25/06/2016

DE CHOSES ET D'AUTRES : Le rêve des îles

Ils doivent bien rigoler les Grecs et leur très vieille invention aux effets ravageurs. La démocratie a cela de compliqué qu'elle n'est en rien une science exacte. Les Britanniques l'ont parfaitement compris, au grand dam d'autres peuples plus timorés. Le Brexit, de fantasme, devient réalité. Ils ne sont cependant pas les premiers à tourner le dos à cette Union européenne toujours très mal défendue par ses partisans. Le Groenland et Saint-Barthélémy ont également voté leur indépendance en 1985 et 2012. Deux îles, comme par hasard. Les indépendantistes corses n'ont plus qu'à monter au créneau pour réclamer un "Corsexit", préambule à toute autonomie.

A bien y réfléchir, ce résultat est aussi compréhensible car tout en appartenant à l'Union, la Grande-Bretagne a conservé quasiment toutes ses particularités comme la conduite à gauche ou la livre sterling. Sans parler de la cuisine ou de la météo. Une vraie démocratie induirait que les 52 % soient réellement entendus. Ce qui n'a pas toujours été le cas partout. En France, les mots référendum et Europe forment une association à l'arrière-goût plein d'amertume. Souvenez-vous, 2005, rejet par les Français de la nouvelle constitution européenne par plus de 54 % des votants. Trois ans plus tard, le même texte, devenu traité de Lisbonne, est adopté par les parlementaires français. De droite comme de gauche.

Au final, le résultat du référendum de jeudi peut se résumer par cette paraphrase : "Messieurs les Anglais, tirez-vous les premiers... »

08:35 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : brexit

Les commentaires sont fermés.