01/02/2015

BD : Le Louvre version japonaise

 

taniguchi, lougve, gardiens, futuropolis

Parmi les invités vedettes du festival de la BD d'Angoulême, Jiro Taniguchi est en excellente place. Le maitre du manga ne devrait pas beaucoup dédicacer, mais on se contente de l'exposition consacrée à son œuvre et, à défaut, du dernier titre paru chez Futuropolis en association avec le Musée du Louvre. Un dessinateurs dans les immenses salles du plus grand musée du monde cela donne un album de 130 pages où chaque case est un émerveillement. Sur un ton autobiographique, Taniguchi raconte cinq jours passés à errer dans les dédales de la culture mondiale. Oppressé par la foule, il se réfugie dans des salles moins cotées et tombe sur des créatures oniriques. Il croise l'âme de la Victoire de Samothrace ou le fantôme d'un écrivain japonais, le premier à populariser les tableaux de Corot au Japon. Entre réflexion personnelle sur les influences artistiques, histoire des œuvres du Louvre et réalité triviale, cet album montre tout le génie d'un auteur complet, à 'aise dans tous les genres, de la pure aventure au drame psychologique.

 

« Les gardiens du Louvre », Futuropolis, 20 €

Les commentaires sont fermés.