23/08/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Lire en bus, ticket gagnant

Formidable initiative d'une ville roumaine : des transports en commun gratuits. Seule condition, lire. Oui, simplement dévorer un bouquin, tranquille, pendant le trajet domicile-travail. L'idée vient d'un usager, qui l'a si bien vendue au maire que ce dernier a décidé de tenter l'expérience. Trois jours seulement (pas fous les Roumains). Suffisamment cependant pour générer une sacrée publicité à la ville de Cluj-Napoca. Grand lecteur devant l'éternel, cette initiative me semble le comble de la perfection. A une réserve près, qui ne doit pas m'être spécifique, dès que je me mets à lire dans un bus, je souffre de nausées incoercibles. Des hauts-le-cœur immédiats. J'ai pourtant essayé à maintes reprises, avec le même résultat. A l'heure des nouvelles technologies j'ai tenté le smartphone. Inenvisageable également. Bref, cette expérience roumaine ne me paraît plus si appropriée. Par contre, je serais ravi que d'autres entreprises de transport récupèrent l'initiative. La SNCF par exemple. Dans un TGV, lire est un véritable plaisir. Même essentiel, car les trajets encore assez longuets sont souvent émaillés de retards imprévus. La prochaine fois que je « monte » à Paris, je promets de lire un roman en entier en échange d'un billet gratuit. Sept heures de train correspondent à 300 pages (en comptant les quelques moments d'assoupissement aux passages les moins palpitants). Méfiance cependant pour les périples avec correspondance : vous avez toutes les chances de la rater si l'intrigue se révèle trop prenante.

09:54 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lire, bus, tgv

Les commentaires sont fermés.