17/04/2015

Cinéma : Téhéran, ses rues, sa censure

 

panahi, taxi, téhéran, censure, berlin

Le réalisateur Jafar Panahi, plante clandestinement ses caméras dans son taxi. Dans « Taxi Téhéran », il filme le quotidien d'un pays où la censure est omniprésente.

Si aller au cinéma et réaliser des films est une évidence dans la majorité des pays, il n’en est rien dans certaines dictatures. L’Iran et son régime religieux strict imposent une censure intransigeante aux créateurs locaux. Leur talent est bridé. Mais paradoxalement, cette chape de plomb leur donne encore plus de raisons de faire des œuvres engagées en faveur de la liberté d’expression et de la défense des droits de l’Homme.

Parfait exemple avec Jafar Panahi. Condamné en 2011 à la prison, il lui est interdit de pratiquer son métier et de quitter le pays. Il est donc contraint de monter des projets clandestins, avec peu de moyens, sans avoir la moindre certitude qu’ils parviendront à leur fin.

Dans un taxi, il constate que la parole se libère. Quand plusieurs passagers utilisent la même voiture, ils communiquent, osent se dévoiler. Le réalisateur décide donc de poser des caméras miniatures dans un taxi et de filmer une journée de maraude dans les rues de la capitale. Il se met au volant car il doit tout gérer seul pour rester discret. Cela fait parfois l’impression d’un film à sketches. Il y a tout d’abord la confrontation entre une institutrice et un voleur à la tire, la première appelant à plus de libertés et de tolérance alors que le second, au contraire, couperait quelques têtes s’il était au pouvoir, pour décourager les voyous. Panahi accueille aussi un homme accidenté et sa femme en pleurs pour les conduire à l’hôpital. On revient au cinéma avec le client suivant, un nain transportant dans un immense sac des dizaines de DVD piratés. Des films occidentaux interdits en Iran. Un client, qui reconnaît le réalisateur au volant du taxi, lui demande conseil. Réponse de Panahi « Tout film mérite d’être regardé ».

 

L’avocate aux roses rouge sang

La fin du film, récompensé de l’Ours d’or au dernier festival de Berlin, est plus politique. Notamment quand le taxi charge une femme avec un bouquet de roses rouge sang. Il s’agit de l’avocate Nasrin Sotoudeh dans son propre rôle. Elle a été rayée du barreau mais continue à défendre les prisonniers politiques. Elle a en commun avec le réalisateur de bien connaître les geôles du régime. Nasrin quitte la voiture en demandant à Panahi de ne pas diffuser ses propos au risque de leur attirer de nouveaux ennuis.

De toute manière, Panahi ne se fait pas d’illusion, jamais ses films ne seront « diffusables » en Iran. Sous ce qualificatif se cache toute une panoplie de règles pour formater les longs-métrages. Une censure absolue qui ne veut pas dire son nom mais que le spectateur découvre à travers le personnage de la jeune nièce de Panahi. Elle doit réaliser un court-métrage pour son école mais constate qu’il est quasiment impossible de filmer le réel car il est toujours très éloigné du politiquement correct iranien. Voilà la triste réalité du cinéma iranien aujourd’hui : engoncé dans un carcan empêchant toute création et originalité. Heureusement quelques brûlots parviennent à quitter le pays comme ce « Taxi Téhéran » de Panahi.

07:56 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : panahi, taxi, téhéran, censure, berlin

Les commentaires sont fermés.