14/04/2017

De choses et d'autres : Cannes en séries

Le cinéma a-t-il pris du plomb dans l’aile ? Hier, lors de la présentation de la sélection officielle du prochain festival de Cannes (du 17 au 28 mai), en plus des films d’habitués comme Michael Haneke ou Doillon, Ozon et Coppola (Sofia), les organisateurs ont annoncé la projection en exclusivité de deux séries télé. Loin des « Sous le soleil » ou « Riviera », abominations tournées dans les parages, les deux œuvres n’ont rien à envier en qualité aux films primés ces dernières années. Première à entrer en scène : Jane Campion. La saison 2 de « Top of the Lake » y sera présentée en intégralité. Cette histoire policière très sombre, tournée dans la Nouvelle-Zélande profonde, a remporté quantité de prix et un beau succès d’audience lors de sa diffusion sur Arte, co-productrice. En présence de son créateur David Lynch, la projection aux festivaliers chanceux des deux premiers épisodes de la saison trois de « Twin Peaks » représentera l’autre événement « télévisuel ». Considérée comme la première série qui casse les codes, « Twin Peaks » perd l’effet de surprise, mais le gé- nie de Lynch devrait toujours accomplir des merveilles. C’est dans la longueur, par définition, que les séries peuvent dépasser les films. Longueur pour développer la psychologie des personnages, pour mieux exploiter les décors ou les seconds rôles. Une série entre les mains d’un bon cinéaste c’est simplement plus de rêve, d’émotion, de surprises ou de rires.

13/04/2017

De choses et d'autres : futur logement vacant


Dans un mois, un logement va se libérer. Le président de la République française a pris pour habitude d’emménager dans le Palais de l’Élysée. La ou le vainqueur du second tour aura donc la possibilité de louer son actuelle demeure.
Cela a donné l’idée au site Likibu.com, « le 1er comparateur de location de vacances » d’estimer « les prix à la location auxquels pourraient être affichés les biens des candidats à l’élection présidentielle. » En s’alignant sur la moyenne des locations constatées pour les surfaces et lieux déclarés, on s’aperçoit que là aussi les écarts sont grands. Le jackpot et de très loin est remporté par François Fillon. Sa simple maison, présentée par le site comme un manoir, pourrait être louée 510 euros par nuit. Plus de 3 000 m2 habitables et un nombre considérable de chambres. Si le candidat de la droite l’emporte et fait le plein à la location durant les cinq années de son mandat, il pourrait empocher plus de 930 000 euros. De quoi, enfin, mettre un peu de sous de côté. Ou accepter, comme lui demandent des milliers d’internautes, de « rendre l’argent » des salaires des emplois présumés fictif de sa famille.
François Asselineau, propriétaire d’un 200 m2 en plein Paris, pourrait quant à lui récolter 410 euros par jour. Dormir chez Emmanuel Macron au Touquet coûtera au touriste « en marche » 146 € la nuit. Encore faudra-t-il qu’Emmanuel persuade son épouse Brigitte, propriétaire en son nom propre du bien immobilier.
Enfin pour Philippe Poutou la question ne se pose même pas : seul ouvrier candidat, c’est aussi le seul qui ne soit pas propriétaire et loue son logement... 

(Chronique parue le 13 avril en dernière page de l'Indépendant).

11/04/2017

De choses et d'autres : de l'efficacité des élus


« Paroles, paroles, paroles » dirait Dalida dont le 30e anniversaire de sa disparition sera commémoré début mai. Les politiques font beaucoup de promesses qui se transforment en paroles s’envolant au vent une fois les urnes remisées au placard. Pourtant, quand ils le veulent, les élus sont efficaces. Et rapides.
Prenez Patrick Ollier, maire de Rueil-Malmaison. Son sang n’a fait qu’un tour en découvrant dans la rue une campagne d’affichage pour un produit vaisselle. « Elu et efficace, c’est possible » proclament les publicités « Maison verte ». Le liquide vaisselle écologique vient de remporter le titre de « produit de l’année ». Sur le visuel, le flacon est ceint d’une écharpe tricolore. « Une vulgarisation anormale et populiste de la fonction d’élu » selon Patrick Ollier. Il ne supporte pas que l’on laisse entendre que les élus (lui en l’occurrence, membre du conseil municipal puis maire depuis 1974, passé par la case ministre et président de l’Assemblée nationale) ne produisent pas le travail escompté. Et il le prouve immédiatement puisqu’il a pris dans la foulée de sa déclaration indignée un arrêté pour faire retirer toutes les affiches « Maison verte » de sa ville.
Vous voyez que les élus sont efficaces. Ils dégraissent les panneaux publicitaires aussi bien que le produit vaisselle rend de nouveau nickel et comme neuves les casseroles les plus brûlées, de celles que l’on traîne depuis des années derrière soi. 
(Chronique parue le 11 avril en dernière page de l'Indépendant)

10/04/2017

De choses et d'autres : Seule la victoire compte


La politique, comme le sport, est une histoire de classement. Une seule place importe : la première. Si au soir du 23 avril prochain, ils ne restent plus que deux en lice - la course par élimination laissera 9 candidats sur le bord de la route - la victoire ne sera en aucun cas fêtée par celui qui, deux semaines plus tard, terminera second. Cruauté de la démocratie et de la majorité, une fois que les urnes ont parlé, un peu moins de la moitié des voix exprimées, celles qui se sont portées sur le perdant, partent à la poubelle et le vaincu aux oubliettes. 
Cela explique sans doute l’acharnement de certains (Mitterrand et Chirac) à se représenter jusqu’à l’obtention de la place tant convoitée. Car à la différence du sport, les occasions de monter au sommet du podium sont beaucoup plus rares en politique, surtout dans une élection présidentielle. 
Hier, Lewis Hamilton a remporté le grand prix de Chine. Il devait être content, mais ce n’est qu’un début. Il gagnera d’autres courses en 2017 et même les années prochaines. L’USAP a battu le Racing à Narbonne. Espoir d’un côté, désespoir de l’autre. Néanmoins rien n’est encore joué pour la qualification ou la descente. 
Au marathon de Paris, l’exploit de Paul Lonyangata et Purity Rionoripo doit surtout à leur situation particulière. Habitués des médailles, chacun devait certainement être plus heureux de la victoire de l’autre. Normal, quoi de plus sympa que de gagner la même compétition que son ou sa compagne. Dommage que l’on ne puisse pas voter pour la première dame, voilà qui pimenterait encore plus cette élection. 
(Chronique parue le 10 avril en dernière page de l'Indépendant.)

07/04/2017

De choses et d'autres : Final à l’arrière-plan


Ce débat à 11 avant le premier tour, inédit, mérite un ultime commentaire. Non sur le plan politique, de moins en moins important malheureusement, mais sur les conclusions, dernier message diffusé à plus de minuit. Face à la caméra, les candidats ont quitté l’improvisation pour tenter de délivrer une péroraison convaincante.
Premier choc avec Marine Le Pen. Pas tant son discours que la personne à l’arrière-plan. Une dame aux cheveux gris peu souriante. Le flou de la profondeur fait qu’elle ressemble trait pour trait à Penelope Fillon. Un sosie, embauché par le Front National pour déstabiliser le candidat Les Républicains ? Non, mais encore une histoire de famille puisqu’il s’agit de Marie-Caroline Le Pen, grande sœur de Marine. Fâchée avec le père, l’aînée a renoué avec sa cadette au point de s’asseoir au premier rang.
J’ai tenté d’écouter ce qu’a dit François « en vertu de l’article XX de la constitution » Asselineau. Mais mon attention a été accaparée par un jeune placé derrière lui, petite barbe bien taillée. Il semble souffrir d’une maladie rare, genre syndrome de la Tourette version clin d’œil. Ses paupières ne cessaient de s’ouvrir et se fermer deux à trois fois par seconde. Inoffensif, mais totalement fascinant.
Benoît Hamon s’est essayé à la poé- sie pour énumérer la diversité des Français qu’il veut rassembler, les Bretons, les Catalans, ceux qui viennent du pays Dogon, des « rives du fleuve Sénégal » ou qui ont « laissé derrière eux l’odeur du jasmin d’Alger ».
Enfin, respect à la « figurante » derrière Emmanuel Macron, au sourire figé du début à la fin, tête penchée, telle une Madone écoutant religieusement son mentor. 
(Chronique parue le 7 avril en dernière page de L'Indépendant)

06/04/2017

De choses et d'autres : Se retrousser les manches


Long ce débat à 11. Très long. Mais pour les chaînes d’info, notamment BFMTV, il fallait continuer dans la foulée à le transformer en événement historique et dé- crypter immédiatement les interventions des uns et des autres. Un « After débat » avec en plateau des journalistes politiques habitués des projecteurs.
Parmi eux, Anna Cabana du Journal du Dimanche n’a pas caché sa stupéfaction face à l’attitude de Philippe Poutou. On sentait que la désinvolture du candidat du NPA, son vocabulaire, jusqu’à ses vêtements l’ont heurtée. On peut ne pas être d’accord avec les propositions d’un candidat. Mais pourquoi juger son apparence plutôt que son programme ? Anna Cabana n’a pas aimé que Poutou ne participe pas à la photo de famille. « Et alors ? » pourrait-il répondre comme d’autres. S’est-il rendu sur le plateau pour se retrouver immortalisé à côté de Marine Le Pen comme Nathalie Arthaud qui doit maudire le tirage au sort ? Sûrement pas. Elle stigmatise le fait qu’il ne porte pas de veste. Voire de costume. Attention, sujet sensible.
Enfin elle a osé cette incroyable critique en affichant une moue de dégoût très perceptible : « Il s’est retroussé les manches ». Rappelons à Mme Cabana que Philippe Poutou, ouvrier, incarne la signification de l’expression. Souvent sur un chantier ou une chaîne de production, on doit effectivement se retrousser les manches. Un monde abstrait pour des journalistes politiques totalement coupés des réalités. 
(Chronique parue le 6 avril en dernière page de L'Indépendant)

05/04/2017

De choses et d'autres : À fond la caisse... à savon


En venant travailler au guidon de mon scooter hier, j’aperçois au loin une jolie voiture rouge avec écrit en gros, GTI. Une Ferrari au moins, vu la couleur et la forme. J’ai beau rouler en 125 cm3 , je doute de pouvoir la rattraper malgré les deux voies. Et puis, rapidement, je la double avec une facilité déconcertante. La « GTI » rouge est en réalité une voiturette. Face à la tramontane, elle dépasse difficilement les 40 à l’heure. Bizarre comme les apparences sont parfois trompeuses. On croit voir un bolide, c’est une limace. La dernière fois que j’ai eu cette impression, c’était à l’inverse quand jeune, j’ai acheté une AlfaRoméo. Même d’occasion, au début des années 80, une Alfa prenait des airs de grande sportive. Nerveuse et rapide. Je me suis provoqué quelques frayeurs, j’avoue. Sa réputation n’était pas usurpée. Du moins pour moi, jeune conducteur inexpérimenté. Et j’étais fier de posséder une voiture de la même marque que les bolides de Formule 1. Sauf qu’à cette époque, Alfa-Roméo sur les circuits, ce n’était pas la panacée. Bien au contraire. Même avec Ricardo Patrese au volant, les belles Italiennes semblaient se traîner comme des campingcars surchargés un 1er juillet. Et souvent elles ne terminaient pas la course, trouvant le moyen, tout en restant en queue de peloton, de casser moteur, suspension ou boîte de vitesse. Parfois, j’avais l’impression avec ma vieille occasion, de pouvoir surpasser Patrese. Un peu comme hier quand j’ai doublé la fausse Ferrari. 
(Chronique parue le 5 avril  en dernière page de L'Indépendant)

04/04/2017

De choses et d'autres : Katana contre Marseillaise


L’électeur de base est de plus en plus curieux. Avant de décider pour qui il glissera son bulletin dans l’urne, il veux tout savoir de son futur élu. Programme bien évidemment, mais pas seulement. Après leurs goûts en matière de culture (de la littérature aux séries télé), un magazine spécialisé vient d’envoyer aux candidats un questionnaire sur leurs tendances geeks. Si à propos de la culture tout le monde a répondu, il n’en va pas de même pour « Geek, le Mag ». Pas étonnant face à des questions pour le moins farfelues comme « Qui emmèneriez-vous dans la Moria ? » ou « Quel premier conseil donneriez-vous à vos concitoyens en cas d’attaque extraterrestre ? » Nous ne saurons donc pas ce que ferait François Fillon face à une invasion, si Macron emmènerait Valls dans la ville souterraine (une bonne occasion pour s’en débarrasser) ni quelle est la meilleure arme selon Benoît Hamon pour affronter une horde de zombies.
Seuls Jean Lassalle, Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan ont accordé quelques minutes aux interrogations de ces illuminés. Pour la dernière question sur les zombies, Marine Le Pen, rationnelle, prouve en plus qu’elle s’y connaît en morts-vivants (ceux de The Walking Dead au moins) puisqu’elle choisit le Katana de Michonne « plus maniable qu’une arme à feu ». Jean Lassalle confond un peu les séries et répond « Mon nez, le tarpif », le mot d’argot ressemblant au Tardis du Dr Who. Enfin je ne donne pas cher de la cervelle de Nicolas DupontAignan, persuadé qu’il fera fuir les affamés en entonnant la Marseillaise. Pas sûr qu’il arrive au refrain... 
(Chronique parue le 4 avril en dernière page de l'Indépendant)

03/04/2017

Chronique "De choses et d'autres" : La chorale des onze


Nouvelle grande première dans cette campagne présidentielle atypique. Après le renoncement du président sortant, le candidat mis en examen et le débat des cinq favoris, place à la grande mêlée. Mardi soir ils seront onze sur le plateau de BFM et Cnews à tenter de persuader les électeurs que leur programme est le meilleur. Onze installés en demi-cercle devant les deux journalistes. Quelques minutes pour convaincre. Car vu le nombre, le temps de parole s’étrécit.
Les favoris auraient pu s’en passer. Par contre les «petits» y trouveront peut-être la seule occasion de se distinguer. Comme ils ne font pas partie du sérail et n’ont absolument rien à perdre, ils se permettront peut-être d’éreinter les pros de la politique. Philippe Poutou, adversaire de la langue de bois, devrait asséner des mots très durs au «banquier». Dupont-Aignan tentera de supplanter un Fillon qu’il estime discrédité. Cheminade veut marcher sur les platebandes de Le Pen.
Le plus imprévisible reste Jean Lassalle. Béarnais au verbe haut, un peu poète, ses envolées à l’Assemblée nationale ont créé le buzz. Qu’il entonne un chant de berger en direct, sa cote grimpera en flèche. S’ils ne veulent pas se faire éliminer à cette «battle», les autres candidats devront relever le gant comme dans The Voice. Marseillaise à droite, Internationale à gauche. Un exercice doublement compliqué pour Macron, qui se sentira obligé de reprendre, en canon, un couplet sur deux de chacun des chants emblématiques. 

31/03/2017

De choses et d'autres : J’entends des voix

Quelques candidats à cette élection présidentielle se prononcent en faveur de la dépénalisation voire la légalisation du cannabis. Pas le Front national. Pourtant on peut se demander ce que Gilbert Collard, député d’extrême-droite, a bien pu fumer quand il sort certaines énormités. Interrogé sur les accusations d’écoutes téléphoniques de François Fillon par le « cabinet noir » de l’Elysée, Collard tire la couverture à lui : «Moi, je suis sur écoute. Je le sais parce que mon télé- phone, de temps en temps, se déclenche tout seul et me dit : ‘Répétez ce que vous venez de dire’. Je vois pas comment le téléphone pourrait se déclencher tout seul.»
Alors comment lui expliquer à Maître Collard sans trop se moquer de lui que les nouveaux smartphones, notamment de la marque à la pomme, sont dotés d’une intelligence artificielle. Siri, de son petit nom, comprend ce que vous dites et s’exécute. Et quand vous articulez mal, Siri dit à son propriétaire : «Répétez ce que vous venez de dire».
Non, il ne s’agit pas d’agents un peu durs de la feuille qui demandent à la personnalité surveillée de répéter le grand secret qu’elle vient de révéler et qu’ils n’ont pas eu le temps d’enregistrer. Quand ils espionnent grâce à un télé- phone (tout à fait réalisable selon les spécialistes) les hommes de l’ombre restent discrets. Car le principe de base quand on commet une infraction, l’avocat Collard doit bien le savoir, c’est de ne pas se faire prendre. 

En bonus, la vidéo de l'interview de Gilbert Collard sur Radio Classique

Gilbert Collard à Guillaume Durand : "Je vous... par puremedias

De choses et d'autres : « Bogoss » raté

Il plaît à toutes les femmes de la planète, paraît-il. Le symbole absolu du « bogoss » (beau gosse en parler jeune) accomplit des miracles au Real de Madrid et signe CR7, comme ses initiales et le numéro floqué sur son maillot.
Christiano Ronaldo est l’objet d’un tel engouement que l’aéroport de Madère, son île d’origine, vient d’être rebaptisé à son nom. Une cérémonie officielle doublée de la présentation d’une sculpture à l’effigie de la vedette du jour. Du moins en théorie. Les invités ont eu toutes les peines du monde à reconnaître dans ce visage aux yeux décalés et à la bouche tordue le portrait de la gravure de mode dont la publicité engendre la majorité des revenus.
S’il existe des logiciels de retouches photographiques pour gommer les imperfections, le sculpteur local Emanuel Santos fonctionne à l’opposé. Le beau, il le rend disgracieux. Pour seule excuse, il a déclaré : « Même Jésus ne plaisait pas à tout le monde. » Et pour vous faire une idée, circule sur Twitter ce montage de la statue et de la photo (truquée) qui aurait pu servir de base à la sculpture. De quoi tuer dans l’œuf pas mal de vos fantasmes, mesdames.

09:10 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ronaldo, cr7, statue, madère, foot

30/03/2017

De choses et d'autres : une photo de Claudia Cardinale, retouchée pour l'affiche du festival de Cannes, fait polémique

 
Et si pour une fois on ne se penchait pas sur ce qui va se passer le 7 mai mais plutôt le 17. Ce jour-là, après des mois à s’interroger sur l’identité du locataire de l’Élysée, plus personne ne s’y intéressera. Le 17 mai débute le 70e festival de Cannes. Strass, paillettes, fêtes auront pris le dessus sur les affaires, costumes et autres trahisons. Même s’il faut se méfier des certitudes. Premier problème, le président du jury Pedro Almodovar ne cache pas sa passion pour la corrida. Et les « vegans » de demander son boycott. De plus, comme cette année 2017 semble définitivement placée sous le signe de l’embrouille, la présentation de l’affiche officielle a immédiatement dé- généré en polémique. On y voit Claudia Cardinale, jeune, virevoltant dans une large jupe fendue. Une photo prise en 1959 sur un toit de Rome.
Photo connue qui a fait tiquer certains. En effet, si l’on compare le document original et l’affiche, on constate que la star a perdu une taille après un rabotage des cuisses et des hanches grâce aux pinceaux électroniques d’un logiciel de retouche photographique.
Le culte de la maigreur a atteint de tels sommets en ce XXIe siècle, qu’un « créatif » s’octroie le droit de modifier la perfection. Car n’en déplaise à ces néo-esthètes, les courbes de Claudia Cardinale incarnent l’idéal de la beauté.
Alors par pitié, trafiquez tous les mannequins anorexiques que vous voulez (et qui provoquent de toute manière plus d’effroi que de rêve), mais laissez les légendes intactes. 

28/03/2017

De choses et d'autres : Elève Macron, au piquet !

« Elève Macron, au piquet ! » La formation de banquier peut mener à la présidence de la République, mais n’est pas la panacée en géographie. Emmanuel Macron en a sorti une belle ce weekend.
Alors que les journalistes l’interrogent sur son sentiment face à la crise et la grève générale en Guyane, il répond, sérieux, « bloquer le fonctionnement de l’île ne peut être une réponse apportée à la situation. » Petit rappel : le département, frontalier avec le Brésil et le Surinam, n’est pas une île. Comment expliquer cette erreur ? Les fans ont compris « île de Cayenne », expression utilisée pour désigner l’agglomération. Un peu tiré par les cheveux. J’opterai plutôt pour une généralisation de ce que l’on désigne comme les « poussières de l’empire », ces territoires perdus sur les océans. Iles minuscules, derniers vestiges d’une puissance coloniale. La Réunion où il tenait meeting justement, Tahiti, Wallis, la Guadeloupe, Miquelon… toutes des îles. Sauf justement la Guyane. Le piège !
Ce n’est pas la première fois que le candidat d’En Marche trébuche en géographie. Dans son livre programme, il situait Villeurbanne en région lilloise.
A la place de ses soutiens, je me méfierais de ses prochains voyages. S’il vient à Perpignan, le terrain est miné. Il est capable de dire que la population est fière de la reconnaissance de sa langue… l’occitan. Ou pire, que Barcelone est la capitale de l’Espagne. Gare à la troisième erreur élève Macron, vous risquez le redoublement.
(Chronique parue le 28 mars en dernière page de l'Indépendant) 

27/03/2017

De choses et d'autres : Pour et contre les allergies


Grande découverte scientifique : un laboratoire français vient de mettre au point un patch contre l’allergie aux arachides. Mine de rien, les cacahuètes sont redoutables. Dans la série télévisée américaine « The Big Bang Theory », un des personnages, Howard, redoute plus que tout le moindre résidu d’arachide dans ses plats préparés. Si par malheur il en ingurgite un soupçon, le choc anaphylactique le transforme en bonhomme Michelin, lui qui d’ordinaire pèse 40 kilos tout mouillé.
Une source de gags inépuisable, aujourd’hui compromise par la découverte française. Il restera aux scénaristes l’autre allergie de la série, celle de Leonard, intolérant au lactose. Pas de risque de mort rapide dans son cas mais des flatulences incontrôlables. Effet comique assuré pour qui sait rire de tout.
Personnellement, je préférerais un produit qui rend allergique. Comme dans Tintin et les Picaros : le capitaine Haddock ne peut plus ingurgiter la moindre goutte d’alcool sans avoir envie de recracher tant cela lui semble infect. Moi qui me bats sans cesse contre les kilos en trop, si la charcuterie prenait le goût du céleri cru, je fondrais à vue d’œil.
Mais le top serait d’inventer un remède contre le mensonge. Un perturbateur endocrinien qui vous oblige à dire la vérité. Certainement dévastateur pour nombre de Français dans leur vie quotidienne, mais au moins on bénéficierait d’une campagne électorale beaucoup plus digne. 
En bonus, Howard aux urgences (en vo) :

24/03/2017

De choses et d'autres : collectionnite


La publication du patrimoine des candidats à l’élection présidentielle permet, en plus d’évaluer leur richesse, d’en savoir un peu plus sur leur personnalité. Prenez François Fillon, présenté comme un fou de bolides. Le choix de ses voitures personnelles n’en donne pas l’impression. Il en possède deux seulement, un Toyota Land Cruiser pas spécialement réputé pour ses vitesses de pointe, vieux de 15 ans (estimé à 5 000 €) et une Peugeot 306, encore plus vétuste. Pour remporter les 24 h du Mans, il peut aller se rhabiller. Justement, rien sur les costumes à 7 000 €. Normal, ne doivent être déclarés que les objets de plus de 10 000. Par contre, comme Julien Dray ou Nicolas Sarkozy, il raffole des montres. Il en a également deux. Mais à plus de 13 000 € pièce, on ne peut parler de simples breloques.
Nicolas Dupont-Aignan a craqué pour une sculpture à 25 000 €. Une œuvre de Denis Monfleur, élève du Catalan José Subira-Puig. Autre amateur d’art, Jacques Cheminade aime les objets préhistoriques et précolombiens à hauteur de 18 000 €. On a enfin retrouvé le propriétaire du couteau de Rahan.
Je regrette que Laurent Wauquiez ne soit pas candidat. Passionné de bande dessinée, il détient une collection gigantesque. Et que des originaux. Avec quelques dédicaces dans le lot, la somme peut devenir astronomique. S’il cherche un expert pour l’estimer, je me porte volontaire. Toujours mieux en tout cas que Nicolas Sarkozy qui en 2012 a déclaré des collections d’autographes et de montres d’une valeur de 100 000 euros. Sans compter ses timbres. Mais ça, je les lui laisse. 

De choses et d'autres : l'Eden français


Et si toutes les solutions à nos problèmes se trouvaient dans les émissions de télé- réalité ? Celles du genre de Survivor, devenue Koh Lanta en France. En Angleterre, ils ont poussé le concept encore plus loin. Eden, dans un coin retiré d’Ecosse, suivait la vie d’un groupe coupé du monde pendant une année complète. Ils viennent de mettre fin à l’expérience. Avec une surprise au bout du suspense : l’émission n’a pas rencontré le succès escompté et n’est plus diffusée depuis six mois. Channel 4 a quand même continué à tourner mais n’en diffusera qu’un résumé programmé « prochainement ».
La campagne de la présidentielle avec ses coups bas, révélations et attaques incessantes me rappelle par moment un mauvais épisode de Koh Lanta. Pour mettre fin à ce chaos électoral, pourquoi ne pas larguer les 11 finalistes sur une île déserte et les laisser se débrouiller entre eux quelques mois. Hamon signera-t-il enfin l’alliance avec Mélenchon ? Macron, sans ses soutiens, retombera de son piédestal, bon élève en théorie mais incapable de scier une branche ou d’attraper le moindre poisson. Marine Le Pen, trop autoritaire, risque de se retrouver bannie du groupe en quelques heures. Fillon, en teeshirt et bermuda, rencontrera l’unique l’occasion de vivre tel un simple quidam.
Et tous ne viseront qu’un but : devenir meilleur pote avec Jean Lasalle, le seul capable de traire une brebis, et Philippe Poutou, ouvrier adroit de ses mains.

23/03/2017

De choses et d'autres : La banque trace la route

Il ne faut pas désespérer des banquiers. Ils peuvent toujours s’amender et choisir une nouvelle voie. Je ne parle pas des employés de banque, ceux qui subissent les remontrances au comptoir ou des gestionnaires de comptes, obligés de conseiller une centaine de clients dont un bon tiers se retrouve régulièrement à dé- couvert. Non un banquier, souvent « d’affaires », est cet homme en costume trois pièces qui parle toujours gros sous et dont l’unité de calcul est le K€ pour les moins ambitieux, le milliard pour les hauts placés. Emmanuel Macron en constitue un parfait exemple, qui a gagné en quelques années à la banque Rothschild autant que dix smicards en une vie de dur labeur. Certains à gauche éprouvent quelques réticences à lui accorder leur confiance. Pourtant il n’est pas le premier à changer d’orientation professionnelle. 


Le regretté Henri Emmanuelli, homme de gauche tonitruant et intransigeant avec les puissances de l’argent, a entamé lui aussi sa carrière à la banque Rothschild. A 24 ans il rejoint l’établissement, y reste neuf ans avant d’être élu député. Je ne pense pas que Macron devienne, comme le « patron des Landes », un « rouge » qui terrifiait en son temps les « sociaux-mous » du PS. Mais allez savoir. 


Et puis on trouve de tout chez les anciens banquiers. De Georges Pompidou à François-Xavier Demaison, qui quitta son costume de financier pour se glisser dans celui de comique. La reconversion mène à tout je vous dis. 

21/03/2017

DE CHOSES ET D'AUTRES : Bonheur printanier

 

J'ai certainement déjà parlé de la journée mondiale du bonheur qui se fête tous les ans le 20 mars. Mais je ne vais pas me priver dans cette chronique trop souvent axée sur les petits et grands désagréments de notre vie quotidienne de m'épancher à date fixe sur le positif. Car le bonheur, rien de plus simple à obtenir. Contrairement à la richesse ou à la réussite, le bonheur ne dépend que de nous, de notre mentalité et notre façon d'appréhender les choses. Pour être heureux, la condition essentielle est de le vouloir. La félicité demeurera inaccessible aux aigris, râleurs et rouspéteurs professionnels. La voiture qui vous précède ne roule pas assez vite ? Plutôt que d'insulter le conducteur lambin, profitez de la chanson qui passe à la radio. Pour une fois, vous aurez l'occasion de l'écouter jusqu'au bout. Au boulot, votre chef vous met la pression ? Peut-être l'occasion d'opérer un grand retour sur vous, de vous demander si ce travail vous épanouit vraiment. Dans le cas contraire, pourquoi ne pas essayer de changer de voie ? Il existe tant et tant de formations, souvent rémunérées et passionnantes. Votre couple bat de l'aile ? Aussi comment apprécier la vie commune avec quelqu'un qui tire une tête de six pieds de long. Souriez, soyez gentil et vous verrez que tout s'arrangera. Un peu idéalistes mes solutions ? Arrêtez de tout critiquer, soyez heureux tout simplement. Et profitez du printemps les jours mauvais reviennent bien assez tôt.

 

15:58 Publié dans Chronique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bonheur, printemps

20/03/2017

De choses et d'autres : Initiales et slogans


La semaine dernière, Florian Philippot du Front national a osé cette étrange analyse politique : « Ce slogan En Marche est aussi ses initiales personnelles. C’est un petit côté mégalo. EM, Emmanuel Macron, En Marche. » On est loin des programmes, tout dans l’ego. Si on va au bout de l’idée, les autres candidats auraient peut-être intérêt à se montrer un peu plus « mégalos » et nommer aussi leur mouvement en s’appuyant sur leurs initiales. Pour Florian Philippot, il me vient bien une idée mais il devrait se faire anoblir...
Marine Le Pen, au lieu du Bleu Marine (qui au passage est lui aussi un peu mégalo) aurait dû opter pour le Mouvement de Libération du Peuple. Ou, plus hard et annonciateur de son action si elle est élue : Marine Les Punira. Jean-Luc Mélenchon au lieu d’Insoumis aurait pu taper dans Jeunes en Lutte pour le Marxisme. Benoît Hamon, vainqueur surprise de la primaire, peut se contenter d’un seul mot : « BienHeureux ».
Reste le cas François Fillon et ses initiales FF. Les plus patriotiques se souviendront des Forces Françaises (libres) chères aux Gaullistes. Ceux qui ne voient que l’homme suspecté de détournement d’argent public pensent immédiatement à Fédé- ration du Fric ou Fondation pour ma Famille. Mais ce qui lui irait comme un gant est à trouver dans le cinéma américain. François Fillon, FF comme Fast and Furious. Des films avec de grosses bagnoles (il adore) et des gangsters (il connaît déjà les juges). Fast and Furious comme sa campagne, attention au carambolage.
En bonus, FF dans un bolide :


Fillon pilote la Peugeot 908 par FrancoisFillon

18/03/2017

De choses et d'autres : Salch, prince du look

 

look book,salch,fluide glacial,fils de pute


Parfois dans cette chronique je me demande si je ne vais pas trop loin en étrillant certaines de mes victimes. Je ne suis pas foncièrement méchant. Enfin si, parfois, mais je refrène mes ardeurs sarcastiques.
À l’opposé, Salch, dessinateur humoriste, ne se donne absolument aucune limite dans l’outrance. Il vient de sortir son second Look Book chez Fluide Glacial. Il dessine en pied des individus (de CRS à hipster en passant par joueur de Pokemon Go) et détaille leurs habitudes vestimentaires par des flèches et de petits textes. Sa particularité, manier l’insulte sans modération. Cela donne un nombre considérable de « fils de pute » pour désigner au choix, des baskets, un pantalon de velours, un tatouage ou une coupe de cheveux qui peut aussi parfois être « de merde ». Bref, Salch n’aime personne. Des caricatures odieuses mais qui souvent font mouche. On peut même se reconnaître au gré des 100 pages.
Et l’auteur devient carrément visionnaire quand il présente le « look primaire de droite » dont le « costard sombre de fils de pute qui veut appauvrir les pauvres ». Il aurait pu ajouter « offert par un ami, et alors ? »