10/06/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Polémique gourmande

gourmands, tomates, jardin

Dans la vie, il y a les sujets futiles et les autres, les sérieux, ceux qui taraudent les grands esprits et suscitent des polémiques sans fin. Aujourd'hui je ne vais pas vous parler de la crise grecque ni de la corrélation entre austérité et montée des extrémismes. Non, ce qui me perturbe actuellement est d'une tout autre importance. J'en fais des cauchemars : faut-il oui ou non pincer les gourmands des tomates ?

Tout jardinier en herbe se retrouve un jour face à ce dilemme. Si la majorité des avis conseille de supprimer ces petites repousses, susceptibles d'absorber la force et la sève des futures tomates, quelques voix dissonantes se font entendre. Leur principal argument : les gourmands aussi peuvent se charger de fruits. En les laissant prospérer, on peut doubler sa production.

Alors, qui a raison ? Faut-il laisser la tomate pousser en toute liberté ou la tailler ? N'ayant que peu la main verte, ces hésitations expliquent peut-être mon manque de réussite en matière de culture maraîchère. Au début, je suis vigilant. Pas un gourmand ne dépasse les deux centimètres. En plus j'avoue adorer renifler mes doigts et cette odeur synonyme d'été. Mais souvent j'en oublie un. Et quand je m'en aperçois, c'est trop tard. Résultat, pas de tomates sur le gourmand. Encore moins sur la tige principale.

Ça, pour être envahi de punaises malodorantes je suis bon, mais pour ce qui est des tomates juteuses, je devrai comme chaque année aller en acheter quelques kilos chez une voisine qui, elle, a certainement résolu ce problème métaphysique de gourmands depuis très longtemps.

En bonus, pour les tenants de la première hypothèse, une vidéo de démonstration : 

http://

10:13 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gourmands, tomates, jardin

Les commentaires sont fermés.