05/05/2017

De choses et d'autres : classe chahuteuse


Difficile d’établir une analyse politique du débat du second tour. Comment comparer le fond des projets quand la forme prend le dessus ? La « combativité » de Marine Le Pen, selon son camp, ressemblait plutôt à une « agressivité » empêchant toute argumentation sérieuse. L’analogie avec une salle de classe est frappante. A l’opposé cependant de la remarque douteuse de la candidate du FN sur la volonté d’Emmanuel Macron de « jouer à l’élève et au professeur ».
Le leader d’En Marche ! Tenait plutôt le rôle de l’étudiant qui a consciencieusement préparé un exposé. Mais arrivé devant ses camarades, au moment de présenter son travail, se retrouve face à une classe chahuteuse. Avec dans le rôle du cancre, celui qui redouble et n’en a plus rien à cirer de ses notes, une Marine Le Pen intenable. A chaque début d’explication de l’élève Macron, Le Pen lui jetait une boulette de papier, faisait du bruit pour distraire l’auditoire ou multipliait les grimaces dès que le professeur tournait le dos. Car ceux qui en jouaient le rôle, totalement débordés mercredi soir, étaient ces deux pauvres journalistes, tombés dans un véritable guet-apens face à la totale impunité dont semblait se délecter la représentante de l’extrême droite.
Durant deux heures ce ne furent que provocations, ricanements et anathèmes. Avec la volonté affichée de faire sortir de ses gonds le favori. Il a eu du mérite de ne pas craquer. Mais comme le chantait Souchon, « Tar’ ta gueule à la récré ! » 
(Chronique parue le 5 mai 2017 en dernière page de l'Indépendant)

10:34 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire