05/04/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Messages codés

code, secret, journal

Toujours plongé dans les annonces classées du "Journal" paru en janvier 1902 (voir chronique de vendredi), la rubrique "Petite correspondance" me sidère encore plus que celle des demandes matrimoniales. Les pages de ce grand quotidien servent aussi à passer des messages particuliers. Comme la ligne coûte 1,50 franc (ce qui semble assez cher pour l'époque), il s'agit d'aller à l'essentiel, quitte à user d'abréviations souvent absconses. Preuve les jeunes n'ont rien inventé avec leur langage SMS. Exemple, ce message au début énigmatique : "Avr m. b. ch. ss tr. surv. j. vs donn. dét. qd poss. ; rst. Tjrs vôt. malgr. tt." La fin semble évidente : "Reste toujours vôtre malgré tout". Mais le début demeure du charabia complet. Espérons que le destinataire, homme ou femme, aura été plus perspicace que moi.

A moins que ce galimatias ne provienne du "Journal" lui-même, qui "décline toute responsabilité au sujet des abréviations qu'il est en droit de faire quand les textes lui sont remis avec plus de 36 lettres ou signes par ligne".

Toujours dans cette colonne, je découvre également des messages codés. Personne ne me fera croire que "Kbj sbsfnfou xu bvttj qpjsf rof upj." est l'abréviation d'une phrase écrite en français. On se trouve clairement en présence d'un langage chiffré, comme celui des espions des romans de gare.

Plus d'un siècle plus tard, comment savoir ce que "sbsfnfou" veut bien vouloir dire ? Excepté peut-être les décrypteurs professionnels, personne ne le saura jamais, les intéressés ont certainement emporté la clé du code dans leur tombe.

09:37 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : code, secret, journal

Les commentaires sont fermés.