02/03/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Cinquante nuisances

nuisances, earl grey, milady, Fanny Merkin

Qui aime bien chatie bien. Cette maxime est idéale pour parler, en mal forcément, du phénomène de ce début d'année qu'est « Cinquante nuances de Grey ». Avant d'être le film aux deux millions d'entrées en une semaine, les aventures érotico-sentimentales de Grey et de la jeune Steele, ont fait rêver des millions de femmes dans sa version roman. Fanny Merkin a fait bien mieux. Dans « Cinquante nuisances d'Earl Grey », elle mélange thé et tétons, sucre et stupre. La trame de cette parodie qui, selon les éditions Milady, « vous fera mouiller le sachet », est en tous points identique à l'original. Un milliardaire, beau et expérimenté séduit une étudiante, pauvre et vierge. Là où le roman de base n'arrive pas une seconde à nous faire croire à cette histoire trop belle pour être propre, la parodie devient presque plus crédible. Earl Grey a beau être milliardaire, dominateur et habitué au pouvoir, il n'est pas du tout sur la même longueur d'onde de la petite Anna. Il veut bien pêcher, mais pas pécher... Il leur faudra bien 250 pages (et 50 nuisances) pour se trouver. Et à défaut de mouiller, vous rigolerez...

"Cinquante nuisances de Earl Grey", Fanny Merkin, Milady, 9,90 euros

 

Les commentaires sont fermés.