03/01/2015

Cinéma : « Mommy », combat d'une mère

Destin violent et dramatique que celui de Steve, un adolescent turbulent, fils unique d'une veuve dépassée par les événements. Xavier Dolan frappe fort. Et juste.

Mommy, dolan, dorval, cannes

Avec « Mommy », Xavier Dolan a fait sensation au dernier Festival de Cannes. Une première sélection pour ce jeune prodige et d'entrée une polémique. Lauréat du prix du Jury ex-aequo avec un Jean-Luc Godard qui n'a plus grand chose à dire, Dolan méritait selon la majorité des critiques la palme d'or décernée au beau (mais trop classique) « Winter sleep ». Il reste au public de se faire sa propre idée, « Mommy » étant sans conteste le film le plus attendu ce mercredi.

Le spectateur est mis à rude épreuve dans les premières scènes. Il doit tout d'abord s'adapter au format de l'image. Pour être au plus près des visages, le réalisateur a coupé le superflu et gardé le centre de l'image. Ajouter à cela un déluge de phrases argotiques assénées par Die (Anne Dorval), la mère d'un enfant à problème. Elle vient le récupérer dans un centre fermé qui ne peut plus le garder. Steve (Antoine-Olivier Pilon) vient d'incendier le réfectoire. Pas mal de dégâts matériels mais surtout un de ses camarades sérieusement brûlé. Les retrouvailles entre la mère et son fils sont hautes en couleur. L'ado, totalement insouciant des conséquences de ses actes, ne cache pas sa joie à grand renforts de tonitruants « tabernacle ! » traduits en français par autant de « putain ! » Des sous-titres écrits par Xavier Dolan en personne. Une tâche qu'il n'a pas délégué en plus d'écrire le scénario, de réaliser, de concevoir les costumes et d'assurer le montage...

 

Hyperactif et violent

Steve, sous une gueule d'ange blond, abrite une personnalité complexe et velléitaire. Il souffre de TDAH, trouble de l'attention et hyperactivité. A la moindre contrariété, il part en vrille. Hurlements avant de devenir violent. Carrément dangereux. Die, dans sa nouvelle maison et son nouveau quartier, tente de s'intégrer. Elle se fait draguer par un voisin avocat, tente de rompre la glace avec la mère de famille de la maison d'en face. C'est elle, Kyra (Suzanne Clément) qui parviendra un jour à mettre fin à une crise de Steve. Une étrange relation va se mettre en place entre l'exéburante mère, la voisine introvertie et bègue et le fils, pas encore homme mais si séduisant malgré ses défauts. Par une des ces trouvailles qui montre toute l'étendue du talent de Xavier Dolan, le film passe d'un univers étriqué et oppressant à une ambiance large et pleine de bonheur partagé. Quelques minutes d'espoir qui verra son summum avec la douce rêverie de Die, imaginant son fils guéri, brillant, mari attentionné, père exemplaire. Un songe de courte durée. La maladie semble la plus forte. Et comme le fait remarquer une assistante sociale en début de film : « ce n'est pas parce qu'on aime quelqu'un qu'on peut le sauver. » Le film, dans son réalisme implacable, nous fait encore plus toucher du doigt le désespoir et l'infinie tristesse de cette mère, impuissante mais obligée de faire des choix mortifères. Du très grand cinéma par un réalisateur qui aurait dû avoir, effectivement, la palme d'or dès sa première participation au Festival de Cannes.

 

 

 

Un réalisateur, deux muses

 

 

Mommy, dolan, dorval, cannes

« Mommy » est le sixième long-métrage de Xavier Dolan. Il n'a que 25 ans mais fait déjà partie des valeurs sûres de ce nouveau cinéma canadien, affranchi des stéréotypes européens et bousculant les conventions hollywoodiennes. Son premier film, « J'ai tué ma mère » explorait déjà les rapports entre mère et fils. Il y réglait ses comptes avec sa génitrice. Dans « Mommy », il lui donne sa revanche. Le réalisateur a trouvé dans Anne Dorval et Suzanne Clément deux muses essentielles dans son processus de création. Anne Dorval est donc abonnée aux rôles de mères dans ses films. Si dans le premier film elle est sobre et responsable, dans le second elle montre l'étendue de son registre de comédienne. Die est formidable dans ses attitudes de quinqua qui s'habille toujours en midinette et qui aime séduire, comme pour se rassurer sur sa place dans la société. Cela n'empêche pas la profondeur et la complexité du personnage symbolisée par les dernières minutes : face, l'enthousiasme, pile le désespoir. Ces quelques minutes à elles seules auraient mérité à Anne Dorval un prix d'interprétation à Cannes. L'autre femme essentielle dans la filmographie de Xavier Dolan est Suzanne Clément. La rousse flamboyante endosse la personnalité d'une femme blessée, traumatisée, incapable de parler en public, de s'affirmer. Il n'y que le duo Die/Steve qui va pouvoir lui redonner un semblant de vie sociale. Un rôle tout en retrait et en silence, ingrat mais essentiel dans la trame du film.

Et comme d'habitude Xavier Dolan a truffé son film de musique. Souvent actuelle, de Céline Dion (« Notre trésor national » s'exclame Steve en invitant Kyra à danser) à Lana Del Rey dont le dernier tube illustre à merveille la scène finale.

 

 

 

 

11:09 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mommy, dolan, dorval, cannes

Les commentaires sont fermés.