08/11/2015

DE CHOSES ET D'AUTRES : Traquenard capillaire


Ma naïveté me perdra. Hier, je suis tombé dans un traquenard fomenté par des femmes, les êtres les plus retors de notre triste monde. S'il existe bien quelque chose que je déteste encore plus que de fêter mon anniversaire, c'est de me rendre chez le coiffeur. Sans doute des restes de traumatisme de l'enfance, le bruit et la sensation du coupe-chou sur la nuque me provoquent frissons et chair de poule. 
Hier, donc, mon épouse me demande de la conduire chez sa nouvelle coiffeuse à Saint-Cyprien. "Après on ira se promener sur la plage. Et manger un morceau face à la mer". Le piège parfait : l'alibi "estomac" fonctionne toujours avec moi. J'accepte de la conduire chez Cyprie & Co. J'attends sagement dans la voiture en écoutant la radio. J'aurais dû deviner le guet-apens en découvrant l'enseigne : salon de coiffure mixte. Depuis peu, Coralie, la patronne, a même créé un "poste homme barbier", preuve que l'invasion des hipsters touche aussi notre contrée pourtant très éloignée de la capitale. 
 Lorsque surgit mon épouse, une serviette entortillée autour de la tête, mon sort est scellé. "Si tu viens tout de suite, elles peuvent te coiffer en cinq minutes". Voilà comment, à mon corps défendant, je me retrouve entre les mains d'une charmante coiffeuse au savoir-faire indéniable qui a abondamment shampouiné puis débroussaillé ma tignasse de plus en plus grisonnante. Même pas le temps de réaliser ce qui m'arrive. 
 Les femmes sont redoutables, mais comme pour les piqûres, elles savent que le plus efficace reste l'effet de surprise.

Les commentaires sont fermés.