24/04/2015

Cinéma : Caprice, burlesque et romantique

 

Mouret, caprice, efira, demoustier

Emmanuel Mouret, tout en s’intéressant aux tourments de l’amour, se filme en grand dadais maladroit et amoureux. Un pur régal burlesque.

Il a de plus en plus des airs de Tati de l’an 2000. Emmanuel Mouret, cinéaste atypique, aime les histoires romantiques, les belles actrices et les situations comiques. Ces trois constantes marquent sa filmographie, débutée modestement mais qui commence à s’étoffer. La force de la persévérance. Si dans son précédent long-métrage, L’art d’aimer il se contentait de rester derrière la caméra, dans cette nouvelle comédie au ton doux-amer, il endosse également le principal rôle masculin. Clément est instituteur à Paris. Séparé de son épouse, il a la garde alternée de son fils âgé de dix ans. Une vie rangée, peu palpitante où il lit beaucoup et va régulièrement au théâtre. Essentiellement voir les pièces où Alicia (Virginie Efira) est en vedette. Cette distinguée blonde, archétype de la bourgeoise élégante et toujours soignée, se remet difficilement d’une douloureuse séparation. Clément, tel un adolescent, est amoureux fou d’Alicia. Une passion platonique pour une image.

 

Rencontre avec la star

Tout bascule le jour où la célébrité se rend dans l’école de Clément. Elle désire des cours particuliers pour son filleul, scolarisé dans l’établissement. Elle demande conseil au directeur, Thomas (Laurent Stocker), qui lui recommande Clément, collègue mais surtout meilleur ami. Le petit instit' gauche et maladroit, fan de la star, va avoir l’occasion de la côtoyer au quotidien. En balbutiant, il va oser l’inviter à dîner. Un repas mémorable, de charcuterie et de fromage, le tout arrosé de vin rouge. Une séquence où Emmanuel Mouret démontre tout son art de la mise en scène, du quiproquo et du burlesque, tendance Jacques Tati mâtiné de Pierre Richard. La suite ressemble à un conte de fée. Séduite, Alicia tombe sous le charme et récupère Clément et son fils sous son toit.

La deuxième bascule du film intervient quand Thomas, abandonné par sa femme, demande réconfort à Clément. Ils vont parler dans un bar, boire, rencontrer deux jeunes femmes... Si Thomas a toutes les excuses pour passer la nuit dans les bras de cette belle inconnue, pourquoi Clément cède-t-il aux avances de la piquante Caprice (Anaïs Demoustier) ? Magie du cinéma qui transforme ce personnage emprunté en bourreau des cœurs, double amant de deux femmes radicalement différentes, la blonde distinguée face à la rousse délurée.

Mais il ne faut pas croire que le réalisateur va transformer son film en banal vaudeville. Certes on retrouve le classique ménage à trois, mais ce n’est pas pour la gaudriole que les personnages vont se croiser. Il y sera au contraire question d’amour éternel, de passion incontrôlable et de renoncement. Cet homme qui a tout pour être heureux va s’enfoncer dans un marasme absolu causé par son incapacité à choisir, à déterminer qui il aime en réalité. Une jolie parabole sur la trajectoire d’une vie, les hasards des rencontres et les évidences qui nous passent sous le nez.

_______________________________________________

Le style Emmanuel Mouret

 

Mouret, caprice, efira, demoustierIl faut souvent plusieurs années à un réalisateur pour qu’il trouve son style, sa patte. Emmanuel Mouret est une exception dans le cinéma français. Jeune Marseillais, il monte à Paris suivre des cours de théâtre et intègre la Femis, prestigieuse école de cinéma. Dès ses premiers courts-métrages, il impose sa marque à des histoires entre burlesque et romantisme. Sa réalisation de fin d’études est remarquée et bénéficie même d’une sortie en salle. Dans la foulée il réalise en 1999 son premier film, Laissons Lucie faire, première étape d’une œuvre d’une grande constance. Marie Gillain y interprète une jeune vendeuse de maillots de bain dont le petit ami rate le concours de gendarmerie et tente de devenir agent secret. Un premier rôle loufoque pour Emmanuel Mouret, déjà entouré de jolies femmes qu’il parvient systématiquement à séduire par sa gaucherie. Suivront dans ses réalisations Frédérique Bel, Julie Gayet, Virginie Ledoyen, Judith Godrèche... Pour simplifier on pourrait dire du cinéma de Mouret qu’il est composé essentiellement d’amour et de gaffes, mais au fil des réalisations il a rajouté une dimension plus grave et réaliste dans ses scénarios.

09:07 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mouret, caprice, efira, demoustier

Les commentaires sont fermés.