23/07/2015

BD : Canardo sur les traces de la chair fraîche

 

canardo, sokal, regnauld, casterman

Il y a un peu du XIII dans la nouvelle enquête de Canardo, le privé imaginé par Sokal. Une jeune femme est retrouvée inconsciente au bord d'un lac. Elle ne se souvient plus de son identité. Seul indice, un tatouage. La ressemblance ne va pas plus loin. Les histoires de Sokal n'ont rien à voir avec celles de Van Hamme. La jeune femme a été recueillie par une famille de pêcheurs d'anguilles du duché de Belgambourg, caricature criante de vérité du Luxembourg. De l'autre côté du lac, la Wallonie et son chômage endémique. Les femmes tentent souvent le tout pour le tour pour rejoindre le duché et y trouver du travail. Les plus belles dans la prostitution, les autres comme simples employées de maison. L'amnésique embauche Canardo pour qu'il découvre son identité. Le tatouage étant placé sur la fesse, notre héros (alcoolique et graveleux) peut donc se rincer l'œil. D'autant qu'elle lui montre également une brûlure de cigarette sur un sein, juste à côté du mamelon. Fortement teinté de critique sociale, cette histoire vire vers le serial killer et l'espionnage entre nations. Pascal Regnauld dessine la majeure partie de l'album scénarisé par Sokal et son fils, Hugo.

 

« Canardo » (tome 23), Casterman, 11,50 €

10:14 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : canardo, sokal, regnauld, casterman

Les commentaires sont fermés.