21/07/2015

DVD : Un film pour comprendre le sexe

Sorti directement en DVD, « If you love me... » de l'Australien Josh Lawson s'apparente au film à sketches avec pour sujet principal le sexe et les fantasmes.

 

if you love me, wild side, lawsonUn petit bijou australien sort en plein été, directement en DVD et blu-ray chez WilSide. Ecrit, réalisé et interprété par Josh Lawson c'est un faux film de sexe. Pas de scènes explicites, mais des sketches qui explorent plusieurs fantasmes. Quatre couples, quatre comportements sexuels bizarres. Si Paul vénère les pieds de Maeve, cette dernière rêve secrètement d'être violée par son compagnon si doux et gentil. Un autre couple, lassé de la routine, demande conseil à un psy. Ce dernier les oriente vers les jeux de rôles : endossez de nouvelles identités pour vous redécouvrir. Si cela marche très bien au début, c'est plus compliqué quand le mari se trouvant si bon envisage de devenir acteur. Une femme subit les assauts de son mari régulièrement. A la base ils veulent un enfant. Des copulations quasi médicales manquant de tout charme. L'extase, elle ne l'atteint que si son mari est malheureux. Perte d'un proche, film triste sont ses boosters de libido. Enfin ce bureaucrate n'aime sa femme que quand elle dort. I8l est vrai que le reste du temps, elle le houspille méchamment.

 

 

Avec ces situations cocasses, le réalisateur concocte une comédie irrésistibles où l'humour est omniprésent. Le tout dans une réalisation élégante, jamais vulgaire malgré le sujet parfois très osé.

Certes le tout fait un peu bricolé, comme s'il avait découpé et remonté plusieurs courts-métrages. L'interprétation permet de faire passer la pilule, la fin, pleine d'optimisme sur l'Amour avec un grand « A », concluant cette comédie qui devrait permettre à Josh Lawson de conquérir Hollywood, si ce n'est en tant qu'acteur (il joue déjà dans plusieurs séries télé) au moins en tant que scénariste.

 

 

if you love me, wild side, lawson

Il est triste, elle adore, au point d'atteindre l'orgasme. Le film nous apprend qu'il s'agit de « Dacryphilie, plaisir sexuel à voir quelqu'un pleurer ».

 

 

Les commentaires sont fermés.