09/01/2017

De choses et d'autres : Mauvaises ondes

Révolution radiophonique en Norvège. Ce pays nordique a commencé à couper ses émetteurs en FM. L’objectif, d’ici la fin d’année, est de passer au tout numérique. Des fréquences plus nombreuses, une qualité parfaite, pour beaucoup c’est l’avenir. Un redéploiement en bonne voie, puisque 7 Norvégiens sur 10 disposent déjà d’un poste de radio numérique. En France aussi on coupe des émetteurs, mais ce sont les vieilles, très vieilles installations diffusant sur les grandes ondes. Ainsi France Inter n’est plus diffusé depuis le début d’année sur cette fréquence unique et un peu grésillante mais qui avait l’avantage de se propager partout.

Je me souviens, enfant, avoir récupéré chez des voisins convertis au transistor, un vieux poste à lampes. Du bois vernis et des noms de lieux qui faisaient rêver sur la façade. J’ai passé quelques nuits d’insomnies à écouter Alger Chaîne 3. Une radio en français, l’exotisme en plus. Et d’autres, dont la qualité était encore moins bonne, au langage incompréhensible, mais qui avaient la capacité de me faire évader de la chambre étriquée de la ferme de mes parents.

Maintenant la bande FM me paraît tragiquement banale entre les tubes répétitifs des radios musicales ou les généralistes animées par des stars de la télé. Heureusement il reste internet et ses milliers de webradios. On peut se croire à la Réunion en écoutant Radio Freedom ou à la Martinique avec RCI (Radio Caraïbes international) en direct. Pour moi, radio a toujours rimé avec évasion.

Écrire un commentaire