29/04/2016

Roman : Étranges mutations dans la zone interdite

Jeff Vandermeer imagine une expédition dans une région où tout évolue. De la science-fiction très nature.

diable vauvert, annihilation, vandermeerDans un futur non défini, une expédition de quatre femmes part à la découverte des mystères de la Zone X. Depuis une expérimentation militaire ratée, elle est entourée d'une frontière difficilement franchissable. L'expédition a pour mission de cartographier la zone et de répertorier les espèces animales.

"Annihilation" de Jeff Vandermeer est la première partie de la trilogie du Rempart Sud. Les quatre femmes, uniquement nommées sous leur spécialisation, savent qu'elles n'ont que peu de chance de retour. C'est la 11e expédition. La narratrice est la biologiste. Elle se trouve en compagnie d'une géomètre, d'une anthropologue et d'une psychologue. Cette dernière, chef de mission, experte en hypnose, joue un rôle trouble. Après la description du paysage, un lac, des marais recouverts de bambous, un phare au loin, quelques ruines... le groupe tombe en arrêt devant l'entrée d'un tunnel. Les murs sont recouverts de mots formés d'une espèce végétale inconnue. "Les lettres, reliées par l'écriture cursive, étaient faites de ce qu'un profane aurait pris pour une mousse à l'apparence d'une fougère d'un vert riche."

La géologue, qui est en réalité sur la piste de son mari, disparu dans la zone quelques années auparavant, respire des spores de cette mousse et sent qu'elle se transforme : ses sens décuplés, une clairvoyance nouvelle. Par contre la psychologue, blessée par un organisme inconnu, devient folle et paranoïaque. Au point de se suicider. Sur le cadavre, la narratrice constate qu'"une espèce de duvet fibreux vert doré vaguement lumineux avait colonisé son bras, du coude à la clavicule."

Ce roman, parfois comparable au Darwinia de Robert Charles Wilson, plonge le lecteur dans un monde imaginaire foisonnant, où tous les repères sont modifiés. Une évasion complète et absolue.

"Annihilation" de Jeff Vandermeer, Au Diable Vauvert

 

Les commentaires sont fermés.