30/12/2014

Cinéma : Grandiose Égypte dans "Exodus" de Ridley Scott

La superproduction de Ridley Scott utilise toutes les techniques modernes pour rendre palpitante et spectaculaire la fuite du peuple juif d'Égypte

exodus, scott, bale, egypte, moïse, peuple juif

Sacré défi que celui relevé par Ridley Scott : adapter la vie de Moïse dans un film grand spectacle en 3D. « Exodus, gods and kings » est la grosse production de ces fêtes de fin d'année. Un mélange de péplum, de réflexion religieuse et d'histoire. Plus de deux heures d'un spectacle total et absolu, entre batailles, scènes épiques et scènes plus intimistes. Cela manque parfois un peu d'humanité, mais c'est le destin d'un peuple qui se joue dans cette fresque monumentale. Ramsès règne sur l'Égypte. Il a deux fils. Son descendant direct, Ramsès II (Joel Edgerton), futur pharaon, et Moïse (Christian Bale), son frère de lait. Si le premier est impétueux et parfois arrogant, l'autre, grand stratège et courageux général, semble plus posé et a une vision à plus long terme du devenir de l'empire. En ces temps fastueux, les pyramides sortent à peine de terre. Pour les bâtir, les Égyptiens ont une main-d'œuvre gratuite et corvéable à merci : les Juifs. Ce peuple esclave meurt sous les coups de fouet de contremaîtres sans pitié.

 

 

 

Le début du film montre deux jeunes hommes, amis mais aussi rivaux. Ils vont mener une grande bataille contre les Hittites, premier tour de force cinématographique de Ridley Scott. On découvre un Moïse peu habituel. Avant d'être le prophète, confident de Dieu, il manie l'épée avec force et rage. Il sauve même Ramsès d'une mort certaine, comme annoncé par une devineresse. Quand Ramsès II accède au pouvoir, Moïse apprend qu'il est un Juif sauvé du massacre perpétré par les Égyptiens. Répudié, banni, il va quitter les ors du palais et devenir un simple berger, fondant une famille dans un havre de paix.

 

Plaies en relief

Ensuite, on retrouve l'histoire archiconnue : l'apparition de Dieu, la décision d'aller sauver son peuple. Durant une période, Moïse se comporte comme un vulgaire terroriste, persuadé que Ramsès pliera si son peuple l'y oblige. Mais la réponse du Pharaon est implacable et les exécutions publiques se succèdent. Comme une parabole sur des faits d'actualité encore présents dans la région.

 

exodus, scott, bale, egypte, moïse, peuple juif

 

Finalement Dieu décidera de prendre les choses en main. Ce sont les dix plaies qui s'abattent sur l'Égypte. Sans doute le moment où la 3D est utilisée à son maximum. Quand des nuées de sauterelles déferlent sur les cultures, on a véritablement l'impression que les bestioles nous tournent autour de la tête. Le final (traversée de la Mer rouge), grandiose, met définitivement au rencart le chef-d'œuvre de Cecil B. DeMille, « Les dix commandements ». Du très grand spectacle, comme seul Hollywood peut en produire, mais qui ne rencontrera pas le même succès qu'aux USA où la religion est beaucoup moins polémique qu'en France.

 

________________

 

Christian Bale habité par son rôle

 

Pour interpréter Moïse, Ridley Scott a fait confiance à Christian Bale. Cet acteur britannique qui a débuté très jeune (il interprétait l'enfant de L'Empire du Soleil de Spielberg en 1987) est capable de passer de Batman au rôle d'un ouvrier dépressif en un clin d'œil. Souvent méconnaissable, il façonne ses personnages avec sa tête et son corps qu'il malmène régulièrement. Dans « Exodus, gods and kings », il a deux périodes. La première, jeune et brave, il combat au côté de Ramsès II. Une performance physique essentiellement au cours de laquelle il chevauche, manie l'épée et massacre allègrement les soldats ennemis. Ensuite il devient ce père de famille paisible, visité par Dieu (qui prend l'apparence dans le film de Ridley Scott d'un enfant de 10 ans, énigmatique et parfois cruel), habité par la foi. Il va s'épaissir, porter une tunique neutre en remplacement des armures clinquantes, arborer une barbe de plus en plus fournie. Et on constate, interloqué, que plus le film avance, plus Christian Bale a des airs surprenants de Charlton Heston, interprète emblématique de Moïse dans les Dix Commandements. Un tour de force pour un comédien qui ne cesse de séduire par ses choix osés, toujours relevés avec brio.

 

 

Les commentaires sont fermés.