18/04/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : String et confettis

bcr, draghi, josephine witt, femen, confettis, string

Ignoble attentat mercredi à la banque centrale européenne de Francfort. En pleine conférence de presse devant des dizaines de journalistes, le président Mario Draghi est lâchement attaqué par une terroriste de la pire espèce. Elle bondit sur le bureau du grand argentier européen et le bombarde... de confettis.

On peut gloser des heures sur les failles de la sécurité, la démonstration est éclatante. A peine âgée d'une vingtaine d'année, l'activiste allemande, sourire aux lèvres du début à la fin de l'action, fait trembler l'institution européenne. Plus exactement, c'est son président qui connaît un moment de panique totale, perdant son air sérieux et concentré pour se protéger le visage des deux mains, tel un enfant apeuré.

Les vigiles réagissent vivement. Pas assez cependant pour empêcher la jolie féministe (on apprendra après qu'il s'agit de Josephine Witt, sympathisante des Femen) de bien montrer la phrase « Arrêtez la dictature de la BCE » inscrite sur son t-shirt, avec un jeu de mot sur « dick » (sexe masculin en argot anglais).

L'image (notamment les clichés de l'agence Reuters) fait le tour de la toile : le sourire de Josephine, la peur de Draghi et la pluie de confettis. Opération communication parfaite. A un détail près. En sautant sur le bureau, la jeune femme, victime de la mode des pantalons taille basse, laisse entrevoir le haut de son string. Conséquence, sur les réseaux sociaux, le message anticapitaliste disparaît derrière le déferlement de commentaires sur le côté « sexe » de l'événement.

Tel est pris qui croyait prendre.

Les commentaires sont fermés.