14/03/2015

Cinéma : Entendez-vous ces « Voices » ?

 

voices, satrapi, reynolds, voices, folie

Jerry vit seul avec son chien et son chat. Et il leur parle...

 

Comédie trash, romance improbable ou simple réflexion sur la folie ? Impossible de cataloguer « The Voices », film de Marjane Satrapi avec Ryan Reynolds en vedette. La créatrice de Persépolis a définitivement abandonné la bande dessinée, métier trop solitaire, pour se consacrer au cinéma. Elle signe un premier film américain apportant son regard très graphique à un univers déjanté.

 

 

Jerry, gentil garçon employé au service de conditionnement et d’expédition de la fabrique de baignoire de Milton, petite ville type américaine, est apprécié de ses collègues. Il est souriant, enjoué et sociable. Quand on lui propose d’aider au barbecue annuel de l’entreprise, il accepte avec enthousiasme car il y aura la belle Fiona de la comptabilité.

Les premières images du film montre une société heureuse rieuse, fraternelle. Un peu trop... Le soir, Jerry rentre chez lui, un appartement au-dessus d’un bowling désaffecté. Il s’installe dans son canapé et engage la conversation avec deux voix off que le spectateur ne voit pas immédiatement. L’une le félicite de ses efforts d’intégration, l’autre, plus triviale, s’inquiète de savoir s’il a l’intention de «baiser cette salope d’anglaise de la compta...» Le premier conseil vient de Bosco, un gros toutou placide, le second de M. Moustache, le chat pervers.

 

Bons et mauvais conseils

Jerry, une fois chez lui, parle à ses animaux. Exactement, il entend des voix et est persuadé que ce sont celles de Bosco et M. Moustache. Jerry a de graves problèmes. Il voit régulièrement une psychologue qui lui recommande sans cesse de bien prendre ses cachets. Ce que M. Moustache lui déconseille. Jerry redevient alors le drôle de petit garçon qui a tué sa maman suicidaire. Juste pour lui rendre service. Avec Fiona (Gemma Arterton) tout se passe bien lors du barbecue. Mais ensuite elle le rejette. Alors Jerry fait ce qu’il aime tant faire : tuer. Il ne ramène que la tête de la belle Anglaise, la met au frigo et le soir la pose sur la table du salon pour lui faire la causette. Jerry entend de plus en plus de voix...

Ryan Reynolds est brillant dans ce rôle complexe aux multiples facettes. Entre candeur et folie meurtrière, il joue toutes les palettes, doublant également les voix de Bosco et M. Moustache. La vision de l’Amérique par Marjane Satrapi oscille entre « Twin Peaks » David Lynch et « Hairspray » de John Waters. Entre rose vif et gris sombre.

 

 

17:29 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voices, satrapi, reynolds, folie

Les commentaires sont fermés.