22/01/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Le jour des câlinous

calin, bisounours, hollande, merkel, nouveaux hérosNous sommes tous des Câlinous. Hier, journée internationale des câlins, la planète tout entière s'est transformée en monde des Bisounours. En théorie seulement. Certains se montrent toujours très hostiles au moindre contact humain. Une explication scientifique : ils ont peur des décharges d'électricité statique. A moins que ce ne soit la crainte du coup de foudre. Car un câlin, on sait comment il commence, pas comment il finit.

Et entre câlin et lapin (espèce animale en bonne voie d'acquérir chez les Chrétiens la même connotation que le cochon chez les Musulmans) il n'y a qu'une lettre et un accent circonflexe de différence.

Pourtant, un câlin impromptu fait tellement de bien. Prenez François Hollande. Un dimanche matin, sur le perron de l'Elysée, en dehors de tout protocole officiel, il se fait câliner par Angela Merkel devant les caméras des télévisions du monde entier. Après l'horreur, la peur et l'indignation, ce petit moment de tendresse a finalement eu une force telle qu'il était impossible de ne pas reprendre foi en l'Humanité. Je suspecte d'ailleurs Hollande de lui devoir une grande partie de ses plus 21 % d'opinions favorables.

 

Alors hier j'espère que vous avez respecté à la lettre cette journée. Un câlin à maman, un câlin à papa, à ses enfants, ses amis... ses ennemis. Certes plus risqué, mais pourquoi ne pas essayer. Je rêve de ring de boxe transformé en ring de câlins (ce que font d'ailleurs les combattants à la fin), de champs de bataille de bisous... Franchement, on en a tous vraiment besoin depuis un certain 7 janvier.  

Chronique "De choses et d'autres" parue le 22 janvier en dernière page de l'Indépendant 

En bonus, un extrait du nouveau film Disney (en salles le 11 février) avec un robot infirmier expert en câlins.

 

 

Les commentaires sont fermés.