06/03/2015

Cinéma : Les petits fiancés du Japon

 

amélie nothomb, ni d'eve ni d'adam, tokyo, liberski, albin michel

Une Belge de 20 ans rêve de devenir écrivain… et Japonaise. "Tokyo fiancée", film de Stefan Liberski, est adapté du roman « Ni d’Eve ni d’Adam » de sa compatriote Amélie Nothomb.

 

 

Une Belge amoureuse du Japon. Un Japonais amoureux de la France. Dans Tokyo, ville gigantesque, ils vont pourtant se trouver, se comprendre, s’aimer. Cette histoire d’amour peu banale est la trame du film Tokyo fiancée réalisé par Stefan Liberski. Ce cinéaste belge, également écrivain, scénariste de BD et trublion à la radio et télévision belge, abandonne pour une fois sa folie douce pour une adaptation fidèle du roman de sa compatriote Amélie Nothomb. La Jeune Belge, c’est elle. Née au Japon, elle retourne dans l’archipel quand elle a 20 ans. Elle a deux ambitions dans la vie : être écrivain et devenir Japonaise. Exactement, elle espère devenir comme ces vieux écrivains japonais, « J’ai toujours eu le lyrisme mégalomane », confie-t-elle en voix off.

 

Amoureuse... du Mont Fuji

La pétillante Pauline Etienne (vue récemment dans Eden) se glisse dans le personnage d’Amélie. Elle vit dans un minuscule appartement, prend des cours de japonais et pour subvenir à ses besoins, dépose des annonces pour donner des cours particuliers de français.

Son premier élève, Rinri (Taichi Inoue), sera le seul. Ce grand adolescent, fils d’un riche joaillier, va rapidement fasciner la jeune Occidentale. Timide, gentil, respectueux, il ne fait pas le premier pas. C’est Amélie qui ose enfin un premier baiser.

Toute en retenue, cette première partie du film est une longue balade poétique dans les rues et parcs de Tokyo avec des intermèdes dans des soirées entre copains, tous passionnés par le français.

Par la suite, c’est plus compliqué. Rinri la présente à ses parents qui n’espèrent qu’une chose : faire un beau mariage. Mais Amélie ne se sent pas encore prête. Alors elle a l’idée géniale de lui proposer de passer par l’étape fiançailles. Des fiançailles éternelles...

 

 

 

Le film de Stefan Liberski est aussi frais et délicieux qu’un roman d’Amélie Nothomb. L’interprétation de Pauline Etienne, entre tracas intérieur et joie exubérante, crédibilise le personnage complexe de la petite Belge amoureuse du Japon, du mont Fuji et du gentil Rinri. Ils sont si mignons ces petits fiancés nippons...

________________________________________

Un roman japonais d’Amélie Nothomb

 

 

amélie nothomb, ni d'eve ni d'adam, tokyo, liberski, albin michel

Le film de Stefan Liberski est adapté du roman Ni d’Eve ni d’Adam paru en 2007 chez Albin Michel et lauréat du Prix de Flore.

La romancière belge, née au Japon car son père, diplomate, se trouvait en poste à Tokyo, n’a jamais caché sa fascination pour ce pays complexe et fantasque. Régulièrement, elle s’inspire de sa jeunesse pour distiller des scènes clairement autobiographiques dans ses romans. Si Stupeur et tremblements (adapté au cinéma par Alain Corneau avec Sylvie Testud dans le rôle d’Amélie) portait essentiellement sur le monde du travail, avec Ni d’Eve ni d’Adam, c’est le pan amoureux de la vie de la jeune Amélie que Nothomb raconte. Elle décrypte sa romance avec son élève japonais et son rapport si particulier avec le Mont Fuji.

Amélie Nothomb retournera au Japon bien des années plus tard pour le tournage d’un documentaire. Une nouvelle fois elle nourrira sa plume de cette expérience pour en faire un compte rendu entre réalité et fantasme. La nostalgie heureuse semblait être la fin de la belle histoire d’amour entre la jeune Belge et le pays du Soleil Levant.

 

Les commentaires sont fermés.