02/12/2016

De choses et d'autres : La vie derrière la mort

dejà vu, , solidarité

J’avoue, je me suis fait prendre. Me baladant sur le site Allociné pour me renseigner sur les sorties, je repère un film prometteur. Son titre, « Déjà-vu 2 », laisse entendre qu’on a affaire à une suite. La photo mise en avant montre la course folle dans les bois d’une jeune fille terrorisée, deux couteaux plantés dans le torse, un hachoir enfoncé dans l’épaule. Du gore second degré comme j’aime.

La fiche technique précise qu’il s’agit d’une production australienne de la société Don Dorgan avec en vedette les jeunes et pulpeuses Azalée Vidance et Estelle Effoné. Le pitch est basique, voire simplet. Je ne résiste pas à la tentation et lance la bande-annonce. Pas de surprise sur les scènes.

Sauf que le commentaire off du personnage principal féminin déstabilise. « Vous savez tous que je vais mourir. Pourquoi ? Parce que dans ce genre de film, lorsqu’on a le malheur d’être une fille qui n’a pas froid aux yeux, on meurt. » La suite le prouve : elle se fait massacrer par le méchant, toujours avec ce commentaire clinique « Pas un moment vous n’aurez peur et ma mort sera totalement inutile. » Il faut attendre 2’ 15” d’images sanglantes avant de comprendre. Le générique défile et la jeune fille continue ses explications « sauf que comme vous je suis donneuse d’organes présumée et que je sauverai peut-être la vie de quelqu’un ».

Le don d’organes (Don Dorgan...) vient de signer la meilleure pub déguisée de l’année. 

 

10:03 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : dejà vu, solidarité

Les commentaires sont fermés.