de la planète des holorans, des félins à l'aspect humanoïde. Comme toujours avec les BD de Léo, on se retrouve à la fin avec plus d'interrogations qu'au début. Mais c'est bien le signe qu'il maîtrise parfaitement ces univers et la forme du feuilleton.

 

« Survivants, anomalies quantiques » (tome 3), Dargaud, 11,99 €

 

27/10/2014

BD : Loisirs révoltants

 

urban, monplaisir, runberg, ricci, futuropolis

Rien ne va plus dans le beau pays de Monplaisir. Cet immense parc d'attraction pour des vacances de rêves vient de subir une violente attaque terroriste. Plus d'électricité pour alimenter les casinos et autres attractions. Des milliers de touristes sont laissés à l'abandon. Heureusement, il existe une police à Monplaisir. Mais ses membres ne sont pas formés pour maintenir l'ordre. Leur mission est de participer à des chasses à l'homme télévisées, des distractions comprises dans le prix d'entrée. Zacchary, jeune policier, se pose beaucoup de questions. Ce fils de paysan a préféré fuir la misère de l'extérieur pour participer au rêve de cette société futuriste imaginée par Runberg et dessinée par Ricci. Mais il vient de voir un enfant se faire tuer par son « concurrent » et ce dernier, une fois la partie terminée, redevient un citoyen inattaquable. De plus, le chef de la police vient de lui donner l'ordre de patrouiller et de tirer sur tout ce qui peut ressembler, de près ou de loin à un terroriste. Le troisième tome de cette série de SF fait monter la pression. A l'intérieur de Monplaisir, royaume des manipulations, mais aussi à l'extérieur où les robots sont en pleine révolte.

 

« Urban » (tome 3), Futuropolis, 13,50 €

 

26/10/2014

BD : Fins de sagas pour Cyann et Alter Ego

Si Bourgeon et Lacroix ont mis 21 ans pour boucler « Le cycle de Cyann », les auteurs de la saison deux d'Alter Ego n'ont pas attendu une année entre le premier et quatrième tome. Deux approches différentes mais un point commun : l'excellence.

 

cyann, alter ego, lacroix, bourgeon, lapière, renders, reynès, efa

Après Isa dans les Passagers du vent puis Mariotte des Sortilèges du bois des brumes, François Bourgeon imaginait en 1994 une troisième héroïne qui allait marquer les bédéphiles : Cyann. Un univers radicalement différent. Exit la BD historique pour le maître du genre et place à la science-fiction. Il s'est associé pour l'occasion avec Claude Lacroix qui a créé de toute pièce un monde-empire foisonnant. Après quelques aléas d'éditeurs, l'ensemble de la saga a rejoint les éditions Delcourt. Et enfin, le sixième et dernier tome vient de paraître en même temps que la réédition des cinq précédents. « Les aubes douces d'Aldalarann » montre une Cyann assagie. La jeune fille de riche, odieuse et futile, a pris de la bouteille au gré de ses mésaventures et saut dans le temps d'une planète à l'autre. La mort de sa sœur a considérablement modifié sa philosophie de vie. Sur une planète hostile, elle devra beaucoup faire d'effort simplement pour survivre. Un ton moins aventureux, plus écologique voire philosophique pour un dernier opus longtemps attendu. Cyann est toujours aussi belle sous le pinceau de Bourgeon et la dernière image pleine d'espoir, comme une promesse de renaissance.

 

cyann, alter ego, lacroix, bourgeon, lapière, renders, reynès, efa

 

Pour la saison 2 d'Alter Ego c'est aussi le dénouement. Mais cette fois, le lecteur n'aura pas patienter des années pour connaître le « Verdict ». Moins d'une année pour boucler ces quatre albums soit 240 pages. Il est vrai qu'il y a deux scénaristes, Lapière et Renders, et plusieurs dessinateurs (Béneteau, Reynès, Erbetta) pour épauler Efa chargé des personnages. Le principe de la série n'a pas changé depuis la saison une Chaque album peut être lu indépendamment les uns des autres. Depuis la révélation de l'existence d'Alter Ego, les débat fait rage dans la communauté scientifique. En résumé, il existe un lien entre chaque homme et femme né au même moment sur terre. La bonne santé de l'un permet à l'autre de vivre en toute quiétude. Affabulation ou découverte scientifique majeure ? Rien n'est encore figé. D'autant que le phénomène des Alter Ego donne des idées à des organisations sectaires ou des entreprises sans scrupules. Après trois épisodes aux fins très palpitantes, la conclusion est tout aussi innovante et laisse possible une troisième saison de ce qui est la grande réussite éditoriale de ces dernières années.

« Le cycle de Cyann » (tome 6), Delcourt, 15,95 euros

 

« Alter Ego, saison 2 » (tome 4), Dupuis, 12 euros.

 

25/10/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Fin du monde : le retour !

soleil, éclipse, fin du monde, bugarach, apocalypse

Deux ans après le fameux 21 décembre 2012 et la supposée fin du monde (excepté à Bugarach dans l'Aude...), une nouvelle rumeur d'apocalypse circule sur internet. Mais attention, cette fois elle n'est pas tirée d'une interprétation controversée d'un calendrier maya mais de déclarations on ne peut plus sérieuses de pontes de la NASA.

Il n'est pas question à proprement parler de fin du monde, néanmoins le phénomène planétaire annoncé pour les 21, 22 et 23 décembre prochains pourrait certainement précipiter la mort de la planète. Durant ces trois jours, le soleil disparaîtra. La nuit complète, le froid, l'obscurité... Selon de savants calculs, à ces dates, une violente tempête solaire affaiblira la luminosité du Soleil. De plus, l'alignement de certaines planètes le masqueront en grande partie de la vue des Terriens. Black-out.

Je vous rassure tout de suite, il s'agit de bobards. Aucune planète ne peut masquer notre étoile. Et cette boule de feu n'est pas prête de cesser de briller et de faire tourner les multiples astres autour de son orbite. Sa fin est certes programmée, mais pas dans deux mois, plutôt dans un milliard d'années. Une marge confortable.

Une nouvelle fois les hommes aiment à se faire peur. Alors que tous les scientifiques s'inquiètent du réchauffement climatique, ces petits plaisantins imaginent notre fin dans le froid glacial de la nuit éternelle. Je ne sais pas à quoi ressemblera le 21 décembre, mais ce week-end la météo annonce du soleil et des températures largement supérieures à 20°. Alors profitez-en. Et pour la suite, il sera toujours temps d'aviser.

BD : Le début de l'épidémie de zombies

vents d'ouest, romero, zombies, morts-vivants, istin, bonetti

La déferlante de zombies de ces dernières années n'aurait jamais eu lieu si un certain George A. Romero n'avait tourné, en 1969, un petit film d'horreur en noir et blanc et pour à peine 100 000 dollars, dans lequel les morts attaquaient les vivants. Si chaque série télé, film, livre ou BD utilisant des Zombies devaient lui verser un pourcentage, il serait assurément l'homme le plus riche du monde... Jean-Luc Istin, scénariste prolifique des éditions Soleil (notamment l'essentiel de la collection Celtic), avoue une véritable fascination pour ce film. Il s'est donc replongé lui aussi dans la « bible » du zombie et proposé sa vision de l'univers de Romero. Il a confié le dessin à Bonetti, un Italien habitué aux cadences infernales des comics américains. Une partie est fidèle : un frère et sa sœur vont fleurir la tombe de leurs parents et sont attaqués dans le cimetière. L'autre est plus imagée et spectaculaire : le mari et les enfants de la femme sont restés dans la grande ville et tentent de survivre dans une panique générale. Une BD terrifiante d'efficacité.

 

« La nuit des morts vivants » (tome 1), Vents d'Ouest, 14,50 €

 

24/10/2014

DE CHOSES ET D'AUTRES : Pas touche au zizi !

Ceux qui prétendent que notre société ne régresse pas au niveau de l'évolution des mœurs et de la tolérance, devraient changer d'avis devant l'exemple de l'exposition "Zizi sexuel" à la Cité des Sciences.

Sur des illustrations de Zep, le créateur de la bande dessinée Titeuf, l'exposition vise à expliquer la sexualité et l'amour aux 9-14 ans. Ludique et rigolote, elle remporte un beau succès. Sauf auprès de l'association "SOS éducation" qui a lancé une pétition pour dénoncer la façon dont les choses du sexe sont montrées aux enfants. Une pétition qui aurait déjà récolté plus de 37 000 signatures.

Question : où étaient ces 37 000 personnes en 2007, l'année de l'inauguration de l'expo. Car il n'y a rien de nouveau à la Cité des Sciences.Tous les secrets du "zizi sexuel" étaient déjà exposés à l'époque. Et personne pour s'insurger. Au contraire, les commentaires étaient élogieux pour saluer le tact et l'intelligence des panneaux, animations et autres décors.

Ce qui était "intelligent" il y a 7 ans serait devenu "grossier et vulgaire" aujourd'hui ? Mais selon quels critères ? Sommes-nous en 2014 ou en 1014 ?

En fait il semble que ces réactions de pudibonderie excessive soient en lien direct avec l'émergence de tous ceux qui ont manifesté contre le mariage pour tous et dénoncé la soi-disant théorie du genre enseignée au primaire. La différence avec 2007 ? Les "réacs", les tenants de l'immobilisme et de la vénération du passé, sans être plus nombreux, deviennent surtout plus bruyants.

Danger ! Leur liberté de parole est inversement proportionnelle à notre liberté, tout court.

DVD : Engrenage fatal en Méditerranée

 

amini, iscar isaac, mortensen, dunst, studiocanal

Adapté d'un roman de Patricia Highsmith, « The Two Face of January » est un film noir comme on en voyait régulièrement dans les années 60. Hossein Amini, le réalisateur, avoue une grande admiration pour ce genre cinématographique et a particulièrement soigné sa mise en scène et sa lumière pour être fidèle à cette époque.

 

 

L'intrigue débute en Grèce. Rydal (Oscar Isaac), jeune Américain, vivote en servant de guide touristique à de riches compatriotes. Au cours d'une balade, il remarque un couple lumineux formé par Chester (Vigo Mortensen) et Colette (Kirsten Dunst). Chester, sous ses airs de millionnaires en villégiature est sur ses gardes. Tout de suite il se sent espionné par Rydal. Colette va se renseigner sur lui et leur destin va alors se retrouver lié. Rydal, petit escroc, tombe amoureux de Colette. Mais cette dernière est liée à Chester, un autre escroc, d'une tout autre envergure. Il a délesté quelques spéculateurs de leurs économies et profite grassement de ce pactole, caché dans une simple valise. Quand un détective privé, mandaté par des clients mécontents, retrouve l'Américain en fuite, la belle vie insouciante prend fin immédiatement.

Le film joue surtout sur les attitudes ambiguës des personnages. Que veulent-ils exactement ? Amour ou profit ? La fuite passe par les magnifiques paysages de la Crète puis les rues grouillantes et inquiétantes d'Istanbul. Les décors naturels somptueux rattrapent un peu l'intrigue par trop simpliste et prévisible.

 

« The Two Faces of January », Studiocanal, 17,99 euros.