13/03/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : La nov-langue

 Pauvres collégiens. Pour rien au monde je ne voudrais retourner à leur place. Une nouvelle réforme se profile à l'horizon. Le ministère de l'Éducation veut qu'ils maîtrisent deux langues vivantes en entrant au lycée.

Conséquence les élèves de 5e, dès la rentrée de 2016, se farciront une matière supplémentaire. Après l'anglais ou l'espagnol au primaire, ils se lanceront dans la découverte de l'allemand, du russe, du chinois et autre langue affreusement compliquée. Déjà que la 5e est réservée à la découverte du latin (pour les rares volontaires), l'emploi du temps s'annonce surchargé. Et n'oublions pas la programmation informatique, sésame obligé pour un emploi dans ce futur de plus en plus numérique.

A l'arrivée, il faut craindre que le perdant soit encore le français. Notre bonne vieille langue, si compliquée avec ses conjugaisons multiples et variées, ses accords vicieux, ses verbes intransitifs et le fameux participe passé qui s'accorde avec le complément d'objet direct s'il est placé devant l'auxiliaire. Encore faut-il déterminer où est ce satané COD... Il suffit de parcourir les profils Facebook des adolescents pour se convaincre que leur orthographe reste très approximative.

En réalité, ce qu'ils manient le mieux, c'est cette nov-langue issue du pianotage intensif des smartphones. Abréviations, raccourcis, écriture phonétique et intuitive : ils se sont approprié un véritable moyen de communication totalement abscons pour tous les "vieux" de plus de 35 ans. Et dans 30 ans, quand les gamins d'aujourd'hui tiendront les rênes du pays, cette nov-langue sera certainement une LV1 officielle et quasi obligatoire.

Les commentaires sont fermés.