26/12/2016

BD : Prise de tête métaphysique

otto,homme réécrit,mathieu,delcourt

Marc-Antoine Mathieu aime innover. Après des albums de BD où il jouait avec les formes, le papier, les surimpressions voire la 3D, il revient au récit plus classique. Format à l’italienne, un seul personnage, pas de dialogues mais un texte narratif sous chaque case. C’est un peu austère au premier abord, mais rapidement on plonge dans cette histoire de recherche d’identité. Un artiste contemporain, après une nouvelle performance dans un musée, se retrouve sans inspiration. Il découvre dans la maison de ses parents récemment décédés une malle contenant du matériel informatique. Ce sont toutes les minutes de ses sept premières années. Il se retire dans un lieu isolé et se plonge dans ce passé dont il ne se souvient pas. Une naissance à rebours qui lui permet (au lecteur également) de se demander « pourquoi sommes-nous celui que nous sommes ? » Un peu prise de tête parfois, mais édifiant quant à la démarche artistique de l’auteur et, en creux, de tout artiste voulant laisser une trace.

➤ « Otto, l’homme réécrit », Delcourt, 19,50 €

 

25/12/2016

BD : Prise de tête physique 

 

scènes vie hormonale,catherine,meurisse,dargaud

Si vous regrettez les gags signés Claire Brétécher ou les dessins de Reiser, précipitez-vous sur ces « Scènes de la vie hormonale » signées Catherine Meurisse. La dessinatrice de Charlie Hebdo excelle dans ces petites tranches de vie où parfois elle se met en scène. Et si ce n’est pas elle, cela y ressemble... Après l’attentat, la rescapée a mis longtemps avant de réapprendre à vivre. Un long combat contre elle-même raconté dans « La légèreté ». Et puis elle s’est remise à dessiner et raconter ces petites histoires tournant toujours autour du sexe. Ce pourrait être simple, c’est forcément compliqué. Les trentenaires d’aujourd’hui sont passés à la moulinette de son regard aiguisé. Des femmes toujours insatisfaites aux amants de passage en passant par celles qui se veulent mère et maîtresse, les relations sont toujours prétexte à réflexion. On rit beaucoup par la justesse. On croit parfois qu’elle Exagère, mais trop souvent ces personnages existent bel et bien. 80 pages qui résument fidèlement l’état de désir physique d’une certaine France, celle des bobos et autres hipsters des grandes villes. A lire comme un livre d’anthropologie...

➤ « Scènes de la vie hormonale », Dargaud, 17,95 €

 

21/12/2016

BD : Prise de tête hasardeuse

miles hyman, shirley jackson, la loterie, casterman

Aux USA, « La Loterie », nouvelle de Shirley Jackson parue à la fin des années 40 est très connue. En France, ce texte est quasiment inconnu. On ne dévoilera donc pas ici le final d’une histoire qui ne laisse personne indifférent. Dans une petite ville de province, tous les habitants se préparent à la loterie annuelle. Dans une urne, des papiers vierges sont déposés. Un seul est marqué d’un rond au crayon de papier. Celui qui le tire remporte cette fameuse loterie. Pour illustrer ce monde paysan américain du milieu du XXe siècle on retrouve devant la table à dessin le propre petit-fils de la romancière, Miles Hyman. Ses aquarelles et dessins aux tons pastel donnent une force étonnante à un récit qui restera longtemps dans les mémoires.

➤ « La loterie », Casterman, 23 € 

 

17/12/2016

BD : Mercenaires humanitaires

Le discours officiel est toujours le même : « Pas de paiement de rançon en échange de la libération d’otages ». La réalité est souvent différente. C’est le début du premier tome de « Tiago Solan », série écrite par Nathalie Sergeef et dessinée par Fabio Pezzi. Tiago Solan, militaire français en mission en Afghanistan, a pour mission de récupérer des otages occidentaux. L’opération se déroule sans le moindre problème. Comme si tout était arrangé à l’avance. Seul problème, un des hommes de Solan perd une jambe sur une mine antipersonnelle. Trois années plus tard, de retour dans le civil, l’ancien militaire est contacté par une journaliste italienne. Elle veut qu’il l’(aide à coincer l’homme qui a négocié avec les ravisseurs. Car il y avait bien un rançon et il en a touché une bonne partie. Histoire de vengeance, d’humanitaire et de mercenaires, la série est digne des meilleurs films d’actions américains.

➤ « Tiago Solan » (tome 1), Glénat, 13,90 € 

 

 

 

16/12/2016

BD : Virus en cavale

 

lady s,aymond,van hamme,dupuis

Orpheline de Jean Van Hamme, Lady S poursuit sa route sous la seule responsabilité d’Aymond, le dessinateur qui s’est improvisé scénariste. Ce 12e tome marque une évolution notable dans la vie de la mystérieuse héroïne : elle va intégrer la CIA. Pourtant elle n’a que peu de sympathie pour cette organisation aux méthodes souvent troubles. Preuve en est son implication dans la recherche d’un dangereux virus, mis au point aux USA, mais volé et inoculé à toute la population d’une petite ville mexicaine. La belle va devoir comprendre qui a volé l’arme chimique fatale la récupérer et sauver les innocents. En 48 pages ce n’est pas toujours évident mais Aymond maîtrise parfaitement le découpage et les ellipses. De la BD d’aventure contemporaine digne des grands ancêtres que sont Bernard Prince ou Bruno Brazil.

➤ « Lady S » (tome 12), Dupuis, 12 €

 

 

09:14 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lady s, aymond, van hamme, dupuis

15/12/2016

BD : Cauchemar paranoïaque

thilliez, mig, puzzle, folie, jeu, ankama

Pas la peine de présenter Frank Thilliez. Ce romancier français a multiplié les succès d’édition ces dernières années, s’affirmant comme un maître du thriller. La télévision lui a fait les yeux doux, le cinéma aussi, adaptant certains de ses romans. Logiquement, c’est maintenant la BD qui se penche sur l’œuvre de cet auteur nordiste. « Puzzle », paru chez Fleuve Noir en 2013, se transforme en gros album de BD de plus de 200 pages dessinées par Mig. Cela commence comme un jeu. Le personnage principal, jeune adulte amateur de jeux de rôles, tente avec son ancienne petite amie d’intégrer Paranoïa, un projet ludique avec 300 000 euros à la clé. D’entrée la tension est palpable. Car Ilan a tout du malade mental à tendance paranoïaque. Il est persuadé d’être surveillé et ses cauchemars sont sanglants. Il parvient finalement à faire partie des huit finalistes et se retrouve avec ses adversaires enfermé dans un ancien hôpital psychiatrique. Là, il va petit à petit remettre en place les pièces du puzzle et comprendre que le jeu n’en est pas vraiment un. Dessin réaliste parfait, découpage millimétré, cette première incursion de Franck Thilliez dans l’univers de la BD est une belle réussite.

➤ « Puzzle », Ankama, 19,90 €

 

17:48 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : thilliez, mig, puzzle, folie, jeu, ankama

12/12/2016

BD : Le garagiste mène l’enquête

robert sax, rodolphe, alloing, drac, delcourt, belgique

Bruxelles dans les années 50. Une chanteuse de cabaret, en rentrant tard chez elle, est abattue d’une balle dans le cœur. A la lecture du fait divers, Robert Sax, garagiste, est bouleversé. Il y a quelques années, sa jeune épouse a été assassinée de la même façon. Il délaisse l’atelier pour se lancer dans une enquête mouvementée où le trafic de drogue, déjà, conditionne les guerres entre gangs. Ce polar, plein de nostalgie, tel un bon Simenon, nous balade d’une piste à l’autre. Rodolphe est au scénario, Alloing au dessin. Ce dernier, dans une ligne claire élégante, est un vieux routier de la BD. Il a nombre d’albums Bayard à son acti comme Marion Duval ou les Moineaux.

➤ « Robert Sax » (tome 2), Delcourt, 14,50 € 

 

11/12/2016

BD : L’Europe face aux Martiens

 

martiens,guerre des mondes,tranchées,nolane,soleil

Nouvelle série pour Richard D. Nolane, le scénariste qui monte. Comme souvent, il mélange science-fiction et histoire, le tout sur fond guerre et d’action militaire. Quelques années avant le début de la première guerre mondiale, un astéroïde s’écrase en Sibérie. En réalité ce serait un vaisseau spatial venu de Mars selon le Professeur Challenger, le personnage principal du Monde perdu de H. G. Wells. Scepticisme des savants. En 1916, alors que le conflit s’enlise dans les tranchées de Verdun, une énorme déflagration anéantit le fort de Danrit. Une coup des Allemands ? Non, l’émergence d’un engin d’acier enfoui au plus profond de la terre. Il se positionne dans le no man’s land et reste intact malgré le pilonnage de l’artillerie des deux camps. Sur des dessins de Vladetic, Nolane vient d’imaginer l’entrée d’un troisième belligérant : les Martiens. Français et Allemands vont devoir s’allier pour tenter de survivre. Original et spectaculaire.

➤ « La grande guerre des mondes » (tome 1), Soleil, 14,50 €

 

 

10/12/2016

BD : Baudouin sauve l’Occident

 

scott leblanc,geluck,devig casterman

Si Tintin avait eu un fils, ce serait Scott Leblanc. Le jeune journaliste français, bête comme ses pieds, devient le héros d’une série d’aventures aussi ridicules que rocambolesques. Ce reporter, spécialisé dans les ragots des célébrités et la vie des animaux, a déjà parcouru le monde dans les trois premiers albums écrits par Philippe Gelluck et dessinés par Devig. Après la Polynésie, les USA et l’Indochine, Scott se rend en Belgique pour interviewer le roi des Belges. L’action se déroulant dans les années 60 en pleine guerre froide, c’est le jeune Baudouin qui a les honneurs de la presse. Un roi convoité également par des comploteurs nazis. Ils l’enlèvent et le remplacent par un sosie pour permettre le retour au pouvoir de l’abominable Degrelle. Totalement farfelu, ce récit a pourtant un fond de réalisme. Mais le meilleur reste le total décalage entre l’importance de l’enjeu et la bêtise crasse du prétendu héros. Réjouissant.

➤ « Les aventures de Scott Leblanc » (tome 4), Casterman, 12 €

 

05/12/2016

BD : La force des premiers Américains, de véritables "Rebels"

 

rebels,urban comics,brian wood,mutti,amérique

La victoire de Trump à la présidentielle US est un signe du patriotisme fort de bon nombre d’Américains. Rebels, série écrite par Brian Wood et dessinée (entre autres) par Andrea Mutti, raconte comment de simples colons, paysans et chasseurs, ont décidé de se dresser face aux exigences de l’empire britannique. On suit ici Seth Abott, forestier membre des Green Mountain Boys, qui va harceler les tuniques rouges du roi Georges jusqu’à leur départ. Un gros récit de plus de 270 pages décrivant avec réalisme l’existence de ces hommes et femmes qui ont souvent payé de leur vie une certaine idée de la liberté.

➤ « Rebels », Urban Comics, 22,50 € 

 

04/12/2016

BD : Batailles en musique

 

funérailles,maudoux,anjama,freaks' squeele

Il est des dessinateurs qui ne font pas trop de bruit malgré un talent qui leur permettrait de clouer le bec à 95% des illustrateurs de la place. Florent Maudoux, efficace et rapide, a de plus développé son propre monde et n’en dévie pas. «Freaks’ Squeele» ne lui suffisant plus, il s’est lancé, toujours pour le Label 619, dans le récit de l’enfance de Funérailles. On retrouve dans ce troisième tome le jeune médecin occupé à creuser des tranchées pour y ensevelir tous les soldats morts. Il finira par rejoindre Pretorius, son frère, le futur grand guerrier. Son arme : un violon. Il affrontera les meilleurs tueurs de Psamathée de la Mantis et sa légende débutera. Très guerrier, ce cycle achevé, Florent Maudoux promet à ses lecteurs une suite shojo, soit plus spécialement destinée au public féminin.

➤ «Freaks’ Squeele Funérailles» (tome 3), Ankama, 14,90 €

 

 

03/12/2016

BD : Enfants seuls dans les limbes

 

seuls,limbes,gazzotti,vehlmann,dupuis

Série phénomène de ces dix dernières années, « Seuls » garde en haleine ses lecteurs grâce à une déferlante de péripéties. L’idée de départ de Fabien Vehlmann, le scénariste, est de placer cinq enfants seuls dans une ville déserte. Succès aidant, il a creusé l’idée, trouvé des explications et multiplié les situations désespérées. Deux cycles plus tard, «La machine à démourir», 10e titre de la série, lance un nouvel arc narratif. On retrouve tous les héros dans les limbes car morts presque au même moment. Séparés, ils ont des parcours très différents. On suit plus particulièrement Kelly, le plus jeune et naïf. Accompagné du Maître des couteaux, il trouve refuge dans un salon du jouet. Un vrai bonheur pour lui, mais rapidement il se retrouve avec une nouvelle ennemie et risque de perdre son dernier ami. Gazzotti au dessin fait toujours des miracles, entre horreur et pays des joujoux. Les fans pourront retrouver leurs héros, en chair et en os, le 8 février prochain, pour l’adaptation cinématographique de cet univers unique.

➤ « Seuls » (tome 10), Dupuis, 10,60 €

 

 

10:16 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : seuls, limbes, gazzotti, vehlmann, dupuis

28/11/2016

BD : Femme parfaite virtuelle

alex ada,luna,vaughn,delcourt,robot

 

Dans un futur proche, la vie quotidienne est rythmée par l’omniprésence des robots. Des humanoïdes plus vrais que nature qui servent à tout. Alex, le personnage principal de cette série de comics écrite par Sarah Vaughn et dessinée par Jonathan Luna, solitaire et introverti, a des difficultés pour s’intégrer. Sa grand-mère, riche et audacieuse, décide de lui offrit un X5, robot dernière génération totalement dévoué à son propriétaire. Un robot féminin en l’occurrence qu’Alex baptise Ada. Mais cette dernière est totalement dépourvue de personnalité. Son maître va s’aventurer dans les arcanes des réseaux de hackers pour « réveiller » sa conscience, pour la rendre indépendante, au risque de la perdre. Il y a un peu de « Her » dans cette BD très moderne, avec un peu de « Mr Robot » et un soupçon de « Blade Runner ». Le résultat est passionnant et donne envie de découvrir vite (parution en 2017) les deux autres tomes de la trilogie.

➤ « Alex + Ada » (tome 1), Delcourt, 15,50 €

 

 

10:20 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alex ada, luna, vaughn, delcourt, robot

27/11/2016

BD : La musique des Dieux

wicked,divine,rock,dieux,gillen,glénat

Le postulat de base de cette série très personnelle de Kieron Gillen (X-men, Star Wars…) est d’une simplicité extrême : les rockstars sont les nouveaux Dieux. Dessinée par Jamie McKelvie, « The Wicked + The Divine » raconte comment une simple groupie va se retrouver au centre d’un combat sanglant entre Dieux. Elle admire Luci (le clone de David Bowie) mais cette dernière se retrouve emprisonnée car suspectée d’avoir tué de simples mortels. Il y aussi l’intervention d’une simili Beyoncé, d’un Prince... Mais ces Dieux savent que leur temps est compté. Car s’ils sont adulés et célèbres, leur présence sur terre se limite à quelques années. Une immortalité qui passe par de multiples réincarnations. Pas toujours simple à comprendre, cette BD passionnera ceux qui connaissent leurs classiques rocks par cœur.

➤ « The Wicked + The Divine » (tome 1), Glénat, 17,50 €

 

10:15 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : wicked, divine, rock, dieux, gillen, glénat

26/11/2016

BD : Abba, source d’inspiration permanente

abba,vande wiele,steinkis,vraoum

Que l’on aime ou pas, on connaît forcément le groupe Abba. Super star des années 70, le quatuor suédois, avec ses tubes planétaires, a marqué plusieurs générations. Et au-delà si l’on en croit cet album signé de Maarten Vande Wiele, jeune auteur belge flamand, qui signe un roman graphique aux dessins stylisés et couleurs acidulées. De nos jours, dans une petite ville de la côte belge, trois jeunes viennent de créer un groupe de musique reprenant les grands succès d’Abba. Mais il leur manque une « Frida », la chanteuse brune. AnneLène, vendeuse dans un magasin d’habits, chante à l’occasion. Elle vient de quitter son mec, déprime un peu et se dit que faire partie de ce groupe de passionnés ne peut pas la faire tomber plus bas. L’album raconte de façon très humaine la formation du groupe, les galères du début, les premiers succès et les tensions. Car comme dans la véritable histoire d’Abba, des histoires de coucheries perturbent la bonne marche de la machine à danser. Très rafraîchissant et authentique, une BD qui vous remettra Money ou Waterloo en tête…

➤ « Abba cherche Frida », Vraoum, 20 €

 

 

11:36 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : abba, steinkis, vraoum, vande wiele

21/11/2016

BD : Vincent, un saint au temps des mousquetaires

vincent,saint,jamar,dufaux

Martin Jamar, dessinateur maniant la couleur directe comme personne, n’a quasiment travaillé que sur des scénarios de Jean Dufaux. Une équipe rodée qui, après des séries longues, semble avoir cherché plus de légèreté dans « Vincent », épisode de la vie de Saint Vincent de Paul dans ce Paris de 1643. Le saint homme, à l’époque, n’est qu’un simple prêtre, fondateur de la première Confrérie de la Charité. Aider les pauvres, voilà son sacerdoce au quotidien. Ce long album de plus de 60 pages, suivi d’un texte d’éclairage historique, raconte comment Vincent aide filles de la rue, enfants abandonnés et clochards au passé sombre. Sans distinction, juste au nom de cette charité qui déjà à l’époque donnait bonne conscience aux puissants et privilégiés.

➤ « Vincent », Dargaud, 21,50 € 

 

09:36 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : vincent, saint, jamar, dufaux

20/11/2016

Cinéma : Polina, tiré d'une BD de Bastien Vivès

polina,vives,casterman

Il fait partie des dynamiteurs de la bande dessinée actuelle. Bastien Vivès comme nombre d’auteurs de sa génération a débuté par un blog. Des histoires courtes, souvent avec le même dessin répétitif, et des dialogues entre surréalisme et absurde. Un ton unique, rapidement repéré par les éditeurs, notamment Casterman. Son dessin entre brouillon et estampe, lui permet d’enchaîner les romans graphiques à succès. « Le goût du chlore », « Dans mes yeux » puis le très réussi « Polina ». Bastien Vivès, invité d’Augustin Trapenard sur France Inter le 2 novembre, a reconnu avoir eu « très très peur » de voir l’adaptation de sa bande dessinée au cinéma. « Mais je peux dire que je l’aime », a-t-il ajouté aussitôt. Surfant sur le succès, Bastien Vivès travaille désormais en équipe. Il a publié « La grande Odalisque » (Dupuis), sorte d’hommage intello au dessin animé « Cat’s Eye » puis « Lastman » (Casterman), manga à la française qui vient de s’achever avec le 9e tome avant d’être adapté en dessin aimé si la campagne de crowfunder est un succès.  

 

19:25 Publié dans BD, Film | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polina, vives, casterman

BD : les aventuriers du passé du "Chronosquad"

 

chronosquad,panaccione,albertini,delcourt

Efficacité, lisibilité, rapidité. Le premier tome de « Chronosquad », nouvelle série dessinée par Panaccione sur un scénario de Giorgio Albertini se dévore malgré ses 240 pages très copieuses. Et si vous refermez l’album, frustré de ne pas en connaître immédiatement la suite, rassurez-vous la saga (qui fera au total plus de 800 pages) sera bouclée dans l’année, l’épisode 2 étant programmé dès janvier. Dans un futur proche, la mode sera de passer ses vacances dans le passé. Des voyages dans le temps, surveillés par les agents du Chronosquad, sorte de police d’élite qui, en plus de connaissances en armes et combat au corps à corps, doit être experte en Histoire et langues anciennes. Bloch Telonus, va enfin intégrer cette institution. Spécialiste du Moyen âge il est pourtant expédié en Égypte ancienne. Deux jeunes viennent de fuguer d’un camp de vacances. Deux adolescents, avec portables derniers cris, au milieu des tribus sur le Nil... Bloch, maladroit et un peu obsédé, va vite déchanter. Son rêve est un véritable cauchemar. Et visiblement, les voyages dans le passé ne forment pas la jeunesse.

➤ « Chronosquad » (épisode 1), Delcourt, 25,50 €

 

19/11/2016

BD : "No Body", histoires d'un tueur

 

no body,nobody,de metter,soleil,quadrants

Les séries bouclées rapidement, comme des saisons de feuilletons télé, s’imposent dans le monde de la BD. Même des auteurs français se plient à ces exigences de rapidité. Christian De Metter, après avoir adapté des romans (Shutter Island et Au-revoir là-haut) se lance en solo dans un thriller américain. Tout commence dans une prison du Montana. Une jeune psychologue vient dresser le profil d’un homme de 57 ans accusé d’avoir tué et découpé en morceaux son coéquipier. Mais il a fait beaucoup plus selon ses dires. Mis en confiance il raconte comment il est devenu ce monstre à sang-froid, capable du pire. Le premier épisode se déroule durant les années 60, quand la jeunesse américaine se rebellait contre la guerre du Vietnam. Dessiné d’un trait nerveux avec juste ce qu’il faut de réalisme, la BD prévue en quatre volumes, bénéficie d’une mise en couleurs qui renforce le côté sombre du récit. Une belle réussite dont la suite est annoncée en avril prochain.

➤ « No Body » (épisode 1), Soleil Quadrants, 15,95 €

 

16/11/2016

De choses et d'autres : La super Lune est signée Hergé

hergé, tintin, lune, enchères

Entre 700 000 et 900 000 euros. Telle est l’estimation de la planche de l’album « On a marché sur la Lune » des aventures de Tintin et Milou mise en vente samedi à Paris par Artcurial. Près d’un million d’euros pour une feuille de papier de 50 cm de haut et 30 de large, recouverte de 12 cases dessinées en noir et blanc.

La société de ventes aux enchères explique dans son catalogue, après avoir décrit l’œuvre : « Cette planche peut se résumer tout simplement par « on a marché sur la Lune ! » Objectivement, je me demande si ce prix exorbitant est justifié. Car à la base, n’oublions pas qu’il ne s’agit que de bande dessinée, destinée à être publiée dans une revue puis en album. Une histoire déjà imprimée à des millions d’exemplaires. Réalisée en 1954, la planche n’est même pas signée par Hergé. Il se peut d’ailleurs qu’il n’en ait que supervisé la réalisation finale par les membres de son studio (à l’époque Bob de Groot, Jacques Martin ou Roger Leloup) sollicités pour redessiner les anciens albums mais également permettre au maître de tenir les délais.

Sans compter qu’il ne s’agit que d’un assemblage de cases, car la version album a dû être réduite pour rester dans les 62 pages classiques. Bref, même si ces dessins ont fait rêver des millions de gamins, il ne s’agit pas réellement d’un « original » de Hergé. Juste une douce folie pour un nostalgique suffisamment riche pour l’accrocher dans son salon. 

10:45 Publié dans BD, Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : hergé, tintin, lune, enchères