28/05/2016

DVD et blu-ray : "99 homes", thriller sur... la crise de l'immobilier américain

99 homes,crise,usa,immobilier,wildsidevideoComment rendre intéressant un film sur la crise de l'immobilier américain, les fameuses subprimes provoquant l'expropriation de millions de foyers modestes incapables de rembourser leur emprunt. Ramin Bahrani, jeune réalisateur, a placé son film "99 homes" sur le plan humain. Dennis Nash (Andrew Garfield), le principal protagoniste, ouvrier dans le bâtiment, est directement concerné. Au chômage, seul pour élever son fils, avec sa mère à charge, il est persuadé que le tribunal écoutera ses arguments. Mais la justice américaine ne lui accorde que 60 secondes. Une minute pour voir sa vie s'écrouler, sa maison saisie par la banque.

Entre alors en action Rick Carver (Michael Shannon), le courtier en immobilier chargé de récupérer le bien pour l'établissement financier. Un expert en opération délicate, sans états d'âme. Il se fait aider par des policiers qui ont toute latitude pour arrêter les récalcitrants. Pour Nash, c'est la personnification même de ses malheurs. Paradoxalement c'est aussi son sauveur. Carter, séduit par la volonté de Nash, lui propose des petits boulots. Puis il le forme pour devenir son adjoint. Même si ses trafics sont à la limite de la légalité, Nash accepte de le suivre. Car il n'a qu'un seul et unique désir : récupérer sa maison.

Le film semble parfois un peu grossir le trait. Mais les acteurs, excellents, parviennent à faire accepter des situations extrêmes. La fin, relativement ouverte, laisse quand même un petit espoir de rédemption, même si les dégâts sont souvent irréparables. On retiendra surtout de "99 homes" la performance de Michael Shannon dans le rôle du 'méchant'. Certes il est odieux et détestable, mais il reste cohérent, comme si, en y réfléchissant bien, son attitude était compréhensible, pour ne pas dire excusable. La loi du marché...

DVD et blu-ray sont proposés avec un long entretien croisé entre le réalisateur et son interprète enregistré au festival de Deauville, où le film a remporté le grand prix en 2015.

"99 homes", Wild Side Vidéo, 19,99 euros

 

Les commentaires sont fermés.