02/11/2016

DVD et blu-ray : « The Neon Demon », la beauté est-elle soluble dans le sang ?

 

neon demon,nicolas winding refn,elle fanning,wils bunch,wild side video

Depuis « Drive », Nicolas Winding Refn est affublé par la critique du statut parfois un peu encombrant de « réalisateur culte ». Auquel est souvent ajouté l’adjectif de « gé- nial ». Pourtant, ses deux derniers films n’ont pas rencontré le public qui a lui tendance à le trouver « décevant » voire « nul » pour les plus remontés. Le débat est ouvert, les avis partagés.

 

 

Seule certitude, le réalisateur danois ne laisse pas indifférent et ses idées restent toutes très originales. Il a sans doute raison de surfer sur son succès pour tenter des expériences avec des moyens qu’il n’aurait jamais imaginé il y a 15 ans quand il s’échinait à faire des séries B dans les pays nordiques (« Bleeder » réalisé en 1999 vient de ressortir sur grand écran en France).

■ Beautés rurales

NWR (il aime signer de ses initiales) est avant tout un esthète. Sa façon de voir la beauté est unique. Logiquement il s’est attaqué à ce que cette beauté a de plus universel : la femme. Dans une Californie entre motels miteux et villas luxueuses, il raconte l’ascension d’une jeune fille dans le monde du mannequinat. Jesse a 16 ans. Mais si elle veut trouver du travail elle doit prétendre qu’elle en a 19. Jesse est belle. Mais il y a tant de belles femmes dans cet état qui agit comme un aimant sur toutes les beautés rurales des USA. Jesse a cependant ce petit quelque chose qui confine à la perfection. Blonde, nez mutin, yeux clairs, fine sans paraître maigre : elle tape dans l’œil de toute personne normalement constituée. Un photographe amateur, une directrice d’agence, un photographe renommé et même un créateur de mode.

 neon demon,nicolas winding refn,elle fanning,wils bunch,wild side videoCela fait un peu conte de fée. C’est peut-être la raison de la présence dans le rôletitre d’Elle Fanning, jolie poupée remarquée dans « Maléfique » où elle interprétait une princesse. Son succès est montré sobrement dans des plans très recherchés, entre éclairages saturés ou demi-pénombre stroboscopique. Mais dans tous les cas de figure, c’est elle qu’on remarque, qui éclaire tout.

Une fois sur le point d’arriver au sommet, son petit ami lui reproche ses amitiés dans ce milieu impersonnel. Réponse visionnaire de Jesse. « Je ne veux pas leur ressembler, ce sont elles qui voudraient être moi… » Car Jesse a la chance, dans ce monde où le bistouri règne, de ne pas avoir été refaite, de tout avoir d’origine.

La première heure du film pourrait paraître ennuyeuse à ceux qui se désespèrent de l’esthétisme de certains clips. Heureusement la fin bascule dans le grand-guignol, un mélange des genres salutaire où la beauté se révèle soluble dans le sang. Le vrai. Et pour aller plus loin dans les profondeurs du scénario, ne manquez pas l’entretien avec le réalisateur dans les bonus. NWR fait partie de ces créateurs qui savent à merveille parler de leurs intentions artistiques.  

➤ « The Neon Demon », Wild Side Vidéo, 19,99 € le DVD, 24,99 € le blu-ray

 

Écrire un commentaire