03/07/2016

BD : Les vagabonds aussi cherchent des trésors

 

 

annequin, ep éditions, vagabond, trajectoire, rennes-le-château

Road trip du nord au sud, « La trajectoire des vagabonds », roman graphique de Serge Annequin, débute près de Lyon, dans le massif du Pilat, pour s'achever à Rennes-le-Château, village audois de plus en plus célèbre dans tous les imaginaires. Banjo est en repérages. Ce jeune auteur, scénariste pour un producteur cinéma, cherche l'inspiration dans des lieux typiques. Il prend en stop Syd, une artiste finlandaise qui trace vers le Sud pour oublier ses déboires amoureux. Syd si belle, Banjo si mystérieux. Se peut-il, que l'un ou l'autre soit le tueur aux Post-it qui sévit dans la région ? Ambiance polar fantastique pour cette BD dessinée dans une fausse ligne claire minimaliste.

« La trajectoire des vagabonds », EP éditions, 16 euros

 

 

29/06/2016

BD : Spirou fait une overdose de femmes

 

spirou,fantasio,mariage,feroumont,seccotine,dupuis

 

Non seulement les héros de bande dessinée sont dans une très grande majorité des hommes, mais ils semblent tous avoir un problème avec les femmes. Prenez Spirou, le jeune groom imaginé par Rob-Vel et popularisé par Franquin. A part Seccotine, l'impétueuse journaliste, tout son entourage est masculin. Quand Benoît Feroumont propose de signer un album dans la collection « Le Spirou de... », il décide de radicalement féminiser cet univers. Si Fantasio se marie dans cet album, sa future épouse n'est qu'un élément dans une intrigue plus complexe se déroulant dans le milieu de la mode féminine. La méchante est une femme, la police est aussi représentée par une inspectrice, les victimes à aider une mère et sa fille, enceinte d'une fille. Et pour couronner le tour, Fantasio, rangé des affaires, est remplacé par la fameuse Seccotine qui va jusqu'à se mettre en colocation avec le jeune héros. Mais que va-t-il se passer dans la salle de bain quand ils vont se retrouver tous les deux en petite tenue ? Feroumont, brillant dessinateur particulièrement inspiré par les femmes, bouscule un univers trop sage. Sans aller trop loin cependant, mais ses quelques allusions coquines sont un régal pour les yeux et l'esprit.

« Le Spirou de... Benoît Feroumont : Fantasio se marie », Dupuis, 14,50 euros

 

 

 

22/06/2016

BD : "Amour austral", une romance aux antipodes

L'amour se moque des frontières. Jan Bauer, dessinateur allemand, pour oublier ses problèmes européens, se lance dans une randonnée au cœur du bush australien. Un parcours en solitaire. Il fuit les autres marcheurs, jusqu'à sa rencontre avec une Française qui semble aussi paumée que lui. Ils vont faire un bout de route ensemble. Jusqu'à partager la tente au cours de nuits glaciales qui vont vite devenir torrides. Parenthèse amoureuse, loin de tout, Jan voudrait que cela se prolonge. Mais la fille est trop sauvage. Pour se remettre de cet amour brisé en plein vol, le dessinateur a reproduit son périple au lavis en noir et blanc. 240 pages tendres et dépaysantes

"Amour austral", Warum, 20 euros

 

21/06/2016

BD : Pères impurs et manque...

peyraud,djian,futuropolis

Jean-Philippe Peyraud, après avoir adapté plusieurs romans de Philippe Djian, se lance en solo sur un long roman graphique que l'auteur de "No" ou "Mise en bouche" ne renierait certainement pas. Robinson, quadra désinvolte, vivote en tentant de sauver son magasin de vente et de location de DVD. Célibataire, il multiplie les conquêtes grâce à son bagout sur un site internet. Il vient de passer la nuit avec Amandine, jeune femme aux formes avantageuses. Elle se réveille seule, mais heureuse de revoir sa copine Charlène de retour d'Amérique du Sud. Cette Française revient à Paris pour rencontrer son père. Un père indigne qui a abandonné mère et fille à la naissance. Des retrouvailles sous forme d'enquête policière. Son seul indice : il tient un vidéo-club... En multipliant les personnages et les intrigues entrecroisées, Peyraud transforme sa BD en une sorte de sitcom déjantée, avec rebondissements et fausses pistes à la pelle. 192 pages menées de main de maître et qui pourraient bien se prolonger dans un second tome.

« L'inversion de la courbe des sentiments", Futuropolis, 26 euros

 

07:19 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : peyraud, djian, futuropolis

14/06/2016

BD : Lennon : du rêve au cauchemar

Nouvelle collection thématique. Sur le concept simple de "J'ai tué... », des scénaristes se penchent sur les grands faits divers d'hier et d'aujourd'hui. Après Marat ou Abel, Rodolphe raconte comment Mark Chapman, un jour de décembre 1980 a tiré sur une légende vivante de la musique. "J'ai tué John Lennon" se focalise sur les derniers jours de ce gros Américain, horriblement frustré, devenu un meurtrier juste pour devenir aussi célèbre que sa victime. Gaël Séjourné s'est chargé de l'illustration de cette descente aux enfers, inéluctable. Chapman est un tueur en puissance qui fait régulièrement des rêves de gloire. Il s'imagine membre des Beatles. Adulé par les fans, riche, l'égal de John Lennon... Rêves qui se transforment en cauchemar. Il n'est rien. Et décide donc de se venger.

"J'ai tué John Lennon", Vents d'Ouest, 14,50 euros

 

13/06/2016

BD : Femme au foyer experte en lames

Ne vous fiez pas aux apparences. Josie Schuller a tout de la parfaite femme d'intérieur. Mariée à un bon Américain, mère de deux ravissantes petites filles blondes comme les blés, elle sait parfaitement organiser de cocktails quand son mari reçoit ses collègues de boulot. Mais Josie est également experte en maniement du couteau. Pas pour éplucher des légumes. Pour tuer. Vite et discrètement. Sous couvert de bénévolat, la jolie jeune femme, aux airs de sorcière bien aimée (l'action se déroule dans les années 60), va remplir ses contrats de tueuses à gages. Imaginées et dessinées par Joëlle Jones (avec l'aide de Jamie S. Rich au scénario), les aventures de "Lady Killer" sont très divertissantes. L'opposition entre la gentille mère de famille et rageuse tueuse fait merveille. Le tout dans un style délicieusement rétro et un peu kitsch.

"Lady Killer" (tome 1), Glénat Comics, 15,95 euros

 

 

12/06/2016

BD : Baltimore, ses flics, ses crimes

Avant d'écrire le scénario de la série "The Wire", David Simon a été reporter. Il a notamment couvert les faits divers dans la ville de Baltimore. Durant l'année 1988, il a suivi tous les inspecteurs de la section des homicides de cette grande ville américaine, gangrénée par le trafic de drogue. Philippe Squarzoni, connu pour ses reportages dessinés, se lance dans l'adaptation de "Homicide" tiré des chroniques de Simon. On est à 1 000 lieues des "Experts" et autres séries télévisées américaines. À Baltimore, les flics chargés de résoudre les homicides sont surchargés de boulot. Trop souvent les affaires restent non résolues car impossible de trouver un témoin. Le mensonge est systématique. Ce sont donc des portraits d'hommes frustrés mais pas encore totalement découragés qui se succèdent dans ces 120 pages retraçant seulement un mois d'enquêtes. Et même si les faits datent de près de 30 ans, cela permet de mieux comprendre cette Amérique, violente, pauvre et abandonnée.

"Homicide" (tome 1), Delcourt, 16,50 euros

 

08/06/2016

BD : Un mercredi tendre et émouvant

mercredi, espagne, steinkis

Ce n'est pas une maison mais tout un immeuble qui est au centre de l'album « Mercredi », Juan Berrio, auteur complet espagnol. Un jour de semaine comme les autres, avec ses occupations routinières, l'extraordinaire et l'éternel recommencement de la vie quotidienne. Avec une virtuosité étonnante, l'auteur suit les différents habitants de l'immeuble, du jeune couple follement amoureux à la concierge maman poule en passant par le couple de petits vieux. Ils se lèvent, écoutent la radio, sortent, se rencontrent, vont faire leurs cours, déjeunent au restaurant, promènent leurs chiens. La douce poésie de la vie banale, de l'aventure au quotidien quand un voleur décide de sévir. L'amour frappe aussi en la personne d'une jolie touriste qui aime se faire photographier. Le dessin, ligne claire très stylisée, presque à angle droit, aux décors un peu de carton-pâte, donnent l'impression de se trouver dans une vieille comédie en noir et blanc. Une journée simple et finalement passionnante, avec au passage quelques très bonnes idées comme le dialogue sans cesse interrompu entre les deux jeunes amoureux.

« Mercredi », Steinkis, 15 euros

 

 

07/06/2016

BD : Souvenirs et maison en héritage

maison, espagne, héritage, paco roca, delcourt

Paco Roca, dessinateur espagnol, aime particulièrement se pencher sur la transmission des souvenirs. Il avait signé une remarquable BD sur la maladie d'Alzheimer (« La tête en l'air », adaptée au cinéma) et livre un peu de sa propre histoire dans « La maison ». Un album à l'italienne, aux dessins d'une grande douceur, comme la campagne méditerranéenne environnant cette résidence secondaire familiale. La première planche montre un vieil homme qui sort de sa maison. La suivante retrace une année d'abandon. On comprend qu'il est mort et que ce n'est qu'une année après le décès que les enfants viennent s'occuper de cette bâtisse qui symbolise tous leurs souvenirs d'enfance. Le premier à remettre les pieds dedans est l'écrivain. Il n'est pas manuel, n'a jamais trop apprécié son père, trop terre-à-terre. Le second est l'ainé, celui qui a hérité de la force de travail physique du patriarche. Il est remonté contre l'écrivain, toujours en retard et indécis. Enfin la petite dernière regrette surtout que son père n'ait pas pu profiter de sa petite-fille. Les trois se retrouvent dans la maison pour la remettre en état. Le projet : la vendre le plus vite possible. Mais cela ne va pas se passer comme prévu, comme si les souvenirs du lieu se révolté contre l'oubli. Sensible et juste. Plein d'espoir aussi.

« La maison », Delcourt, 16,95 euros

 

 

03/06/2016

BD : Petit troll et niche de chien

"La nuit des Trolls" d'Adrien Demont est un long roman graphique reprenant une vieille légende norvégienne. Alors que l'hiver fige la campagne, Buck, un chien qui ne quitte jamais sa niche (comme une carapace de tortue en bois), s'échoue sur le rivage. Il trouve refuge dans une chaumière occupée par un couple. La femme, catastrophée, vient de découvrir que son bébé a été échangé avec un petit Troll. Les paysans chargent Buck, gentil toutou, de rendre le petit Troll à sa famille et de récupérer l'enfant. Un long périple au cours duquel Buck va croiser la route d'animaux estropiés, de redoutables monstres et encore plus méchants Trolls. Le dessin sombre et granuleux d'Adrien Demont donne un côté ancien à ce long roman graphique de près de 80 pages.

"Buck", Soleil Métamorphose, 17,95 euros

 

08:40 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : buck, troll, demont, soleil

02/06/2016

BD : Ellana cherche ses racines

En signant "La quête d'Ewilan", Pierre Bottero s'était imposé comme le meilleur écrivain de fantasy française. Il prolongeait son univers avec les aventures de la fougueuse Ellana. Et puis une invention du diable (une moto) le fauchait à 45 ans. L'écrivain n'est plus, mais ses œuvres restent et tout en étant régulièrement rééditées par les éditions Rageot, elles sont désormais adaptées en BD. Le premier tome d'Ellana, scénarisé par Lylian et dessiné par l'Espagnole Montse Martin au trait si élégant, présente l'histoire de cette petite fille dont les parents, massacrés par des sauvages, et est recueillie par des lutins de la forêt. Elle grandit insouciante dans cet univers merveilleux, mais devenue adolescente elle décide de rejoindre le monde des Humains pour en savoir plus sur ses origines. Au-delà des aventures, c'est surtout le personnage de la jeune fille qui séduira les lecteurs de tous âges.

"Ellana" (tome 1), Glénat, 14,95 euros

 

01/06/2016

BD : La justice expéditive du Bourreau

Dans le Paris grouillant du Moyen âge, la justice est expéditive. Son bras est incarné par le Bourreau, mystérieux personnage masqué, capable de retrouver les tueurs et autres malandrins pour leur faire payer le prix fort. Cette histoire de Mathieu Gabella mise en images par Julien Carette a des airs de super-héros historique. Mais l'intrigue se révèle bien plus complexe. Ce Bourreau n'est que le bras armé de notables qui font la pluie et le beau temps. Il tue sans poser de questions, invincible tant qu'il reste anonyme. Le récit se déroule sur deux niveaux temporels. Lors de la mission du Bourreau pour châtier les tueurs d'une noble dame et 20 ans auparavant, quand il a été recruté par le précédent exécuteur masqué qui lui a appris les rudiments du "métier". Un soupçon de fantastique avec l'apparition d'un Bouffon justicier donne à l'ensemble un attrait certain, dans la lignée de l'autre série de Gabella, "La Licorne".

"Le Bourreau" (tome 1), Delcourt, 14,95 euros

 

 

09:29 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : delcourt, bourreau, gabella, carette

26/05/2016

BD et cinéma : Le géant et l'effeuilleuse

galandon, blier, bamboo

Le cinéma, avant l'invention du parlant, était un spectacle qui faisait déjà rêver des milliers d'amateurs. Cette bande dessinée écrite par Laurent Galandon et dessinée par Frédéric Blier raconte comment, en 1920, un simple clerc de notaire de province plaque tout pour aller vivre son rêve à Paris : écrire et réaliser des films. Célestin a cependant un handicap : son apparence. Géant obèse, pourtant doux comme un agneau, il découvre les difficultés du milieu et tombe amoureux d'une apprentie actrice, une stripteaseuse vedette d'un petit film montré à la sauvette. Pour la conquérir, il va lui écrire un rôle dans un film 'normal'. Une jolie romance complétée par un excellent dossier sur la naissance du cinéma, confectionné par l'Institut Lumière de Lyon.

"La parole du muet", (tome 1) Bamboo, 13,90 €

 

10:51 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : galandon, blier, bamboo

BD : Tu seras une voleuse, ma fille

Trop souvent, les parents ne conçoivent pas que leurs enfants ne marchent pas sur leurs traces professionnelles. La jeune Clémence est désespérée. Fille de deux voleurs de la Guilde, elle n'a pas le choix et devra elle aussi apprendre à voler aux riches. Une vie de clandestinité, à chaparder dans les magasins, cambrioler les particuliers et braquer les banques. Elle suit un cursus scolaire hors norme, dans une école cachée dans les égouts de la ville. Mais Clémence n'est pas comme ses camarades de classe. Elle veut être honnête, apprendre la géographie, la biologie et même la géopolitique. Clémence fait le désespoir de ses parents. La nuit, la fillette fait le mur. Pour aller à la bibliothèque, apprendre tout ce que la Ligue des voleurs ne veut pas qu'elle sache. Le scénario de Maïa Mazaurette (illustré par Dagda) est particulièrement futé car il inverse les codes : l'héroïne aspire à une vie tranquille et rangée, alors qu'elle a la chance (du moins pour les jeunes lecteurs) de vivre la grande aventure au quotidien.

"La ligue des voleurs" (tome 1), Jungle, 12 euros

 

09:03 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mazaurette, dagba, voleurs, jungle

25/05/2016

BD : Le vieux boucher et la fillette

Préparez vos mouchoirs. Zidrou raconte une histoire émouvante et triste, mise en images (en lumière plus exactement) par Arno Monin. "L'adoption" embarque le lecteur dans une de ces relations si fortes qu'elle a la puissance à sa lecture de faire disparaître tout le quotidien autour de soi. Gabriel est un vieux monsieur un peu bougon. Boucher toute sa vie, il fête cette année ses 75 ans. Dans son pavillon de banlieue, il passe le temps entre soirées télé, jardinage, sorties avec les vieux copains et bavardages complices avec sa femme. Il a tout pour être heureux. Une fille qui fait de la politique, un fils... courtier en assurances. Gabriel aurait voulu qu'il reprenne la boucherie, mais le sang ce n'est pas pour Alain. Marié, il n'arrive pas à avoir un enfant avec son épouse. Alors, à la "faveur" d'un tremblement de terre meurtrier au Pérou, ils partent sur place et reviennent avec Qinaya, petite orpheline de quatre ans. Accueil glacial du Papy. Amour débordant de la Mamy. Et comme les parents travaillent tous les deux, pour économiser les frais de baby-sitter, Qinaya va souvent passer des journées, voire des semaines chez ses grands-parents. L'essentiel de l'album raconte cette rencontre magique entre le vieux monsieur et la jeune orpheline. Une tendre complicité au fil des jours, des jeux et des découvertes. Comme si l'ancien boucher, des années à rebours, voulait rattraper les moments qu'il n'a pas pu passer avec ses enfants, pour cause de surcharge de travail. Jusqu'au jour où... Les contes de fée n'existent plus dans notre société. Le tableau est trop beau. Le drame s'invite et on ne peut s'empêcher d'écraser une larme à la fin de l'album, impatient de connaître la suite des aventures de Gabriel et de Qinaya qui signifie "nuage" sur les hauts plateaux du Pérou.

"L'adoption" (tome 1), Bamboo Grand Angle, 14,90 euros

 

21/05/2016

BD : L'autre mort de Thor

Walter Simonson a longtemps été le dessinateur attitré de Thor, le dieu nordique transformé en super héros dans la galaxie Marvel. Son talent et son originalité lui ont permis de se lancer dans des recherches plus personnelles. Dans la préface du premier tome de "Ragnarök", il raconte comment lui est venue l'idée de raconter la renaissance du Dieu de Pierre. Thor, enchaîné, est vulnérable. Une elfe aidée de plusieurs assassins, tente de le tuer. Mais il parvient à se libérer et massacre ses agresseurs. Thor, laissé pour mort depuis des siècles, n'a plus la beauté et la force d'antan. Son visage fait plus penser à un zombie qu'à un dieu nordique. Ses adversaires se mobilisent pour l'éliminer. Définitivement. L'histoire qui mélange plusieurs légendes nordiques dont le fameux Ragnarök (la fin du monde) n'est qu'un prétexte pour Simonson à dessiner combats, trolls, elfes et autres dragons dans des décors à couper le souffle. Grandiose.

"Ragnarök" (tome 1), Glénat Comics, 16,95 euros

 

10:50 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : thor, ragnarok, simonson, glénat

20/05/2016

BD : La fin du monde dans un grand éclat de rire

Vous aimez les zombies de la série télé "Walking Dead" ? Vous allez adorer ceux de la bande dessinée "Walk of the dead" de Ztnarf (dessin), Lapuss (scénario) et Tartuff (couleurs). Mais n'espérez pas avoir peur en lisant les péripéties de ce groupe de survivants dans une Amérique envahie de morts-vivants avides de cervelle fraîche : la parodie est dans chaque dessin, un éclat de rire en fin de toutes les planches. Tous les codes des meilleures histoires sont repris dans ces 100 pages format comics : le savant fou, plus intéressé par son singe jouant de la polka que de chercher un remède à son virus mutant hors de contrôle, un shérif, obsédé sexuel, totalement idiot, qui tente de draguer au volant de sa voiturette électrique, une bimbo à gros seins, un prisonnier noir, trop sentimental et trop tueur en série, un enfant handicapé (il est roux...) et un survivaliste, encore plus dangereux que les hordes de zombies. Sans aucune morale ni limite, cette série comique fera plaisir à tous les amateurs de gros délire.

"Walk of the dead", Le Lombard, 12 euros

 

 

18/05/2016

BD : Jérôme K. Jérôme Bloche, redresseur de torts

Jérôme K. Jérôme Bloche est un des derniers détectives privés parisiens. Du moins le dernier qui est persuadé que pour mener ses enquêtes il doit porter un trench-coat et un chapeau, comme le Bogart de la grande époque. Aussi impulsif que maladroit, Jérôme vit dans le passé. Mais son grand cœur lui permet de vivre des aventures souvent mouvementées en compagnie de sa petite amie Babette, ravissante hôtesse de l'air. Dans le 25e tome de ses aventures intitulé "Aïna", il va secourir une jeune Africaine poursuivie par un colosse noir. Elle ne parle pas français, est terrorisée et se réfugie chez un curé, ami de Jérôme. Cette employée d'un diplomate africain semble cacher bien des secrets. Jérôme va tenter de les découvrir, à ses risques et périls. Le colosse a une excellente droite. La sortie de cette nouveauté s'accompagne du quatrième tome de l'intégrale en noir et blanc (et petit format) des aventures du héros imaginé par Dodier. 328 pages reprenant les tomes 19 à 24 d'une des séries les mieux dessinées de ces dernières années.

"Jérôme K. Jérôme Bloche" (tome 25), Dupuis, 12 euros

"Jérôme K. Jérôme Bloche" (intégrale 4 en noir et blanc), Dupuis, 24 euros

 

09:44 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jérôme, bloche, dodier, dupuis

12/05/2016

BD : Une Amérique rêvée

 

pouvoir innocents, Brunschwig , nouhaud, futuropolis

Dans 'Le pouvoir des innocents', Luc Brunschwig imagine une histoire parallèle aux USA. Dans son monde, dessiné par Nouhaud, Jessica, l'amie des pauvres, est devenue maire de New York. Son poulain Lou McArthur est élu gouverneur. Tout semble aller pour le mieux avec ces forces de progrès, mais en coulisses l'establishment ne supporte pas l'émergence de ce parti des petits. Et à l'élection présidentielle suivante, le candidat républicain, fils d'un ancien président qui tire toujours les ficelles, l'emporte sur le fil. Une série politique passionnante à lire d'urgence alors que la vraie présidentielle US se prépare activement pour novembre.

"Le pouvoir des innocents" (cycle 2, tome 4), Futuropolis, 13 euros.

 

11/05/2016

BD : Enquêtes savantes

savants, soleil, quadrants, carloni, blengino, copernic, paracelse

Avant Maigret, avant Sherlock Holmes, qui aurait pu endosser les habits d'un détective féru de science ? Luca Blengino (scénario) et Stefano Carloni (dessin) ont trouvé les héros parfaits. Ils imaginent que deux savants italiens de la Renaissance unissent leurs connaissances pour résoudre une énigme. Copernic, le vieux et Paracelse, le jeune, sont réquisitionnés par la milice pour tenter de démasquer le meurtrier d'un professeur de l'université de Ferrare. Entre l'astrologue et l'alchimiste, le courant ne passe pas toujours mais leurs grandes connaissances permettront de résoudre cette mystérieuse histoire de plomb transformée en or.

"Les savants" (tome 1), Soleil Quadrants, 14,95 euros.