24/08/2016

BD : Renoir et ses deux muses

 

renoir,peintre,dodo,ben redis,glénat

La collection « Les grands peintres » loin d'être une simple encyclopédie, permet à des auteurs de BD de proposer des regards originaux sur ces maîtres du passé. Dodo et Ben Radis se penchent sur Renoir. Mais au lieu de raconter linéairement la vie d'un des précurseurs de l'impressionnisme, le couple parle des modèles. Pour peindre, un artiste a besoin d'une muse, d'un modèle qui l'inspire. Renoir en a eu deux qui ont beaucoup compté. En 1893, en pleine remise en question de son style, il reçoit la commande de deux toiles. Suzanne Valandon posera pour « Danse à la ville », Aline Charigot pour « Danse à la campagne ». L'histoire de ces deux toiles, les rivalités des deux femmes et l'amour très partagé de l'artiste est au centre de cet album d'une grande érudition. On croise également dans ces pages Satie, Cézanne et Monet en plein déménagement vers Giverny.

« Renoir », Glénat, 14,50 €

 

09:14 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : renoir, peintre, dodo, glénat, ben radis

23/08/2016

BD : "Red Skin", une héroïne en rouge vif

 

red skin,dorison,dodson,glénat

Capitalistes numérotez vos acabits, « Red Skin », la justicière communiste débarque aux USA. Écrite par Xavier Dorison et dessinée par Terry Dodson, cette série entre humour et glamour, brocarde les histoires de superhéros et les bondieuseries américaines. Red Skin c'est Véra Yienikof, espionne au service de l'URSS à la fin des années 70. Envoyée en mission en Californie, elle doit favoriser la signature du traité de désarment Salt. Sa couverture ? Assistante d'un réalisateur de films pornographiques. Un rôle loin de déranger la belle soviétique qui, en dehors de siroter de la vodka, aime particulièrement faire l'amour où et quand et avec qui elle veut. Sur son chemin se dresse Le Charpentier, catholique intégriste. Un combat homérique l'oppose donc à la justicière communiste armée d'un marteau et d'une faucille. Ce récit plus savant qu'on ne le croit, bénéficie des dessins de Dodson, expert en jeunes femmes dénudées pour le plaisir des yeux de ses nombreux lecteurs esthètes (et un peu salaces...).

« Red Skin » (tome 2), Glénat, 14,50€

 

09:09 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : red skin, dorison, dodson, glénat

22/08/2016

BD : LE VIEUX TUEUR RÉCALCITRANT de "Polar venu du froid"

polar, santos, Glénat

Virtuose, Victor Santos l'est, sans conteste. Ce dessinateur espagnol, renommé aux USA pour ses nombreux comics, se lance en solo dans un projet plus personnel. Si le scénario est basique (un ancien agent tueur est traqué par son employeur), le résultat graphique est époustouflant. Sur un format à l'italienne, les 176 pages sont une accumulation de bagarres, combats et duels au découpage très cinématographique. Et pour renforcer le tout, Santos rajoute de grosses zones rouges sur ses images tout en ombres. La violence n'en est que plus prégnante, l'action plus mouvementée, l'angoisse au maximum. Le héros, Black Kaiser, est à la limite de la caricature. Mais qui n'a jamais émis des doutes sur les capacités d'un James Bond, Jason Bourne et autre Ethan Hunt ? En fait, pour que cela marche, il faut forcer le trait. Santos est un véritable cador dans cette pratique.

« Polar, venu du froid » (tome 1), Glénat, 15,95 €

 

10:44 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : polar, santos, glénat

17/08/2016

BD : DES NAZIS POUR RASER NEW YORK

yann,dent d'ours,dupuis,henriet

 

A la croisée de l'uchronie et du récit historique, le quatrième tome de la série « Dent d'ours » fait de nouveau planer la menace nucléaire sur New York. Hitler vient de se suicider, Russes et Américains s'enfoncent dans l'Allemagne, mais des fanatiques veulent continuer le combat. Pour l'honneur. Ils veulent lancer un engin de mort sur la principale ville des USA et il leur faut une pilote d'exception.

yann,dent d'ours,dupuis,henriet

Ce sera Hanna, la jeune héroïne de l'histoire écrite par Yann et dessinée par Henriet. Elle a perdu son ami Max, et Werner, le troisième larron de la bande, passé du côté des alliés, a pour mission de l'abattre. Mais l'amour... Une superbe série entre romantisme gothique et invention aéronautique. Un feuilleton palpitant plein de rebondissements. Vivement la suite.

« Dent d'ours » (tome 4), Dupuis, 14,50 €.

 

09:31 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : yann, dent d'ours, dupuis, henriet

DE CHOSES ET D'AUTRES : Tintin, héros éternel (3/3)

 

tintin,hergé,cinéma,adaptation,gildas,spielberg

 Si Tintin est parvenu à conquérir la planète, donnant ainsi l'occasion au général de Gaulle de prononcer cette sentence savoureuse "Mon seul rival international, c'est Tintin", le succès des albums n'explique pas tout. Hergé, à l'image d'un Walt Disney, comprend rapidement que cette notoriété représente une seconde mine d'or. Il verrouille l'image du jeune reporter et embauche d'excellents dessinateurs pour réaliser publicités et autres produits dérivés.

Une exclusivité prolongée par la société Moulinsart, toujours vigilante (et parfois très procédurière selon ses nombreux détracteurs) quant à l'utilisation de la fameuse ligne claire popularisée par le dessinateur belge. Ensuite, partout où la BD n'est pas élevée au rang d'art populaire, on trouve des adaptations : dessins animés originaux comme "Le lac aux requins" ou films plus ou moins réussis (Les oranges bleues et la Toison d'or dans les années 60). Le succès vient surtout de l'adaptation fidèle des albums en dessins animés pour la télévision. Une série toujours au programme cet été chaque vendredi soir sur 6ter, chaîne de la TNT.

Enfin arrive Steven Spielberg en 2011. Il met des années à réaliser "Le secret de la Licorne". Succès public mais critiques négatives. Depuis, calme plat. Peter Jackson, producteur du premier film, pourrait réaliser le second qui serait tiré de "L'affaire Tournesol"... ou du "Temple du Soleil". Mais, délais de fabrication obligent, la sortie en salles n'aura pas lieu avant 2020. Quatre ans, dérisoire pour une saga lancée en 1929 ! 

 

16/08/2016

BD : UN CANCRE PLEIN DE RESSOURCES

Petit rappel pour les adultes qui ont oublié ce temps béni des dieux : depuis début juillet ce sont les vacances scolaires ! De loin la période préférée de l'élève Ducobu. Il peut officiellement faire ce qu'il aime le plus : dormir ou lire des BD toute la journée. Mélangeant gags d'une planche et histoires plus longues de quelques pages, ce recueil titré « Système D » permet à Zidrou de revenir sur quelques unes de ses marottes comme la dictée savante, les clichés sur le métier d'enseignant ou la hantise des cahiers de vacances. On apprécie particulièrement les trouvailles sur les piscines. Par contre Léonie Gratin, vit très mal ces deux mois qui lui offrent moins d'occasions de martyriser son cancre préféré dessiné par Godi.

« L'élève Ducobu » (tome 22), Le Lombard, 10,60€

 

10:59 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ducobu, lombard, godi, zidrou

15/08/2016

BD : De l'or chez de drôles de trolls

trolls, troy, arleston, mourier, soleil

Les trolls aiment leur tranquillité. Les héros d'Arleston et Mourier, un peu à l'image des Gaulois d'Astérix, n'apprécient pas que des inconnus s'approchent trop de leurs maisons. Sauf s'ils sont dodus et tendres sous la dent, bien évidemment. Dans ce 21e épisode de leurs aventures, ce sont des chercheurs d'or qui, grâce à un quiproquo, obtiennent le protection des amis de Waha.

trolls, troy, arleston, mourier, soleil

Immédiatement une ruée sur l'or se déclenche dans les environs et une partie des trolls devra trouver refuge au plus profond des marais pour éviter les sorts des sœurs Shanelle et Erwicque. Le salut viendra d'un dragon, transformé en drone lanceur d'engins par Waha, toujours très imaginative. Un album divertissant, avec quelques gags très osés (la maison de Profy) et des dessins un peu plus réalistes de Mourier quand le dragon fait son entrée en scène.

« Trolls de Troy » (tome 21), Soleil, 14,50 €

 

 

08:02 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : trolls, troy, arleston, mourier, soleil

09/08/2016

BD : épouvantail des ténèbres

rumble, harden, arcudi, glénat

Méfiez vous des apparences. Ce clodo qui baratine ivre au comptoir du bar de Bobby cache des secrets inavouables. Mais l'heure du jugement est venu. Un épouvantail armé d'une immense épée fait irruption dans le magasin et découpe un bras du vieillard. Bobby, d'un coup de batte de base-ball, assomme l'apparition et récupère l'arme. Mal lui en prend. Des monstres vont se lancer à sa poursuite pour la récupérer. Écrite par John Arcudi et dessinée par James Harden, cette série entre fantastique et époque contemporaine, raconte comment Rathraq, l'épouvantail vengeur, va s'allier à Bobby et son pote Del, geek dégénéré, pour terminer sa mission. Un premier tome de 160 pages entre humour et horreur.

« Rumble » (tome 1), Glénat Comics, 15,95 €

 

08:34 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : rumble, harden, arcudi, glénat

08/08/2016

BD : Un nain en colère

nain, powell, goon, delcourt

Dans la vie, il y a les gens normaux (la grande majorité), un petit nombre de chanceux à qui tout réussi et quelques rebuts de la société. Le héros de « Big Man Plans » d'Eric Powell est un nain. Orphelin, abandonné par sa tante, il est tyrannisé dans un dispensaire. A sa majorité, il veut servir son pays, mais l'armée US le rejette. Il est cependant repêché par un service secret. En pleine guerre du Vietnam, il faut des petits gabarits capables d'explorer les tunnels des Viets. Il y apprend à tuer à main nue, sans pitié. De retour à la vie civile, il devient alcoolique. Mais son art de la guerre lui permet de ne plus se faire harceler. Au contraire, c'est lui qui fait peur un marteau à la main. Sombre et pessimiste, ultra violente et sans morale, cette BD de l'auteur du « Goon » est réservée à un public averti.

« Big man plans », Delcourt Comics, 15,50 €

 

 

08:15 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nain, powell, goon, delcourt

07/08/2016

BD : reprise en abîme du comics "Airboy"

 

Quand un personnage de légende tombe dans le domaine public, certains éditeurs se précipitent pour lui faire vivre de nouvelles aventures à moindre coût. James Robinson, scénariste renommé aux USA, n'a pas le choix. Il doit trouver des idées pour relancer la carrière d'Airboy, un super héros américain, pilote d'avion combattant les nazis. Peu enthousiaste, Robinson décline puis pose ses conditions : il choisit son dessinateur (Greg Hinkle) et raconte en parallèle leur collaboration. Résultat un comics de 160 pages avec de l'action, du sexe et de la réflexion. Incapables de se concentrer dans un motel, les deux compères vont en virée dans une boîte de nuit. Alcool, drogues, prostituées : il se font la totale et au pire moment sont rejoint par Airboy en personne. Choc des générations et des cultures, interrogations métaphysiques, transfert des auteurs dans le monde du héros : Robinson explore avec une invention de tous les instants tous les possibles de cette reprise loin de ses classiques Batman et autres 4 Fantastiques.

« Airboy », Jungle comics, 17 € 

 

 

02/08/2016

BD : Manara soft

Autre dessinateur italien spécialiste des histoires érotiques, Manara est lui toujours actif. Il vient de vendre des toiles de Brigitte Bardot au temps de sa splendeur. Et son œuvre est rééditée dans une collection qui lui est dédiée. Nouvel opus avec ces « Odyssées initiatiques » reprenant « L'homme des neiges » et « L'homme de papier ». Mais attention, ces deux histoires sont excessivement sages. La première, sur un scénario de Castelli, évoque le Yéti. Pas une seule femme à l'horizon. Beaucoup de spiritualité à la place dans cette BD datant de 1979. La seconde histoire, assez déjantée, voit l'apparition d'une indienne peu vêtue, mais rien à voir avec le « Déclic ». Reste de superbes dessins dans les neiges éternelles ou le désert américain.

« Odyssées initiatiques », Glénat, 19,50 €.

 

 

01/08/2016

BD : Anita de Crepax, ultra branchée

 

Guido Crepax a longtemps été le meilleur dessinateur de BD érotique au monde. Ses séries, souvent publiées dans Charlie Mensuel, étaient de véritables odes à la beauté des femmes. Ses séries portaient le prénom de l'héroïne fort dévêtue. Il y a eu Valentina mais aussi Justine, Bianca ou Belinda. Sans oublier Anita dont les quatre albums viennent d'être réédités dans la collection Erotix de chez Delcourt. Anita, secrétaire, est fascinée par la télévision. Le soir, seule chez elle, elle fixe l'écran et plonge dans des rêves érotiques. Elle sera aussi fascinée (et très excitée) par le téléphone ou les ordinateurs à une époque où internet n'était même pas inventé. On admirera le talent de visionnaire de Crepax en plus de son talent de dessinateur absolument sans concurrence quand il s'agit de dessiner une chute de reins ou le galbe d'un sein.

« Anita » (intégrale), Delcourt, 22,95€

 

31/07/2016

BD : SKY-DOLL, JOLIE POUPÉE

 

Il a fallu une sacrée dose de patience aux fans de la série Sky-Doll de Canepa et Barbucci. Après trois albums, silence durant dix ans avec la scénariste occupée par son rôle de directrice de collection. Barbucci a lui signé plusieurs albums d'Ekhö, peaufinant son trait onctueux. Nouveau départ donc pour la jolie Noa, androïde construite pour nettoyer les astronefs mais qui a pris le large, consciente de ne pas être qu'une machine. Réfugiée sur la planète Sudra, elle améliore le quotidien en monnayant son don: celui de ressusciter les morts. Mais son concepteur retrouve sa trace. Cette série de science-fiction, totalement atypique, propose aliens originaux, explications métaphysiques (pas loin des histoires à la Jodorowsky) et surtout des dessins et des couleurs d'une extraordinaire beauté. Il existe même une version luxe grand format en noir et blanc pour les esthètes.

« Sky-Doll » (tome 4), Soleil, 14,95 €

 

 

09:26 Publié dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sky-doll, canepa, barbucci, robot, soleil

26/07/2016

BD : Humour décalé à base de chaussons aux pommes et de savant fou

 

Un peu dans le même format et le même esprit que le « Vaisseau Spécial », le recueil de gags signés Kaze Dolemite est lui aussi une mine de rires décalés. Le dessin est, là aussi, minimaliste, les dialogues essentiels et les personnages encore plus caricaturaux. Un riche savant part à l'aventure dans un ballon dirigeable avec son équipage. Presque du Jules Verne, si on oublie que la priorité du professeur est de faire provision de chaussons aux pommes. Et là aussi, il y a une héroïne à forte poitrine, source de tous les fantasmes de l'équipage. De l'humour sans limite, répétitif et brillant.

« Chaussons aux pommes et autres péripéties », Delcourt, 16,95 €

 

25/07/2016

BD : Humour intergalactique dans un "Vaisseau spécial"

 

vaisseau spécial,rambaud,vraoum!

S'il est un genre qui passe parfaitement en BD, c'est bien l'humour absurde. On prend une situation classique (le départ d'une mission spatiale pour les confins de l'univers) et en avant les gags. Dans un graphisme minimaliste de ligne claire niveau CE2, Yann Rambaud embarque le lecteur dans un vaisseau spatial délirant. Entre le capitaine pas très futé, un second obsédé par le ping-pong et un matelot totalement ignare, la mission est compromise. D'autant que l'équipage a totalement oublié de demander le but du voyage. Plus de 80 gags avec en plus un faire-valoir sexy, des robots au destin grandiose, un extraterrestre difforme et un monstre mal-aimé. Un auteur au potentiel humoristique sans limite.

« Vaisseau spécial », Vraoum !, 14 €

 

 

24/07/2016

BD : Humour glacial extrême avec les élucubrations de Monsieur le Chien

 

Xavier, psychopathe, aime revêtir un maque en toile de jute pour signer ses forfaits. Enlèvements de femmes, tortures, massacres et autres ignominies constituent son quotidien. Xavier est exécrable et pourtant c'est le héros de cette série incroyablement comique sortie de l'esprit tourmenté de Monsieur le Chien. Si vous faites partie des gens qui admettent que l'on peut rire de tout, cette série d'histoires courtes parues initialement dans Fluide Glacial est pour vous. En 22 épisodes étalés sur une soixantaine de pages, place au pire avec d'entrée l'enlèvement de la jolie et pulpeuse Sandra. Mais l'intervention de voisins passionnés de poterie fait rater le coup. Tant pis, Xavier se contentera de Chloé. Il l'assomme dans les toilettes. Un peu trop fort. Elle meurt. Encombré du cadavre, il trouve une ultime solution de rechange en tombant sur Mélanie, étendue nue dans la forêt entourée de deux mâles en plein sommeil post-coïtal. Dessinée avec un réalisme très caricatural, on croise aussi le père de Xavier, un policier travesti et quelques enfants le soir d'Halloween. Du pur délire que ne renierait certainement pas le mentor de Monsieur le Chien, Gotlib en personne qui vient de fêter ses 82 ans

« L'homme au masque (en toile de jute) ». Fluide Glacial, 14 € 

 

19/07/2016

BD : Fred et Alexis remontent le temps

time is money, dargaud, pilote, fred, alexis, timoléon

Après 1968, le secteur de la bande dessinée jeunesse a littéralement été dynamité par quelques auteurs en mal de nouveauté. Avant que Gotlib, Brétécher et Moëbius ne quittent Pilote pour créer Fluide Glacial ou Métal Hurlant, quelques expérimentations ont pris place dans l'hebdomadaire des éditions Dargaud. Alexis, futur dessinateur de Superdupont, a illustré un scénario de Fred (Philémon) au propos pour le moins étrange. Un représentant de commerce s'associe à un savant fou pour tenter de faire fortune en voyageant dans le temps. Ils sont aussi bête et cupide l'un que l'autre. C'est plein de boucles temporelles inextricables digne des meilleurs récits surréalistes. Ces 200 pages sont exhumées en noir et blanc, comme pour mieux admirer la virtuosité d'Alexis, mort à 31 ans seulement.

« Time is money » (intégrale) Dargaud, 29 €

 

18/07/2016

BD : la difficile vie des immigrés

 

A New York, dans les années 30, trouver du travail n'est pas très compliqué. Sacha, émigré ukrainien, participe à la construction des gigantesques gratte-ciels. Un salaire de misère qu'il complète en gardant des chiens et en participant aux petites combines d'un lieutenant de la mafia locale. C'est dans ce cadre qu'il rencontre Magda-Lena, deux sœurs siamoises. La passion prend parfois d'étranges chemins si l'on en croit l'histoire concoctée par Régis Hautière. Amour fou, incontrôlable, impossible malgré toutes les bonnes volontés du monde. Un récit âpre et désenchanté mis en images (en abîme plus exactement) par le pinceau tourmenté de David François.

« Un homme de joie » (tome 2), Casterman, 13,95€

 

 

17/07/2016

BD : LA NOSTALGIE DES VACANCES EN FAMILLE

zidrou, lafèbre, beaux étés, dargaud, calanque

Envie de bonheur, de nostalgie, de vacances et de soleil ? Plongez sans hésiter dans le second tome de la la série « Les beaux étés ». Zidrou, scénariste du sensible, frappe une nouvelle fois très juste avec cette chronique sociale de la famille Faldérault. Le père, Pierre, dessinateur de BD, met une dernière touche à ses planches avant de rejoindre femme et enfants dans la vaillante 4L, prête à quitter la froide Belgique pour le soleil du Midi. En cette année 1969, c'est une calanque qui accueille pour quelques jours la famille. En racontant l'infiniment petit, les auteurs nous entraînent dans l'infiniment grand. Enfants poètes, parents rêveurs, rencontres étonnantes, décors féériques : tout, des dialogues aux dessins de Jordi Lafèbre, est à déguster lentement comme une bonne sieste sous un pin, au son des cigales.

« Les beaux étés » (tome 2), Dargaud, 13,99€

 

 

14/07/2016

BD : de la violence, du ring à la famille

boxe, vidéo, dodumentaire, kris, bailly, barbara Pellerin, futuropolis

Lecture croisée très enrichissante avec cet album de BD et le DVD documentaire l'accompagnant. D'un côté Barbara Pellerin, photographe et cinéaste, filme son père, ancien boxeur retraité. Mais en parallèle, Kris écrit un scénario sur les dessous de cette démarche, le tout illustré par Vincent Bailly. D'un simple film sur le monde de la boxe amateur, les auteurs se retrouvent à la tête d'un roman graphique sur les difficultés de communication entre une fille et son père. Une fille trop longtemps terrorisée par la méchanceté d'un papa capable des pires colères contre sa maman. De la violence des rings à la violence familiale il n'y a qu'un pas. Mais l'ensemble, à l'opposé d'un réquisitoire, est une belle déclaration d'amour posthume.

« Mon père était boxeur », Futuropolis, 20 €