06/06/2017

De choses et d'autres : Le Gorafi à la volée


Il y a longtemps que je ne m’intéresse plus au tennis. Il fut un temps où j’appréciais la diffusion quasi ininterrompue des matches de Roland-Garros. Souvenirs du lycée, quand en plein mois de juin, les cours s’espaçaient pour cause de préparation aux examens. Alors, au lieu de réviser comme tout bon élève qui se respecte, je regardais les Chang, Agassi et autres Noah crier et glisser sur la terre battue.Et puis, l’âge aidant, mes idoles ont raccroché, mon intérêt s’étiolant, peu charmé par les nouvelles stars du circuit : le taciturne Nadal, le peu expressif Federer. 
Mais depuis peu, le tennis me fait de nouveau vibrer. Pas pour les exploits de joueurs français ou les victoires des nouvelles stars comme Djokovic ou Murray. Non, la faute au Gorafi. Visiblement un des rédacteurs du journal parodique est lui accro à ce sport. Et s’y connaît suffisamment pour alimenter le site de ces faux articles hilarants car terriblement crédibles. J’avoue, j’ai ri quand j’apprends que « Tsonga obtient son ticket pour les quarts de finale » avec la précision qui tue : « rang B place 23 ». Il y a même des commentaires en direct, sur le match d’hier après-midi pour expliquer que « Gaël Monfils déclare être gêné par ‘de la poussière orange’ sur le court ». Le résumé de l’esprit tennistique du Gorafi tient dans un petit film de « 58 secondes pour comprendre Roland Garros ». Le match le plus long du tournoi a duré « trois ans.Il opposait Paul-Henri Mathieu à la façade nord du court Philippe-Chatrier » et que depuis 1996, « les tennismen français sont exemptés de contrôle antidopage ». Ce tennis-là, j’adore. 

Écrire un commentaire