22/05/2016

Festival de Cannes, paillettes et découvertes

Tapis rouge, marches dégoulinantes de stars, télévisions du monde entier. À Cannes, le festival résonne toujours du grand barnum médiatique. Cependant, loin de ce décorum, des milliers de professionnels s'y retrouvent pour bosser. Programmateurs, distributeurs ou producteurs, rarement dans la lumière, néanmoins essentiels à la magie du 7e art.

festival de cannes, marché du film

Huit jours au festival, près de 40 films visionnés. A Cannes, Jonathan Salas ne chôme pas. Directeur et programmateur du cinéma Castillet à Perpignan, il s'apprête pour la troisième année consécutive à visionner "quatre au minimum, parfois cinq longs-métrages par jour". Ceux de la sélection officielle mais également des compétitions parallèles comme la Quinzaine ou la semaine de la Critique. Vous ne le croiserez pas aux soirées, pourtant si courtisées par les festivaliers. "Jeudi soir j'étais invité à la soirée de 'Rester vertical' d'Alain Guiraudie. Mais vu l'heure, plus d'une heure du matin, j'ai décliné. Par contre je suis allé à l'apéritif organisé par le distributeur du film. L'occasion de rencontrer des interlocuteurs parisiens que j'ai toutes les semaines au téléphone pour élaborer ma programmation au Castillet mais que je ne rencontre qu'à Cannes." C'est le côté people et relations publiques du festival. Un aspect essentiel du rendez-vous. "Cannes c'est un des événements médiatiques parmi les trois plus importants au monde après les Jeux Olympiques et le Mondial de foot" n'hésite pas à souligner Christophe Leparc, directeur du festival Cinémed.

Mélange des genres

Ce 'bling bling' ne touche pas trop Jonathan Salas. Les stars, il en accueille parfois à Perpignan, mais ce n'est pas à Cannes qu'il remplit son carnet d'adresse. "Je suis plutôt dans la relation professionnelle avec les distributeurs qui eux traitent avec les agents." Alors, Cannes trop paillettes ? "Non, répond Jonathan Salas, le festival permet de faire venir un public et des médias pour des films difficiles. Un mélange des genres où on met au même niveau, en compétition, des films avec des stars et d'autres très pointus, très art et essai. Et c'est ça finalement qui est bien." Donc le séjour à Cannes pour certains, boulot-boulot, mais la semaine reste "très plaisante" reconnaît Jonathan Salas. S'il ne décide pas de la date de sortie des films, fixée par les distributeurs, il emmagasine quand même le plus de sensations possibles sur les œuvres que le public ne verra que dans quelques mois. Voire jamais. Dès les premiers jours il a repéré une petite perle. 'Victoria' avec Virginie Efira et Vincent Lacoste : "Le film de Justine Triet n'est pas mal du tout. Pour l'instant c'est l'un de mes préférés. Une comédie qui pourrait faire une bonne surprise en salle." Et puis il y a les 'grands', ceux qui ne déçoivent jamais. "Je suis impatient de voir le Ken Loach et 'Mademoiselle' du Sud-Coréen Park Chan-wook. Mais pour l'instant je n'ai pas d'invitation et ça m'embête un petit peu...»

Longues attentes

Ainsi va Cannes pour les ouvriers du 7e art : être accrédité ne permet pas toujours de voir les films que l'on désire. Et parfois on trépigne à attendre une place hypothétique plutôt que de déguster le chef-d'œuvre diffusé en exclusivité mondiale. Si Jonathan Salas passe presque toutes ses journées enfermé dans les salles, d'autres assistent au festival sans quitter le sous-sol du Palais. C'est là que se tient le marché du film. Distributeurs, producteurs, chaînes de télévision, tous enchaînent les rendez-vous pour acheter, vendre, monter des projets que l'on retrouvera peut-être en sélection dans quelques années dans les salles au-dessus. Cannes reste le poumon de cet art si particulier, entre strass, réflexion et gros sous. Une industrie à part qui n'empêche pas l'émotion. "L'an dernier, se souvient Jonathan Salas, 'Le fils de Saul' (film sur la Shoah Ndlr) m'a filé une sacrée claque. C'était très dur de sortir de la salle, retomber dans l'ambiance du festival et d'enchaîner sur un autre film."

___________

La montée des marches, "désuet mais tellement drôle" 

 

Cannes, il connaît parfaitement. Il fait partie des rares à participer à la sélection des films en compétition. Depuis 2008, Christophe Leparc est secrétaire général de la Quinzaine des réalisateurs. Il assure également la fonction de délégué artistique pour le festival de Montpellier, Cinémed. Un rendez-vous dont il a pris la direction depuis l'an dernier, avec Aurélie Filippetti, ancienne ministre de la Culture, à la présidence. "Je suis beaucoup plus sur la Quinzaine que sur Cinémed durant le Festival de Cannes. Mais le fonctionnement de Cinémed est assez collégial, trois collaborateurs sont présents pour voir des films et avoir des rendez-vous. Mon poste à la Quinzaine permet de préparer leur travail. Avant, j'ai repéré des films, des personnes pour les projets qu'on a et ensuite je transmets à l'administratrice ou au responsable de la sélection." Par contre, il n'a pas le temps de voir les films. Qu'il a de toute manière visionnés en amont, pour faire la sélection. "Je suis très fier des trois films italiens retenus à la Quinzaine cette année. Ils montrent trois générations de réalisateurs, trois genres différents. Preuve que le cinéma italien n'est pas mort et que non seulement il y a des grands maîtres comme Marco Bellocchio qui sont à la hauteur et qui savent se renouveler et des trentenaires qui assurent la relève."

Cinéma tunisien

La Quinzaine s'achevant vendredi, Christophe Leparc s'accorde le plaisir de visionner un film de la sélection par festival, avec montée des marches à la clé. "Cette année j'irai voir 'Elle' de Paul Verhoeven. C'est rigolo la montée des marches, un rituel désuet mais tellement drôle." Le Festival de Cannes, dix jours intensifs, mais aussi des moments cinématographiques. Christophe Le Parc se souvient, "en 2001, je travaillais pour le festival, j'étais crevé et 'Mulholland Drive' de David Linch a eu un effet complètement hypnotique. Je me disais 'Je ne comprends pas tout mais qu'est-ce que c'est bien'. Il y avait quelque chose de fascinant qui allait bien avec la fatigue cannoise. Au bout de dix jours de festival on est dans un état second, j'étais fatigué mais surtout fasciné. Je n'avais pas tout l'intellect pour comprendre le film mais c'était incroyablement jouissif." Une fois la Quinzaine achevée, Christophe Leparc remettra sa casquette Cinémed. Avec plein d'idées pour la seconde édition sous sa responsabilité. Dont un focus sur le cinéma tunisien, de plus en plus inventif depuis le printemps arabe.

Les commentaires sont fermés.