27/09/2015

Cinéma : L'amitié dans sa version égoïste

 

garrel, macaigne, Golshifteh Farahani,

Ami faire-valoir, ami roue de secours. Dans 'Les deux amis' de Louis Garrel, le partage n'est pas équitable entre Clément (Vincent Macaigne) et Abel (Louis Garrel).

 

Dans le vif du sujet dès la première minute. On croit aller voir une comédie française légère sur l'amitié et l'amour dans un triangle classique de deux garçons et une fille et on se retrouve dans la froide réalité d'une prison pour femmes. Mona (Golshifteh Farahani) sort des quelques minutes de bonheur que lui offre la douche du matin. Ensuite c'est la course. À travers les longs couloirs puis dans les transports en commun. En semi-liberté, elle travaille pour une sandwicherie dans la gare du Nord à Paris. Ce qu'elle a fait pour aller en prison, on ne le saura pas. Ce qu'elle fait pour en sortir est au centre du film. La semi-liberté implique une discipline de fer. Pas d'alcool, pas de retard, filer droit...

Le prix à payer pour retrouver sa dignité, sa fierté. Alors quand Mona rencontre Clément (Vincent Macaigne) doux dingue intermittent du spectacle, elle est sur ses gardes. Clément tombe fou amoureux et se lance dans une cour effrénée. Mona n'ose pas lui avouer la vérité. Le soir, elle prétexte un retour en banlieue chez ses parents pour s'éclipser. Alors Clément lui offre un cadeau. Sans le savoir il touche juste. Un oiseau en cage. Belle parabole qui est l'élément déclencheur du film. Mona refuse, rompt. Vincent, désespéré, demande conseil à son meilleur ami Abel (Louis Garrel). Ce dernier, écrivain raté, gardien de nuit dans un parking, multiplie les conquêtes après avoir été plaqué par son grand amour. Il est devenu cynique, froid. La face sombre de son duo avec Clément, malheureux en amour mais toujours capable de s'enflammer.

Caméra amoureuse

Louis Garrel, dont c'est le premier film en tant que réalisateur, ne s'est pas donné le beau rôle. Incapable d'aider son ami, il va au contraire le trahir après avoir kidnappé Mona. La jeune femme se retrouve, sans le vouloir, en cavale. Un drame pour son avenir. Mona désespérée, Clément rejeté, Abel au double jeu : rien ne va plus dans le trio. Sans rien apporter de grand nouveau au genre, ce long-métrage vaut surtout par le jeu de ses acteurs. Vincent Macaigne, en second rôle brillant, éternel dépressif, maladroit et touchant, prouve une nouvelle fois l'étendue de son talent. Ses yeux brillent d'amour pour la belle Mona, mais aussi pour Abel, cet ami de toujours, fidèle et honnête. Du moins le croit-il... Louis Garrel, en beau gosse sans scrupule, endosse aussi le rôle de dindon de la farce.

garrel, macaigne, Golshifteh Farahani, Preuve qu'il est clairvoyant. Mais les plus belles scènes restent celles où Mona déploie toute sa grâce et sa folie. La danse dans le bar de nuit, lascive et envoûtante, est filmée avec une caméra littéralement amoureuse.

Les commentaires sont fermés.